Indymedia Grenoble

Paraphysique des enfants du paradis

Saturday 10 November 2012 par Patrice Faubert

[Répression / Contrôle social] [Autres infos]

Cet article est refusé :

Non !

Les enfants du paradis C’ est le public, qu’aimait feu ( 1900 - 1977 ) Jacques Prévert Tout y sonne vrai, c’est sa magie C’est le monde des êtres lunaires Et même, tout y est En dessous de la réalité C’est un fait! Puisqu’en effet Feu (1796 - 1846) Jean-Gaspard-Baptiste Deburau Dit Baptiste, avait tué Un voyou, qui osa à sa femme, pour l’insulter A son procès, il parla si bien Lui éternel faux muet Qu’il fut tout bonnement acquitté Il fut le plus grand Mime de son temps Feu (1800 - 1876) Frédérick Lemaître Lui aussi, fut le plus grand Acteur de son temps, un géant L’idole de feu (1802 - 1885 ) Victor Hugo De feu ( 1802 - 1870 ) Alexandre Dumas père, de feu ( 1811 - 1872 ) Théophile Gautier Et qui en 1848, à Paris, sympathisa avec les ouvriers Sur scène, il faisait la pluie Comme il inventait le soleil Personne n’avait son pareil Car ce n’était pas une pièce De théâtre, qu’on allait voir, c’était lui! Et puis , voilà le fameux bandit Qui époustoufla les diverses bourgeoisies Feu (1800 ou 1803 -1836) Pierre François Lacenaire, homme de poésie Grand voleur, et piètre assassin Maître de sa réclame Pour ne pas mourir en vain A son procès, on l’acclame Au grand dépit, de feu Avril, et d’autres coquins Si lamentables complices, et experts de la lame Et même si ses personnages sont légendaires Dont le romantisme peut plaire aux révolutionnaires comme aux réactionnaires Ne se sont jamais rencontrés, avec certitude Comme dans le film, qui avec cela, prend des latitudes Sans aucun doute, ils se connaissaient Au moins de nom, c’est forcément vrai! Et ainsi, toute cette alchimie Grands acteurs, grandes actrices, personnages sortis d’un roman Font que la réalité et la fiction se mélangent Comme le fait, que c’est feu (1900 - 1972) Robert Le Vigan Qui devait jouer le marchand d’habits Mais pour des faits de collaboration Il partit avec feu ( 1894 - 1961) L.F. Céline dans sa destination Et oui, ce film, moi Je l’ai vu une trentaine de fois D’ailleurs, en 1995, la bourgeoisie cinématographique L’a dit, plus grand film de tous les temps, à titre honorifique Et cette fois, on peut être éventuellement d’accord! De toutes façons, les bourgeoisies récupèrent tout Nous le savons bien, et alors? Pour cela, ne pas le dire, serait être fou! En vérité, les enfants du paradis C’est toujours nous autres, les petites gens Qui rêvent aux jours meilleurs, à l’anarchie Il y a aussi le réactionnaire, au peuple, si malfaisant Et si propre à chaque temps Voici pourquoi, il faut lire Les mémoires de feu Pierre François Lacenaire Qui savait que tout allait mal finir Pour sa tête tranchée, en plein air De toutes choses, les bourgeoisies font des spectacles Et le plus souvent, cela nous tacle! Le précis de récupération, livre maudit De feu (1947 - 2010) Jaime Semprun, pavé dans la mare En son temps, et considéré comme une tare Serait une banalité à réactualiser, aujourd’hui En nos jours robotisés Car la récupération est institutionnalisée Par réseaux, elle est cooptée Et on ne sait plus, qui récupère qui Et on ne sait plus, qui récupère quoi C’est comme une grande mayonnaise Où tous les pouvoirs sont à l’aise Intellectuels, artistes, mercenaires du capital Fabriqués industriellement, et aussi de façon artisanale Mais de nos jours maudits Nos chers enfants du paradis Voteraient pour la droite populiste Et à fusiller, nous mettraient sur des listes Nous autres, les marginaux Nous autres, les pas normaux Nous autres, les en dehors Nous autres, les d’aucun bord Les enfants du paradis Ne vont pas voir les enfants du paradis Les bourgeoisies aiment s’encanailler Et de ce film, peuvent raffoler Les bourgeoisies éclairées, votent A la gauche du capital Les enfants du paradis, retournés, votent A la droite du capital La misère ne rend pas intelligent La misère cela n’est pas marrant La misère c’est extrêmement violent La misère c’est complètement dégradant Toutes les tyrannies adorent la misère C’est le lit commun, le ciment de la famille réactionnaire La misère Il y en a temps La misère Se disperse comme le vent Voilà pourquoi, le fascisme est populaire Qui sait partager toutes les misères Et puis le fascisme n’est pas intellectuel Il flatte la force physique, tout ce qui est manuel Ainsi, le 29 septembre 1902, feu ( 1840 - 1902 )Emile Zola Mourut asphyxié, avec sa femme Alexandrine, mais voilà La piste criminelle, ne fut jamais évoquée Et la cause de mort accidentelle, fut privilégiée Pourtant, feu ( 1874 - 1928 ) Henri Buronfosse, militant nationaliste Utilisa ses talents, de ramoneur fumiste Car en France, à cette époque, paradaient les antisémites et les nationalistes Et même, si comme le dit Jacques l’indompté, l’indomptable, de Nantes, un ami Organisations antisémites, organisations patriotiques Le vivier de toutes les droites historiques C’est en France qu’on l’expérimentait Les pratiques du futur, car cela plaît Et même, si comme le dit Jacques l’indompté, l’indomptable, de Nantes, un ami De tous les fascismes, la France N’a pas hèlas, le monopole, c’est l’évidence!

Patrice Faubert ( 2012 ) pouète, peuète, puète, paraphysicien, Pat dit l’invité sur "hiway.fr"




copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.