Indymedia Grenoble

Brisons les chaînes du nucléaire

Sunday 22 January 2012 par anonyme

[Infos locales] [Sciences / Nécrotechnologies] [Révoltes / Luttes sociales]

Le réseau Sortir du nucléaire, le magazine Silence, les Désobéissants et la Convergence citoyenne pour la transition énergétique appellent à former une chaîne humaine pour sortir du nucléaire ; opération médiatique citoyenne prévue pour le 11 mars 2012.

Ces organisations "se mobilisent " pour que notre société ne dépende plus de l’énergie nucléaire. Mais cette sortie nécessiterait de remettre en question l’ensemble du nucléaire civil et militaire. Au delà d’une mobilisation symbolique et spectaculaire, il ne suffît pas de s’en prendre à telle centrale en construction ou à telle autre parce qu’elle est vieillissante, mais il est nécessaire de s’attaquer à l’ensemble de l’organisation industrielle de la filière nucléaire et à cette débauche de consommation d’énergie.

L’enrichissement de l’uranium est à la base de toute l’industrie nucléaire civile et militaire. Avec l’usine d’enrichissement Georges Besse II qui devrait mettre prochainement en service une nouvelle cascade de centrifugeuse sur le site du Tricastin, Areva entend conforter sa position sur le marché de l’enrichissement, où le groupe détient 25% des capacités mondiales disponibles. Sur le même site, il est prévu aussi la construction de l’atelier REC II, nouveau centre de retraitement d’uranium ayant déjà servi. Mais ceci ne fait pas partie des préoccupations de nos enchaînés.

Afin d’éviter que l’opposition au nucléaire après la catastrophe de Fukushima ne se résume en un ensemble d’opération purement symbolique et spectaculaire qui ne tient visiblement qu’à amuser la galerie et à influencer le débat électoral, il nous faut construire une opposition qui rompe avec les illusions lobbyistes et cogestionnaires, et qui cherchera à dénoncer l’industrie nucléaire dans son ensemble.

La sortie du nucléaire nous oblige à briser nos chaînes, quelles qu’elles soient !

Collectif anti-nucléaire 26, le 20 janvier 2012

Version à imprimer :

PDF - 1.1 Mb



Compléments d'informations :
l’un empêche t’il l’autre ?
par bilou,
le 5 March 2012

Eternelle question : l’un empêche t’il l’autre ?
L’avantage de ce genre d’action ne se joue que dans le champ réformiste, d’accord. Néanmoins, est-ce pour autant négatif ? Pouvons nous affirmer que l’action réformiste ne se transformera pas en mouvement radical dans ses revendications ?
Je crois que tout cela n’est pas si simple : qu’importe si le jeu électoral permet une remise en question du nuclaire ! Il n’est pas évident que la situation ne mène pas, naturellement, vers un refus total du nucléaire.
En attendant le grand chamboulement, je préfère une petite réduction du nombre de réacteurs... que pas de réduction du tout.
Evidemment, il y’a les puristes, les révolutionnaires de toujours, ceux qui jamais n’admettrons pouvoir participer à une action réformiste : plutôt que de se mélanger à des citoyennistes, ceux là préfèrent abandonner le terrain en attendant le jour où... ! Ceux là, on les connait, ils classent les militants de tous poils qu’ils rencontrent en "anarchistes ou pas", en "révolutionnaires ou pas", etc...
Il faut considérer un avantage de ce genre de luttes, il y’a parfois en leur sein des gens qui sont prêts à aller beaucoup plus loin, et sans conscience révolutionnaire. C’est dans ces moments là qu’on peut les rencontrer.

Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.