Indymedia Grenoble

L’implantation de l’extrême-droite à Grenoble. Le courant esoterique et musical

Monday 30 April 2012 par Les Komanches <komanche (a) riseup.net>

[Infos locales] [Ville / Environnement] [Média] [Soupe politicienne] [Antifascisme]

Un auteurs grenoblois

JPEG - 227.9 kb

En 2007 le royaliste grenoblois Michel Michel publiait une "analyse critique de La Prière du Cœur selon Saint-Martin dit le "Philosophe Inconnu" (Arma Artis, 2007) dans la Revue en ligne Symbole. L’auteur de cet ouvrage s’appelle Jean marc Vivenza.

JPEG - 14.9 kb

C’est à un vieux fasciste Grenoblois que nous avons à faire. Jean-Marc Vivenza est né en 1957, il a été militant à Troisième-Voie, au MNR, puis à Nouvelle Résistance et enfin proche de Synergie Européenne.

« A Grenoble comme à Rostock ! l’Europe aux Européens ! »

Nouvelle-Resistance est un groupuscule méconnu de l’extrême-droite française mais dont les acteurs grenoblois de l’époque (Vivenza et d’autres...) ont eu une certaine importance. Il vaut le coup que l’on s’attarde dessus:

Extrait de l’article « La Dialectique néo-fasciste, de l’entre-deux-guerres à l’entre-soi » de Nicolas Lebourg :

« Récusant le racisme pour l’ethnodifférencialisme, rejetant le nazisme comme le national-populisme au profit d’une lutte de libération nationale et sociale, les NR expriment ce positionnement avec une formule qui est la somme de slogans racistes nationaux-populistes et nationaux-socialistes… Nouvelle Résistance (NRE) naît d’une scission de TV (1991) qui se dit NB ; elle cite aussi bien Niekisch, Strasser, Yockey et Thiriart que Proudhon ou la Gauche Prolétarienne. Elle use aussi de ce slogan dans son discours ethnopluraliste anti-américain, mais l’une de ses principales sections édite un autocollant « A Grenoble comme à Rostock ! l’Europe aux Européens ! ». Le glissement s’est donc fait du géopolitique à l’ethnique, piste que suit NRE en se transformant en Unité Radicale (1998).

[…]

Le néo-tiersmondisme ND ou NR n’a pu être analysée comme une évolution à gauche que parce que la confusion faite entre éristique et idéologie a permis d’occulter la racine fasciste des projets, les influences aussi contradictoires de prime abord que l’Eurafrique, l’Eurasie ou le néo-racisme. Le nazisme peut se rapporter, sur le plan de l’idéal-type, à une équation où toutes les composantes sont liées à l’ethno-nationalisme palingénésique : fascisme radical + idéologie völkisch + concepts RC = nazisme – l’élément Hitler étant celui qui permet cette somme dans sa phase historique. Le « fascisme de gauche » que se veut un courant comme le nationalisme-révolutionnaire tend, par l’adoption même de sa thématique d’Imperium anti-impérialiste, à s’approcher grandement de cette alchimie. Rejetant sincèrement l’antisémitisme hitlérien, il reformule néanmoins les thèmes du Kulturbolschewismus produit par un Systemzeit cosmopolite et avide de destruction biologique de l’Européen. Ce n’est pas une dissimulation qui est à l’œuvre, mais le fait que le logos conduit à des topos même à l’encontre de l’auto-représentation de son émetteur. »

Ce militantisme de Jean-Marc Vivenza est notamment confirmé par un cadre de Troisième Voie, du MNR et de Nouvelle Résistance de l’époque André-Yves Beck. L’entretien avec André-Yves Beck (MNR) qui suit a été publié dans le livre « Les Nouveaux nationalistes » du fasciste Christian Bouchet (ex Unité Radicale, MNR, FN…):

« Qu’est-ce que vous a apporté Troisième voie ? […]

A Troisième voie, j’ai rencontré ou côtoyé des gens remarquables d’intelligence. Le chef, tout le monde le sait, était Jean-Gilles Malliarakis. Un orateur exceptionnel doté d’une formidable culture générale et possédant en outre une excellente plume. Je l’admirais. Mallia aurait pu être un autre Le Pen. Il lui manquait hélas le sérieux et l’ambition. Régner sur un groupuscule de quelques centaines de militants suffisait à assouvir ses fantasmes de leader maximo. Trois cents types défilant en cuir pour la Fête de Jeanne d’Arc et son plan quinquennal de militantisme était atteint ...

A ses côtés, on trouvait Bertrand Burgalat, un garçon fin et drôle, issu d’une excellente famille bourgeoise comme, je l’ai remarqué, beaucoup de “ fafs ” parisiens alors. J’ai depuis “ revu ” Burgalat en photo dans Voici au bras de Valérie Lemercier ... Il y avait aussi l’étonnant Jean-Marc Vivenza et son OEuvre bruitiste que Le Monde de la musique avait dénoncé comme “ fasciste ”. Il y avait surtout de nombreux jeunes, lycéens et étudiants pour la plupart, tous déçus par le FN et qui firent là les meilleures classes militantes possibles. Ce qui n’empêchait pas certains d’entre nous, en tous les cas sur Grenoble, de faire bénévolement les campagnes du FN. »

Jean-Marc Vivenza le musicien

Vivenza est par ailleurs un théoricien célèbre du bruitisme futuriste.

"...en France, plus directement influencé par L’Art des Bruits, Vivenza, vers 1980, affichant une volonté systématique d’utilisation stricte et étroite des bruits mécaniques réels, bien qu’il commença à travailler dès 1976 avec le groupe Glace puis en 1979 avec Mécanique Populaire, qui vit à Grenoble au cœur d’une région très "industrialisée", réadapte les thèses de Luigi Russolo dont il se revendique, et s’empare des sons de l’industrie lourde de son environnement immédiat (sidérurgie, barrages, aciéries, etc.) pour produire des pièces acoustiques radicales, remettant en valeur et l’imposant par un discours théorique relativement établi et structuré, le terme même de "bruitisme" [1], pour en faire un genre particulier et original au sein du courant de la musique industrielle de l’époque.

Plusieurs élements montrent à l’évidence le rôle de Vivenza dans l’origine de cette large popularisation, y compris à l’étranger, du terme bruitisme, dont, outre la publication dès 1983 d’une brochure largement diffusée, "Le Bruit et son rapport historique" ainsi que la création d’une structure intitulée "L’Oeuvre Bruitiste", en particulier la production en 1984 d’un disque qui fera date au sein de la scène industrielle et expérimentale : "Fondements Bruitistes", accompagné au verso d’un texte théorique : "Fondements Bruitistes d’Action" [1] [archive] qui revendiquait, affichant une volonté de le mettre réellement en pratique, l’héritage de L’Art des Bruits du futuriste italien Luigi Russolo" (Wikipedia:Bruitisme)

JPEG - 186.3 kb
JPEG - 254.5 kb

Un travail qui n’a rien d’extra-politique, et encore moins d’objectif:

Extrait de l’article « Le rock identitaire français (3) » de la revue REFLEXes de Janvier 2010:

« Globalement les jeunes natios de cette époque sont plutôt tournés vers la musique new wave et la scène électro-industrielle qui monte. Il a même existé un groupe faf de new wave, Force de Frappe [20], mais il n’a pas laissé énormément de traces. Les années 1980 et le début des années 1990 ont donc été très dures pour le militant nationaliste voulant écouter du rock sans tomber dans le RAC et le milieu skinhead. Il est alors obligé de se rabattre sur les valeurs sûres de la musique nationaliste déjà rencontrées ci-dessus, Docteur Merlin et Jean-Pax Méfret, mais il faut bien avouer que tout ça n’est pas très rock’n’roll. Il existe bien encore des groupes nationalistes en dehors des groupes skins, mais il s’agit de formations le plus souvent basées à l’étranger comme Laibach (fort prisé par les cadres de Troisième Voie [21] et par Bertrand Burgalat en particulier). Ce groupe slovène émerge à la fin des années 1980 porteur d’une image de groupe « totalitaire » à cause de ses choix politique-esthétiques. La réflexion du groupe porte en effet avant tout sur la condition des hommes face à l’héritage du totalitarisme bureaucratique, qu’il soit stalinien ou hitlérien, et sur les techniques artistiques à utiliser pour provoquer une réaction des masses. Laibach est alors le groupe le plus sulfureux d’une scène appelée à se développer dans les années 1990, la musique électro-industrielle.

Ce concept lancé au milieu des années 1970 par l’artiste américain Monte Cazazza est à nettement séparer du bruitisme dont l’un des représentants français le plus célèbre est Jean-Marc Vivenza, basé à Grenoble, longtemps militant à Troisième Voie puis à Nouvelle Résistance. La musique qu’il produit depuis des années n’est pas assimilable à du rock, n’est d’ailleurs pas de la musique et ne prétend pas en être. Le bruitisme est en effet basé sur les travaux de Luigi Russolo qui en a défini les concepts dans un ouvrage intitulé Art des Bruits et publié en 1913. Vivenza se place dans une perspective qui est celle du futurisme historique et n’est donc pas susceptible d’être écouté par un public habitué à retrouver ses références pop ou rock. En outre, ces dernières années, Vivenza s’est surtout investi dans la philosophie en animant à Grenoble le Pôle philosophique Hélios, proche de Synergies Européennes et en publiant quelques ouvrages, parfois chez de « grands éditeurs » comme Albin Michel. S’il est le plus connu, Vivenza n’est d’ailleurs pas le seul animateur de cette scène et l’on pourrait citer également Philippe Laurent sur le même créneau.»

Extrait de l’article « Zik & Zina. Quand la musique fait boum... » de la revue REFLEXes de décembre 2004:

«…Grégory Ombruck, un aixois d’un trentaine d’année, responsable de Nouvelle Résistance pour la région d’Aix Marseille. En fait Napalm Rock et Gregory Ombruck ont pris la succession de l’équipe de Forum Provence. En effet cette dernière s’est dissoute en janvier 1995 et a quitté Nouvelle Résistance : ses principaux animateurs Thierry Mudry et Christiane Pigace, choisissant de rejoindre la scission du GRECE, Synergies Européennes. Nouvelle Résistance qui avait essayé de noyauter cette structure a finalement été virée de celle-ci.

C’est au début de juin 1996 que Ombruck reforme un groupe de Nouvelle Résistance sur Aix-Marseille avant de créer une coordination avec le groupe de Toulon, dirigé par Gilles Pilard. En juillet de la même année, on retrouve Ombruck à l’université d’été du GRECE qui se déroule comme chaque année dans une propriété appartenant au groupe de recherche depuis 1972, la Domus Europa. Cette propriété se trouve non loin de Aix, dans un village du nom de Ventabren. Le mois suivant, Ombruck va participer au deuxième congrès de NR qui a lieu à Valenciennes. À la fin de celui-ci il fera partie d’une délégation qui se rendra au grand rassemblement nationaliste de Dixmude. Outre son zine, Ombruck organise par l’intermédiaire de son association Metal Assaut des concerts, l’un d’entre eux l’a été en collaboration avec l’office municipal de la culture et de la ville d’Orange. Il est vrai que l’on trouve au service de communication de ville un militant NR, André-Yves Beck. Bizarrement, alors que le nom de la revue a été abondamment citée dans la presse et à la télévision, Ombruck et ses petit camarades n’ont pas été inquiétés par les services de police chargé de l’affaire.

[…]

Outre le death metal et la Oï anticapitaliste, Nouvelle Résistance s’intéresse aussi de très près à la musique industrielle dont elle rend compte régulièrement dans une chronique intitulée « Bruits européens » qui recense les dernières productions de ce courant musical. Notamment ceux des groupes politiquement proches, comme celle de Jean-Marc Vivenza, qui préside aux destinés de l’OEuvre bruitiste et qui fut un cadre du Mouvement Nationaliste Révolutionnaire, de Troisième Voie et de Nouvelle Résistance et qui est aujourd’hui proche de Synergies Européennes. »

Vivenza philosophe du fascisme.

Jean-Marc Vivenza a par ailleur gardé une certaine activité politique. En témoigne des articles dont il est l’auteur sur le site "d’information" Novopress géré par le Bloc Identitaire.

Depuis le début des années 90 Vivenza a réorienté ses travaux vers la philosophie où tout du moins quelque chose de plus metaphysique. Il se base principalemment sur les travaux du fasciste Julius Evola et d’Heidegger.

Il a depuis publié un nombre assez incroyable d’études, d’articles et d’ouvrages ésotriques, paganistes et fascisant. Les liens entre occultisme et fascisme sont depuis longtemps établis et ne datent pas d’hier.

Dans deux de ses articles la revue REFLEXes explique ces liens.

« Christian Bouchet : Docteur Jeckyll ou Mister Hyde » REFLEXes Automne 1998

[...]Par ailleurs, les liens entre occultisme et nationalisme sont pour le moins anciens. C’était par exemple le cas de la société fondée en mars 1908 par l’Allemand Guido von List et qui réunissait des militants nationalistes, pangermanistes, occultistes (théosophistes) et antisémites. List lui-même conçut un projet impérial qui s’appuyait sur un assujettissement impitoyable des non-Aryens aux Aryens.

Ces conceptions politico-mystiques s’inscrivaient dans un vaste mouvement de pensée dont les nazis ont hérité au début des années 1920 via la Société Thulé issue du Germanenorden. Le fascisme italien a d’ailleurs eu la plus grande part de sympathie des occultistes européens des années 1920. Quant à l’OTO du début du siècle, il est issu de la fusion typiquement allemande entre héritage templier et rites maçonniques déviants. De fait, comme le souligne Bouchet dans son droit de réponse à Golias, l’OTO était un ordre templier calqué sur la franc-maçonnerie. Néanmoins, la proximité spirituelle avec d’autres ordres comme l’Ordo Novi Templi fondé en 1907 comme une association aryenne d’aide mutuelle, avec le but de promouvoir la conscience raciale par la recherche généalogique et héraldique, les concours de beauté et la fondation de communautés racistes dans les régions sous-développées du monde, fait de l’OTO un ordre occultiste bien plus proche, de façon anachronique, des préoccupations du Reichführer SS Himmler que de celles des petits chanteurs à la croix de bois.[...]

Terre & Peuple :: Quand les Gaulois sont dans la peine… REFLEXes Octobre 2007

[...] Parallèlement à cette quête « raciale », le courant völkisch développe tout un intérêt pour l’occultisme, en particulier en Allemagne du Sud et en Autriche, terres catholiques s’il en est. La principale conséquence de cet intérêt fut la création de petites sectes occultistes et surtout un intérêt appuyé pour les runes, ancien alphabet nordique dont les vertus divinatoires supposées ne pouvaient que les attirer. De ces catholiques autrichiens apostats est venu également un antisémitisme typiquement lié à leur origine et conjugué sur le mode classique du conspirationnisme. D’autres tendances du mouvement désirèrent cependant simplement refonder une religion purement allemande. Certains optèrent pour la thèse fantaisiste du « Christ aryen » développée par Houston Stewart Chamberlain dans ses Fondements du XIXe siècle publié en 1899. Luther était à leurs yeux l’émancipateur de l’âme allemande, désormais libérée du carcan méditerranéen et despotique de Rome. Ils prétendaient achever la Réforme en purgeant le christianisme de son contenu spirituel sémitique. L’absurdité théorique et l’impossibilité pratique d’un tel projet n’échappèrent cependant pas aux plus lucides qui se tournèrent alors vers le paganisme nordique ou vers une « religiosité indo-européenne » plus large.

Cette quête des racines de « l’âme allemande » amène les « Völkischen » à porter une attention particulière aux traditions populaires (fêtes, folklore, coutumes) où, sous le vernis chrétien, se perpétuent des éléments beaucoup plus anciens, d’origine païenne. Dans le même esprit, ils accordent une grande importance au paysage et leur position est celle d’une écologie intégrale avant même que cette notion ne connaisse la popularité qui est la sienne à partir des années 1960. Défenseur de « l’art du terroir », ils créent ainsi un mode de vie alternatif relativement hors norme pour l’époque. Enfin, très attachés aux vertus privées du lignage et aux identités locales, les « Völkischen » ont relativement peu théorisé sur ce qui leur semblerait l’État idéal, la majorité se retrouvant dans la conception de l’empire germanique avec ses libertés locales. On retrouve nombre de ces orientations dans les choix idéologiques de Terre & Peuple : attachement aux coutumes locales et paysannes, spiritualité païenne affirmée et revendiquée, référence permanente à l’enracinement. [...]



Compléments d'informations :
Réctification quand à l’appartenance du fasciste grenoblois J-M Vivenza à Nouvelle-Résistance
par Les Komanches,
le 5 November 2012

D’après certains individus nous aurions commis une erreur en laissant entendre que Vivenza a été membre de Nouvelle Résistance dans l’article L’implantation de l’extrême-droite à Grenoble. Le courant esoterique et musical

"Jean-Marc Vivenza est né en 1957, il a été militant à Troisième-Voie, au MNR, puis à Nouvelle Résistance et enfin proche de Synergie Européenne".

En effet, lors de la réunion fondatrice à Lyon en août 1991 de Nouvelle Résistance, deux tendances qui venaient de rompre avec Malliarakis à cause de son rapprochement avec le FN, se sont nettement opposées:

Pou rappel Jean-Gilles Malliarakis ancien d’Occident était le dirigeant du MNR (Mouvement Nationaliste Révolutionnaire 1979 1985) puis de Troisième-Voie.

JPEG - 7.7 kb

A la réunion de 1991 à Lyon la tendance de Vivenza, défend le passage à une forme d’action purement méta-politique et théorique, en rejetant totalement les méthodes considérées comme obsolètes (manifs, tracts, journaux), et la ligne de Bouchet.

JPEG - 10.9 kb

Lors du vote, Bouchet (ayant avec lui comme soutiens les italiens d’Orion, Mudry, etc.), a réalisé une courte majorité pour créer Nouvelle Résistance.

D’après certains Vivenza et ceux qui étaient autours de lui (Cercle philosophique Hélios, Steuckers, etc.), se seraient complètement retirés de l’activisme politique classique pour s’investir dans diverses thématiques (géopolitique, art, culture, philosophie, etc.). La vie politique de Jean-Marc Vivenza, qui fut lié un temps à 3e Voie et à Malliarakis, se serait arrêtée en août 1991 en refusant toute forme d’activisme classique.

Cependant deux des articles de la revue REFLEXes sur lesquels cet article s’appuie en partie indiquent le contraire. Par ailleurs les activités méta polique de Vivenza, musicales philosophiques... sont loin d’être apolitiques comme le montre notre article.

Prétendre que Robert Steuckers a céssé ces activités politiques est par contre ridicule. Nous évoquions cet individus dans notre article Critique de la societe industrielle & Ecologie-radicale. De la nécéssité d’un positionnement social et antifasciste ! Partie 2:

En 1993 Robert Steuckers quitte le GRECE (Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne) après y avoir été le bras droit depuis 1981 d’Alain de Benoist. Il fonde Synergie-Européenne réseau européen appartenant à la Nouvelle-Droite. Synergie Européenne qui compte dans ses rangs des individus comme le grenoblois Jean-Marc Vivenza où les groupes écofascistes allemands Unabhängigen ökologen Deutschlands et Arbeitskreis Grüne Trommel de Hambourg. Synergie Européenne a des sections en France, en Belgique, au Portugal, en Russie, en Autriche, en Latvie, en Lituanie, en Yougoslavie, en Italie et en Allemagne.

Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.
about metronidazole without prescription
about buy ciprofloxacin eye drops
gleevec cost
flagyl price
buy vasotec
ciprofloxacin eye drops
latisse bimatoprost in uk
bupropion deutschland
femara generic availibility
prilosec costa rica in canada
eriacta pills
cipla tadacip
clomiphene 50 mg
10 mg nexium
low priced nexium in canada
dilantin 30
lipitor generic drug in france
discount diflucan
medication reaction bactrim
more info about rapamune wyeth
doxycycline monohydrate
generic gleevec
silagra tadacip
simvastatin generic in mayami
zocor 40mg
information buy ciprofloxacin online canada
geftinat 250 mg price
http://inondationsauburkina.net/?gaga=359147
buy ciprofloxacin ear drops
naltrexone mg
imatinib mesylate 400mg
diclofenac 100mg in california
info about order aldactone
generic bactrim ds oral tablet in usa
more buy rogaine shampoo
caverta tablets
bupropion xl bupropion hcl
otc azithromycin
iressa usa
dapoxetine overnight shipping
buy flagyl cod
canada premarin prices
buy modalert online mastercard
doxycycline cost
bactrim onlnie in uk
buy silagra online uk
femara price prescription
http://joinville-le-pont.net/?gio=437131
amiloride lithium
price bupropion cvs
amisulpride 
gefitinib
more info about 1 gram azithromycin
caverta online in california
enalapril maleate w 975
http://justice-paix.cef.fr/?nim=752421
olanzapine 7.5mg
 gleevec uk
buy cheap nexium
http://libresechanges.fr/?sec=984399
bactrim generic drug
amitriptyline hydrochloride 25 mg
online sale voltaren