Indymedia Grenoble

Les Ateliers / Neyrpic : Le communisme est-il soluble dans les galeries commerciales ?

Thursday 21 June 2012 par Le Postillon

[Infos locales] [Ville / Environnement] [Soupe politicienne]

Voici un article paru dans Le Postillon, n°15, avril 2012.

Le communisme est-il soluble dans les galeries commerciales ?

Les soviets, plus les magasins

« Elle habite quelque part, dans une banlieue rouge, mais elle vit nulle part, y’a jamais rien qui bouge ». Depuis l’écriture de cette chanson en 1981, les temps ont changé. Non seulement la société a eu Renaud, qui a noyé sa plume dans l’alcool et la dépression ; mais surtout, dans les banlieues rouges « y’a » plein de choses qui bougent. En matière de banlieue rouge, l’agglomération grenobloise est plutôt bien lotie avec trois communes dirigées par le parti communiste totalisant près de 100 000 habitants. Loin de l’immobilisme, ces communes sont en plein chambardement, à coups de projets urbains plus ou moins démesurés. Le plus emblématique d’entre eux est certainement le projet de la mairie de Saint-Martin-d’Hères d’une méga-galerie commerciale - d’une taille comparable à celle de Grand’Place - à la place des anciennes usines Neyrpic. Au niveau national, le parti communiste revient sur le devant de la scène médiatique, porté par la vague Mélenchon pour qui « le torrent révolutionnaire est sorti de son lit ». Au niveau local, les pouvoirs communistes promeuvent des galeries commerciales. Frappé par ce paradoxe, notre reporter a voulu en savoir plus et est parti à la rencontre des promoteurs, des opposants et des voisins de ce futur gigantesque espace marchand.

« On va bientôt déménager. Cela fait plusieurs années que tous les six mois on nous dit qu’on va devoir partir. Bon aujourd’hui je crois que ça se rapproche et on devrait dégager d’ici la fin de l’année ». Bienvenue dans les locaux du « 2 CV Club Délire », une association qui occupe pour l’instant, mais plus pour longtemps, une halle de l’ancienne usine Neyrpic à Saint-Martin-d’Hères. Ici des milliers d’ouvriers ont pointé entre 1899 et 1967 pour fabriquer divers composants de l’industrie électrique et hydraulique. L’endroit a le charme des vieilles friches – grand espace, omniprésence visuelle du passé ouvrier, originalité d’un tel lieu à moitié abandonné en pleine ville. Ici et là, des 2 CV et autres « voitures de légendes » sont entreposées en attente d’être réparées par les membres passionnés de cette association. Ils prennent un peu de temps pour me parler : « Nous on est content d’avoir été logé ici par la ville pendant 10 ans. Ça arrangeait tout le monde parce que pour nous c’était gratuit, le loyer, l’eau et l’électricité – mais on n’a pas de subvention – et eux ça les arrangeait car on garde le bâtiment contre le vol et le squat. C’est un super espace, qui n’est toujours pas détruit contrairement aux bâtiments d’à côté car ce qui nous protège c’est la charpente Eiffel : elle est classée et ne devrait pas être détruite. C’est une très belle et vieille charpente. Alors forcément on est déçu de partir surtout qu’on n’a pas d’autre endroit où aller ».

Cette charpente Eiffel est en effet remarquable mais elle va finalement être détruite, selon la mairie. Hormis une façade – celle qui donne sur la mairie – tout ce qui reste de ces anciennes usines sera rasé prochainement, y compris le camp de Roms, installé au milieu des bâtiments délaissés. Cette friche doit laisser la place à : « - 9 moyennes surfaces, 86 boutiques ;
- environ 15 restaurants ;
- des espaces de loisirs (salle d’escalade espace vertical, cinéma de 3 ou 4 salles, librairie...) »
(1).

En clair, cela s’appelle une galerie commerciale, en novlangue on dit un « pôle de vie ». Neyrpic a été racheté par Alstom, qui n’a pas voulu que la dénomination Neyrpic serve pour cet espace. Alors ce « projet urbain d’une ampleur exceptionnelle » a été baptisé d’un nom mignon tout plein : « Les Ateliers ». Ses promoteurs vantent à longueur de documents de propagande « le shopping autrement, pour toutes les envies… » sur « 42 000 m2 dédiés à la mode, au bien-être de la personne, à la décoration et aux loisirs ». Bref, un projet génial que les protecteurs de la nature peuvent applaudir car « le projet se veut tout d’abord exemplaire en matière de développement durable (norme RT2012, certifications HQE et BREAM) ». Même les nostalgiques du monde ouvrier peuvent être rassurés car les bâtiments seront reconstruits « en réinterprétant les codes architecturaux des halles industrielles (volumétrie des constructions, toitures sheds, matériaux...) ».

Bizarrement, il y en a quelques-uns qui râlent un peu. Certains membres du « 2 CV Club Délire » trouvent que « c’est dommage car il n’y en a que pour les commerces. Ils auraient pu faire ici par exemple des locaux pour les associations. Pour l’instant il n’y en a pas trop sur la commune ou alors ils sont tous éparpillés. Là on aurait pu tout regrouper et ainsi faciliter l’entraide entre les associations. Alors que les commerces disons qu’il y en a déjà pas mal dans le coin et qu’on n’en a pas vraiment besoin ». Effectivement, des commerces « il y en a déjà pas mal dans le coin ». L’avenue Gabriel Péri qui desservira « Les Ateliers » en est remplie jusqu’à ras bord. En remontant cette voie qui rappelle le mythe de certaines grandes avenues américaines bordées de publicité, on peut croiser entre autres les enseignes de la Maison de la literie, Euromaster, Bosch, Atlantic OAK, Feu Vert, Géant Casino, Banque Rhône-Alpes, Opel, Volkswagen, Mc Donald’s, Toyota, Planetalis, Selfcar, Affairs $, Castorama, KFC Drive, Intersport, Kiaby, Gemo, HorizOn, Darty, Michellin, Cuisinella, Dia, La Halle aux Chaussures, L’Entrepot du Bricolage, Lapeyre, Espace Montagne, La Halle !, etc. Un endroit charmant où l’on peut manger sur des terrasse-parkings en matant la bagnole de ses rêves, avant d’atteindre le bout de l’avenue et de tomber sur le géant de l’ameublement et de l’espionnage des salariés : Ikea (2).

Contrairement à ce que pourrait laisser croire l’énumération de ces multinationales, la municipalité qui les accueille sur son territoire est communiste. Saint-Martin-d’Hères est un bastion rouge depuis 1945 et les dernières municipales n’ont pas menacé le parti : avec seulement 9 143 votants sur près de 17 000 inscrits et 35 000 habitants, la liste conduite par le maire PCF René Proby, réunissant des membres du Parti socialiste et du Parti de gauche, a recueilli 58 % des suffrages, ne laissant que 12 % à l’UMP, 14 % au Modem et 15 % aux Verts.

Europe-Ecologie-Les-Verts est d’ailleurs la seule force politique locale qui s’oppose au projet des Ateliers, la droite et le centre ne s’exprimant jamais publiquement sur ce dossier. Pour un des conseillers municipaux Verts Georges Oudjaoudi, « ce dossier est une vérole totale. (...) Nous pensons que ce sera une catastrophe économique ou une catastrophe écologique. Soit ce qui est marqué dans la promotion commerciale sera vrai, et on aura sur ce site une catastrophe écologique : grand site minéralisé, brumisateurs pour lutter contre la chaleur, 800 places de parking mais 35 000 personnes qui circulent là-dedans. Ils attendent 7,5 millions de visiteurs dans l’année. Donc en moyenne le régime bas c’est 15 000 personnes par jour, le régime haut c’est 45 000. Ce sera le bordel complet avec des voitures partout. En plus le parking gratuit contredira toute la politique de Grenoble qui veut éjecter les voitures de la ville. Soit ce qui est dit est faux ou s’avèrera nul à cause de la crise ou à cause du fait qu’il y a suffisamment de commerces à Grenoble. Donc on aura une catastrophe économique car les commerces qui s’installeront vont se planter ».

Il faut dire que les Verts s’y connaissent en matière de galerie commerciale car leurs homologues grenoblois – et notamment Pierre Kermen, alors adjoint à l’urbanisme - ont été parmi les promoteurs de la Caserne de Bonne, la galerie commerciale où, en un an et demi d’existence, sept commerces ont déjà fermés. À la question de savoir si leur opposition à Saint-Martin-d’Hères n’est qu’opportunisme – vu que pour ce projet ils ne sont pas au pouvoir - , Oudjaoudi admet que sur Grenoble « ça a été une erreur de mettre cette zone commerciale qui n’arrive pas à démarrer. La galerie commerciale de Bonne, ça fait partie de ces trucs chez les Verts où on avale un peu le compromis car on avait accepté cette galerie en échange de logements sociaux ».

Si les Verts martinérois s’activent depuis plusieurs années contre le projet des Ateliers-Neyrpic à coups de tracts et de pétitions, ils ont bien du mal à mobiliser la population. « Régulièrement on va tracter devant les écoles, et très souvent les gens ne sont pas du tout ou très peu au courant du projet...ou alors naturellement ils sont pour les commerces. On leur dit ‘‘ça va être un Grand Place 2’’, et ils disent ‘‘ah c’est bien’’. C’est vraiment difficile de convaincre les gens, qu’ils aient un avis critique là-dessus. »

Il est vrai que le sujet ne passionne pas les foules. Lors de l’enquête publique de janvier 2012, seulement vingt-quatre observations et trente-cinq courriers ou pétitions ont été remis au commissaire enquêteur, ce qui ne fait pas lourd pour une ville de trente-sept mille habitants. Aux abords de la future galerie ou sur le petit marché de la place de la République, la plupart des personnes rencontrées ne connaissent qu’à peine le projet et balancent entre l’indifférence (« on verra bien »), l’enthousiasme (« ça me fera moins loin que Grand’Place pour faire mes courses ») et le fatalisme (« on peut rien contre ça, c’est l’évolution, de toute façon c’est dingue comment ça construit ici, tous les espaces vides ou les anciens champs sont urbanisés »). Les petits commerçants de l’avenue Ambroise Croizat, plus concernés, sont partagés. La tenancière du PMU constate que « les gens râlent beaucoup parce que ça va faire plein de commerces. Mais moi je pense que c’est bien parce que toute nouveauté attire du monde, qui profite à tous les commerces ».

Sylvie est moins optimiste. Elle tient le bar d’en face, le Clos des Marroniers, un « lieu historique », « ancien relais de poste » et bar-resto depuis au moins soixante ans : « Avec un peu de chance on sera assez solide pour passer l’averse. Parce qu’à chaque nouveauté les gens vont voir, c’est obligé, mais après souvent ils reviennent. C’est ce qu’on espère. Ils disent que ça va nous amener du monde mais les gens que ça va amener ne vont jamais venir ici. Ils disaient pareil pour Ikea mais il n’y a jamais eu de clients d’Ikea qui sont venus ici : il y a une cafeteria là-bas. Et même quand t’es adhérent là-bas, le café est gratuit alors j’ai des clients qui vont là-bas juste pour boire le café, même s’ils n’achètent rien. Pour les anciennes usines, il faut bien en faire quelque chose mais bon il y avait peut-être mieux à faire qu’une galerie commerciale. (…) On n’a pas du tout été consulté, ils s’en foutent de notre avis. De toute façon ils ont décidé de faire ça et ils le feront. Il y a eu des pétitions, on les a signées mais ça ne changera rien, ça ne change jamais rien. Ils s’en foutent si les petits commerces meurent. Alors que nous on se bat pour garder notre identité, pour que cela soit un lieu unique, pour que ça ne ressemble pas à tous les autres. »

Le sujet divise aussi les autorités compétentes à donner des « avis » - ceux qu’on écoute plus que les simples habitants. Si la commission de sécurité publique et la commission nationale d’aménagement commercial ont rendu des avis favorables, l’autorité environnementale, dépendante du préfet de la région Rhône-Alpes, a émis un avis négatif en avril 2011, à la fois car le projet « présente de nombreuses insuffisances en matière de prévision de trafics, de gestion des stationnements ainsi qu’en matière de prise en compte des problématiques de pollution des sols et de risques naturels ». Mais aussi car la future galerie commerciale est jugée « incompatible avec le Schéma directeur de l’agglomération grenobloise » car ce dernier préconisait « un maintien des grandes surfaces à leur niveau actuel et un renforcement, ‘‘notamment sur le plan qualitatif’’ des pôles urbains ». Ces critiques techniques n’ont pas empêché le projet de se développer : les promoteurs immobiliers ne manquent jamais de ficelles pour contourner les avis négatifs. D’autant que le commissaire-enquêteur a visiblement été séduit par le projet et a bien pris soin dans le rendu de l’enquête publique de contrecarrer ou minimiser toutes les critiques émises par l’autorité environnementale ou par les habitants. Il émet juste quelques réserves et recommandations, notamment sur l’état des sols - qui fait relativiser la beauté de l’héritage industriel : « Une partie des sols du site des halles Neyrpic est polluée par des métaux lourds, des hydrocarbures, des PCB, des HAP, des COV, des COHU et des phénols. Ces substances ont été retrouvées dans le sol, les gaz du sol, ou les eaux souterraines et rendent localement l’état actuel des sols incompatible avec l’usage futur du site. Ainsi d’importants travaux de dépollution seront nécessaires préalablement à l’aménagement du site. L’enlèvement des terres polluées à excaver implique plusieurs milliers de mètres cube (de l’ordre de 11 000) ».

Sur les critiques plus politiques émanant d’habitants, comme celles d’Andrée et Roger (« Stupéfaction de cette abondance de commerces... provocation vis-à-vis de la population ouvrière de Saint-Martin-d’Hères... n’a-t-on pas d’autres choses à proposer aux jeunes qu’une société de consommation ? »), le commissaire enquêteur reprend l’argumentaire de la mairie : « (…) Ces espaces doivent donc être perçus comme un équipement public s’inscrivant dans une dynamique de renforcement du lien social. C’est pourquoi depuis la création de la ZAC, le secteur des halles, aujourd’hui appelé ‘‘Les Ateliers’’, a été dénommé ‘’pôle de vie’’ ».

Une galerie commerciale comme centre-ville et comme centre de la vie, quoi de plus normal ? Au temps du christianisme triomphant, les églises et leurs places structuraient les villages. De nos jours, sous le règne du capitalisme, il est logique que les magasins et leurs parvis organisent la vie de la cité. Ce qui est plus surprenant, pour l’observateur naïf que je suis, c’est que cet idéal soit porté par une mairie communiste. Il y a 160 ans Marx posait les bases de sa théorie en critiquant le « fétichisme de la marchandise » et en déplorant le fait que l’échange marchand masque les rapports sociaux entre les individus. Aujourd’hui, le parti ne s’aventure plus dans des considérations philosophiques de cette hauteur. Mais à l’occasion de la campagne présidentielle, le Front de gauche - dont il fait partie - prend position « pour l’émancipation humaine », « pour une planification écologique », « pour le partage des richesses », etc. En quoi une galerie commerciale a-t-elle à voir avec ces idéaux ?

Interloqué et curieux, j’ai voulu poser la question à des membres locaux du Front de gauche. Un conseiller municipal du Parti de gauche n’a pas voulu me recevoir, m’expliquant que lui et ses collègues étaient débordés par la campagne présidentielle et qu’ils n’avaient donc pas de temps à consacrer à ce sujet secondaire. Stéphane, par contre, a accepté de discuter avec moi. Il est militant à la Jeunesse communiste de Saint-Martin-d’Hères, la plus grosse section du département, qui se présente comme « un groupe de jeunes qui croit en ses idées et en un monde meilleur » comme l’indique son site internet. Il m’a donné son « point de vue personnel » bien qu’il ne « maîtrise pas le sujet » : « Je sais pas si t’as remarqué mais on vit dans le système capitaliste. Il y a une réalité nationale, Saint-Martin-d’Hères ne peut pas aller à l’encontre, donc oui c’est capitaliste, c’est le règne de la marchandise, mais c’est un moindre mal. Les entreprises qui vont s’installer ici sont capitalistes, mais il y a d’autres choses dans le projet : il y aura une bibliothèque, un cinéma, la clinique sera étendue, ce n’est pas que pour le commerce. Et puis c’est mille emplois, bordel, on peut pas cracher dessus, car on est dans une ville où beaucoup de personnes sont au chômage. »

J’ai ensuite pris rendez-vous avec David Queiros, qui est au maire René Proby ce que Jérôme Safar est à Michel Destot : un premier adjoint consciencieux, un défenseur zélé, et donc un probable successeur. «  - Le communisme aujourd’hui est-il soluble dans les galeries commerciales ?
- Je ne comprends pas la question.
- C’est surprenant qu’une mairie communiste réputée très à gauche défende un projet de ce type qui fait très ‘‘capitaliste’’ ?
- Le capitalisme c’est surtout la finance, la finance internationale. Après je dirais que les besoins de la population sont aussi d’aller s’acheter des produits de première nécessité, des vêtements... On développe une politique où on met l’accent sur beaucoup de politiques publiques : l’aide aux associations, aux plus modestes, les mixités... On a un projet qui s’articule bien dans l’aménagement de la ville : c’est surtout ça qu’on veut mettre en avant »
.

Des « produits de première nécessité » ? Ce n’est pas vraiment le créneau de la future galerie commerciale dont « la programmation sera centrée selon quatre thématiques : loisirs, montagnes, technologie, restauration » selon le commissaire-enquêteur pour qui « l’offre commerciale (…) relève de ‘‘l’achat plaisir’’ » alors que le promoteur Apsys insiste beaucoup sur le côté « mode/tendance ». D’ailleurs, pour rassurer les petits commerçants, la mairie elle-même répète que « les commerces implantés dans Les Ateliers ne sont pas positionnés sur le même créneau de produits et de clientèle que les commerces de proximité voisins ». On n’en saura pas plus car pour l’instant, seulement quatre enseignes sont annoncées : chocolat De Neuville, Espace Montagne, Acuitis (optique / solaire / audition), Ayako Sushi.

Il y a par contre bien un cinéma de cinq salles prévu dans les documents de présentation du projet. Si sa présence n’est pas encore confirmée par la mairie, et qu’aucun nom d’exploitant n’est annoncé, il inquiète déjà certains salariés de Mon Ciné, la salle municipale art et essai. Un multiplex à moins de 500 mètres de cette véritable « institution » martinéroise signifierait sûrement la fin de ce lieu atypique. Quant à la clinique Belledonne, située juste à côté de la future galerie commerciale, elle sera effectivement agrandie à l’occasion de ce réaménagement urbain, pour le plus grand bonheur de ses propriétaires... privés. Cela mérite bien une question à David Queiros : « - Cela ne vous dérange pas de favoriser une clinique privée alors que vous défendez le service public ?
- On défend le service public mais il y a des décisions qui ne sont pas de notre ressort. Avec la clinique Belledonne les habitants peuvent aller faire des radios quand ils le souhaitent à côté de chez eux. L’offre existe et même si elle est effectivement privée on préfère qu’elle existe au plus près des habitants plutôt qu’elle soit reportée ailleurs. C’est en ce sens que nous avons souhaité conforter ces activités-là, qui existent sur ce site. »

À écouter le communiste David Queiros, le capitalisme se cantonnerait à la « finance internationale » et n’aurait rien à voir avec un centre commercial, les modes de production qu’il implique et les rapports sociaux d’exploitation qui l’accompagnent. Loin des centres boursiers, la future galerie commerciale « Les Ateliers » serait donc faite uniquement pour le bien être des habitants. Consommateurs de tous les pays, unissez-vous !

Il y a pourtant des enjeux d’une autre importance. Pour la municipalité, « ce projet inscrit durablement ce territoire au cœur de la polarité Est en cours de développement, permettant ainsi à Saint-Martin-d’Hères de jouer un rôle moteur dans la structuration de l’agglomération ». En clair, Saint-Martin-d’Hères veut rentrer dans la course avec les autres communes de l’agglomération et tenter d’attirer plus de « visiteurs », de « clients », en profitant au passage pour s’attirer les faveurs de la communication et augmenter son référencement Google. Et ça marche : avant même que le chantier n’ait commencé, la commune fait parler d’elle jusque dans les salons chics de la capitale : « À l’invitation d’Apsys, plus de 60 enseignes se sont retrouvées les 6 et 7 avril 2011, dans le cadre prestigieux du pavillon Elysée Le Nôtre à Paris pour le lancement officiel de la commercialisation de ce très beau projet. »

La guerre économique et la compétition entre les territoires – à l’intérieur même de l’agglomération : voilà donc les réelles motivations d’un aménagement démesuré pour les seuls martinérois. Le maire René Proby se vante ainsi dans Saint-Martin-d’Hères mensuel d’octobre 2010 que le projet « représente l’avant-garde du développement économique de la région urbaine grenobloise ».

Mais il y a aussi des enjeux d’ordre plus symbolique. Pour l’élu Vert Oudjaoudi, « ce projet a toujours été vu par l’équipe municipale comme étant d’abord un renforcement de l’idée d’un Saint-Martin-d’Hères qui sortirait de son paupérisme, car tout le monde a l’idée que cette commune c’est d’abord des logements sociaux et des quartiers un peu pauvres ». Ce constat d’une commune historiquement assez « pauvre » est une réalité, et même le nom de la commune le rappelle – Hères venant probablement de hère (le pauvre) ou de hèra (le marécage), ce qui n’est guère plus vendeur. Mais pourquoi mettre tant d’énergie à vouloir effacer cette image ? Une image modeste serait-elle honteuse pour la municipalité PCF ? Pourquoi vouloir cacher le passé et la réalité derrière une vitrine ? En quoi la présence d’une galerie commerciale avec des magasins « Mode/tendance » et une « zone de chalandise de 515 000 personnes » améliorera-t-elle le quotidien des martinérois ?

Changement d’époque. Le précédent maire de Saint-Martin-d’Hères, Jo Blanchon, était un ancien ouvrier de chez Neyrpic. L’actuel premier magistrat René Proby est médecin. À travers le projet des Ateliers, la municipalité de Saint-Martin-d’Hères désire-t-elle définitivement « tuer le père », c’est-à-dire tourner la page avec son passé ouvrier ? Matériellement, en détruisant les dernières halles industrielles de la commune, mais aussi symboliquement en changeant l’image de la commune, en attirant des personnes aisées et en essayant de la rendre clinquante et scintillante ?

À l’époque de la construction du centre commercial de Grand’Place, dans les années 1970, la municipalité grenobloise d’Hubert Dubedout (regroupant des socialistes et des non-affiliés) avait fait peindre une fresque, aujourd’hui disparue, illustrant les dérives de la société de consommation - fresque assez pathétique devant ce temple de la consommation mais indiquant quand même un doute, une réflexion, une réserve autour de cette nouvelle civilisation en expansion. Aujourd’hui une mairie communiste développe une galerie commerciale sans aucun signe de remise en cause de cette société de consommation. Cette dernière a-t-elle définitivement gagné ?

1 - Toutes les citations non référencées proviennent du site de la mairie de Saint-Martin-d’Hères, du site du promoteur Apsys ou du compte-rendu de l’enquête publique, consultable à la mairie. 2 - Depuis début mars, de nombreuses révélations, notamment du Canard Enchaîné, ont démontré que la société Ikéa a payé des cabinets privés pour espionner ses salariés dans toute la France.



Compléments d'informations :
SMH
par anonyme,
le 30 July 2012

Bravo pour ce bel article de propagande. Donc, les anarchistes, premier a critiquer la defense du petit commercant que font les communistes, les idealisent ici comme de pauvres victimes ? C’est oublier que SMH est la ville avec le plus de petit commerces, de "lieux atypiques". Ensuite Ikea est a l’entree de la bretelle d’autoroute, pas sur l’avenue, faut savoir ce qu’on dit. En ce qui concerne la comparaison entre Broadway et Gabriel Peri je vous propose de regarder sur google maps (oh le capitaliste!) les deux avenues et de faire la comparaison. Curieux que vous ayez oublie de citer la clinique sur l’avenue d’ailleurs. Ou que vous consideriez certains magasins de petite ampleur comme des grandes surfaces. Ensuite vous critiquez le choix de ce qui sera construit sur ces anciennes usines desaffectees qui, en effet, n’ont plus une grande utilite; vous semblez oublier que malheureusement, les credits de SMH sont pas infinis : la ville en a meme peu compare au reste de l’agglo, et il est donc necessaire d’avoir un minimum de fric si on veut pouvoir continuer a encourager des projets d’utilite publique, si on veut pouvoir entretenir le service public, etc. Je releve meme pas l’attaque personnelle contre la profession de Proby, on voit poindre le nez verdatre du gauchiste qui lui ne travaille surement pas mais se permet de critiquer Proby, qui au passage est tres proche des habitants (mais bon ca on sait quand on le connait, vous vous aimez critiquer mais vous vous en foutez de cette ville que vous ne connaissez pas. Je parierais que l’auteur de l’article vit dans le centre de Grenoble.). D’ailleurs je ferais remarquer que si Proby est reelu regulierement c’est que malgre le fait que Indymedia traque la moindre des choses qui se passe a SMH comme sa faute, dans l’ensemble la Mairie a fait du bon travail en matiere de logement, d’enrichissement de la ville et j’en passe. Augmenter le niveau de vie moyen des habitants c’est pas un probleme. Il n’y a aucune honte a propos du fait que SMH etait une "ville ouvriere". Je sais pas ou vous avez vu ca. Vous devez paranoter un peu comme on dit, car au contraire les communistes (mais ca de nouveau faut aller voir aux reu, faut reellement chercher a prendre contact et non caricaturer ce que disent les membres de la JC ou du FdG) sont fier du fait que SMH soit une ville proletaire. Le financement du centre est pas fait par la mairie, mais figurez vous, mes agneaux, que ca cree de l’activite economique la construction de centre, cinemas etc. d’ailleurs vous avez pas prete bien attention aux espaces loisirs, salles de sports, cinema etc. excepte pour faire croire que ca tuerait Mon Cine, ce qui est totalement faux vu que Mon Cine n’a qu’une salle, et est le seul cinema a SMH ou du moins dans cette partie de la ville. Donc un cinema de plus ne le tuera certainement pas. Pour ce qui est des Verts Martinerois, ils passent leur temps a harceler Proby, ils haissent les communistes, mais ca ne les empeche pas a Grenoble de pactiser avec le PS. Les verts de SMH sont plus que malhonnete et ont refuse de s’opposer au FN au second tour, quand Proby affrontait le Front National. Au dela de tout ca, je constate que vous n’avez donne que des arguments "contre" et aucun argument "pour" (sans l’avoir attaque juste apres). On voit clairement que l’article n’est pas objectif. Comparer au reste de l’aglo, SMH est une ville ou il fait bon vivre au final. Au lieu de s’attaquer aveuglement a la mairie, cherchez le pour et le contre. Au lieu de dire betement "Proby est un raciste" (ca c’etait la pire chose que j’ai jamais vu...) cherchez a connaitre les ressortisants de l’affaire. Si vous croyez que la mairie decide de tout ce qui se passe, a de l’argent et du pouvoir a l’infini et n’a aucun probleme elle meme vous vous trompez. Bien sur qu’on aurait prefere developper des industries au lieu d’un centre commercial, du moins c’est ce que je pense; Le probleme c’est que on a pas toujours et meme raremnent le choix. Sur ce bonne journee quand meme, mais au lieu de tout le temps vous attaquer a Proby et son administration essayez de rechercher un minimum les bonnes choses qu’il a faite pour la ville, et exposez le aussi.

SMH
par anonyme,
le 30 July 2012

Par exemple, pourquoi ne parlez vous pas du combat pour la gratuite des transports et leur retour sous le service public, pour la gratuite du gaz et de l’electricite, nos revendications sur la retraite a 60 ans et 37,5 annees de cotisations, les activites organisees par la mairie pour les habitants etc. ? Je vous propose de venir vivre quelque mois a SMH, parmi les habitants, et en tirer vos conclusions. Vous verrez que vos sens sont errones sur cette ville.

Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.