Indymedia Grenoble

Sommet franco-italien à Lyon : mille manifestants bloqués sur une place grillagée....

Monday 3 December 2012 par anonyme

[Répression / Contrôle social] [Ville / Environnement] [Autres infos]

La lutte contre le projet délirant de liaison ferroviaire Lyon-Turin continue ! Elle connaîtra un moment important à l’occasion de la venue à Lyon de Mario Monti, le 3 décembre. Il y rencontrera François Hollande, descendu de la capitale pour l’occasion : Ils vont entériner le budget du chantier de la ligne ferroviaire à grande vitesse Lyon - Turin.

Une mobilisation est appelée lundi, rendez-vous aux Brotteaux à midi. Un suivi de la journée est organisé sur cette page pour rassembler toutes les informations importantes.

Pour compléter ce suivi, avec vos infos ou vos photos, vous pouvez utiliser les compléments d’information de cet article, ou nous contacter

par mail (contact chez rebellyon point info), et même via Twitter® : @rebellyon_info.

- 18h02 : les flics refu­sent de lais­ser partir les mani­fes­tants mais veu­lent bien rela­cher les bus.

- 17h47 : Un léger mou­ve­ment vers les bar­ri­ca­des bld des Belges mais le canon a eau se retourne vers les gens . Ils sont tou­jours tota­le­ment encer­clés, une pré­sence de sou­tien der­rière les bar­ri­ca­des serait la bien­ve­nue mais atten­tion on est sur­doté en tor­tues ninja aujourd’hui, ne pas pren­dre de ris­ques inu­ti­les.

- 17h37 : les bus bou­gent à nou­veau les gens à pied essaient de sortir en se pro­té­geant au milieu des véhi­cu­les.

- 17h33 : On nous signale une dizaine de four­gons de CRS plan­qués du côté de la place des ter­reaux...on nous signale aussi que der­rière les bar­riè­res Rue Récamier et Cuvier c’est blindé de GM’s.

- 17h20 : les bus ita­liens peu­vent faire demi-tour et quit­ter la place, ils s’apprè­tent à remon­ter le bou­le­vard des belges mais res­tent encore immo­bi­li­sés, les par­ti­ci­pants essaient de sortir en même temps que les bus.

- 17h13 : les ita­liens vou­draient bien repar­tir et deman­dent à rejoin­dre les bus, la coor­di­na­tion de la mani­fes­ta­tion tente tou­jours une média­tion et obte­nir une sortie des mani­fes­tants sans contrôle.

- 17 h : les per­son­nes venues en ren­fort et dési­rant rejoin­dre la manif ne peu­vent même pas passer tout est bloqué dans les deux sens. Des ren­forts seraient sou­hai­ta­bles pour que l’on revive pas une deuxième prison à ciel ouvert comme à Bellecour en 2010.

- 16h50 : les pre­miè­res lacry­mos sont tirées.

- 16h40 : départ de la mani­fes­ta­tion mais blo­cage des CRS. Situation très tendue.Des grilles ont été pla­cées sur toutes les rues adja­cen­tes, les mani­fes­tants ten­tent de se dépla­cer rue Jules Ferry, vers le Parc de la Tête d’or, des pétards sont jetés au sol, les négo­cia­tions sont en cours pour qu’il y ait une dis­per­sion sans contrôle d’iden­tité,

- 16h30 : point sur la répres­sion :

  • Sur les per­son­nes arrê­tées Place Saint-Louis et enfer­mées au Fort Mont luc, envi­ron 20 vont en garde-à-vue. Elles sont répar­ties entre le com­mis­sa­riat de la Guillotière Place Bahadourian, le com­mis­sa­riat de Villeurbanne (Gratte-Ciel a priori), et un local spé­cial, la Direction de la Logistique de la police située au 20 rue de l’Espérance, quar­tier Maison Neuve.

4 autres personnes ont été enfermées au Fort Montluc ; 3 sont sorties mais 1 est mise en garde-à-vue. 6 personnes ont été arrêtées pour contrôle d’identité ou autres puis relâchées. Nous sommes sans nouvelles de 12 personnes au total qui ont été interpellées au Péage de Vienne, Rue Anatole France ainsi que devant la Gare de La Part-Dieu. Si vous avez des infos, contactez la legal team ! Numéro de la Légal Team 06 43 08 40 32

- 16h20 Devant l’impos­si­bi­lité de bouger des négo­cia­tions sont en cours avec les forces de l’ordre pour essayer de faire en sorte que les par­ti­ci­pants au ras­sem­ble­ment se dépla­cent un peu. Toute avan­cée vers la part-dieu a l’air impos­si­ble ils atten­dent une déci­sion leur per­met­tant de bouger par exem­ple du cote de Charpennes. Ils ont dit que les mille per­son­nes actuel­le­ment pré­sen­tes refu­se­raient tout contrôle d’iden­tité à la fin ou en sortie du ras­sem­ble­ment

- 16h00 12 cars anti-emeu­tes sont en place, bar­ra­ges fil­trants, les gens sor­tent 1 par 1 et sont contro­lés au pas­sage.

- 15h50 la place est tota­le­ment qua­drillée, les CRS sont par­tout, les fla­sh­ball prêts à tirer, les tuyaux prêts à arro­ser, plus per­sonne ne peut quit­ter la zone, un groupe essaye cepen­dant de créer une dyna­mi­que pour bouger de la zone.

- 15h30 : deux héli­co­ptè­res sur la zone.

- 15h20 Les bus vien­nent d’arri­ver aux Brotteaux. C’est très festif, on les accueille, le ras­sem­ble­ment double de volume, l’héli­co­ptère revient. La place a été tota­le­ment fermée, le départ en mani­fes­ta­tion semble com­pro­mis pour l’ins­tant.

- 15h08 : les héli­co­ptè­res font une pause. Ravitaillement ?

- 15 h : un feu d’arti­fice a un peu affolé les keufs pen­dant les prises de paro­les des col­lec­tifs No-Tav, mais tout va bien c’était pour rire.

- 15 h : les bus vien­nent de passer le péage de Saint Quentin Fallavier.

- 14h45 : le ras­sem­ble­ment compte main­te­nant 500 per­son­nes, il y a diver­ses prises de paro­les des dif­fé­rents col­lec­tifs No Tav pré­sents .

- les RG ont demandé la com­mu­ni­ca­tion du trajet envi­sagé par les mani­fes­tants, ils se ren­sei­gnent... mais d’ores et déjà des bar­riè­res anti-émeutes ont été pla­cées sur le péri­mè­tre afin que les mani­fes­tants ne puis­sent entrer dans le péri­mè­tre de la gare Part-Dieu.

- les deux grou­pes annon­cés n’en seraient qu’un (rue Hachette et rue du repos) ces 25 per­son­nes seraient actuel­le­ment rete­nues pour contrôle d’iden­tité. Comme ils n’ont pas fait appe­ler d’avocat, il s’agi­rait bien d’un simple contrôle et non d’une garde à vue.

- 14h40 : les cars ita­liens auraient été arrê­tés à la péri­phé­rie de Lyon

- Pendant qu’on empê­che la mani­fes­ta­tion, que les mani­fes­tants sont cernés de flics et d’héli­co­ptè­res, les bureau­cra­tes signent des accords sur le Lyon-Turin. Sur Rue89Lyon :

Frédéric Cuvillier, minis­tre délé­gué en charge des Transports, et Corrado Passera, minis­tre du Développement économique (avec délé­ga­tion trans­ports) ont donc signé la décla­ra­tion rela­tive au Lyon-Turin, sans que son contenu soit dévoilé davan­tage.

- 14h00 Les 11 bus ita­liens ont fina­le­ment passés a fron­tière et sont atten­dus à 14h30 à Lyon. 1 seul bus n’a pu passer.

- 13h45 ils sont main­te­nant 400 sur la place.

- 13h30 ça bouge pas trop, toutes les issues sont blo­quées y’aurait bien eu deux grou­pes de gens contro­lés ce matin dont un a été inter­pellé

- 13h20 l’hélico fait des ronds au-dessus de la place.

- 13h15 Certains GM qui gar­dent la zone rouge étaient à NDDL la semaine der­nière, ils sont vrai­ment trim­bal­lés de par­tout !

- 13 h 10 : on attend confir­ma­tion d’une cin­quan­taine d’inter­pel­la­tions qui auraient eu lieu dans le 3e, rue Jeanne Hachette, ils ont été amenés au Fort Mont-luc .

- 13h05 : pré­ci­sions sur les inter­pel­la­tions de ce matin. 25 per­son­nes ont été cueuillies ce matin à la sortie d’un squat rue du Repos. Il sem­ble­rait que ce ne soient pas des ita­liens, mais des oppo­sants à Notre Dame des Landes venus en sou­tien. Ils n’ont tou­jours pas été rela­chés.

- 13 h : on nous signale la pré­sence de flics en mode « tor­tues ninja » en fac­tion devant la gare de Jean Macé, atten­tion si vous arri­vez par là. Pas de pré­sence poli­cière très visi­ble dans les rues autour de la Part-Dieu.

- 13 h : 300 per­son­nes sont déjà au rendez-vous aux Brotteaux. Deux héli­co­ptè­res sur­vo­lent la place. Des canons à eau sont là aussi. Le quar­tier est tota­le­ment encer­clé.

- 12h30 : tous les cars ita­liens (à l’excep­tion d’un venant de Milan, à confir­mer) ont réussi à passer la fron­tière, après que les flics aient bien pris leur temps pour qu’ils arri­vent en retard au ras­sem­ble­ment qui a déjà débuté aux Brotteaux. Photo des dan­ge­reux anar­cho-auto­no­mes d’ultra-gauche blo­qués à la fron­tière sur le site de La Stampa.

- 2 ita­liens arrê­tés à la gare gar­dées deux heures en GAV.

- 25 inter­pel­la­tions place Saint-Louis après un impor­tant déploie­ment poli­cier. Apparemment des No Tav ita­liens.

- 12 cars venant d’Italie avec 700 oppo­sants au TAV sont en route vers Lyon, la majo­rité auraient réussi à passer malgré les embrouilles à la fron­tière.

- 11h40 : un héli­co­ptère sur­vole la Guillotière.

- Le Progrès pré­pare la répres­sion en toute tran­qui­lité et titre « Sommet franco-ita­lien : sécu­rité maxi­mum face à l’ultra-gauche ». Tremblez braves gens. On y apprend qu’un « centre névral­gi­que de sur­veillance ultra-sécu­risé » est déjà mis en place dans le quar­tier de la pré­fec­ture.

L’enjeu, c’est également la sécu­rité : des cen­tai­nes de gen­dar­mes et poli­ciers, les trou­pes d’élite du Raid, le GIPN, des héli­co­ptè­res sont mobi­li­sés. Le quar­tier de la pré­fec­ture sera placé sous haute sur­veillance. Pour coor­don­ner l’ensem­ble des opé­ra­tions, un Centre Opérationnel Zonal a été délo­ca­lisé à proxi­mité de la pré­fec­ture sous la direc­tion du préfet délé­gué à la sécu­rité Jean-Pierre Cazenave-Lacrouts. Un centre névral­gi­que de sur­veillance ultra-sécu­risé pen­dant les quel­ques heures du sommet. Car au total, ce sont deux chefs d’Etat et une quin­zaine de minis­tres des deux pays qui seront pré­sents pour une série d’entre­tiens bila­té­raux.



Compléments d'informations :
Le 3 décembre vu par les italiens
par anonyme,
le 4 December 2012

Que s’est-il passé le 3 décembre à Lyon ? Le récit vu par les italiens venus du Val de Suse pour la manifestation.

D’un côté il y avaient les gouvernements des crises économiques, de l’autre l’Europe des peuples, des citoyens en lutte. Les premiers ont signé l’ennieme protocole vide de contenu et inutile, puisque sans financement. Les seconds ont tenté de manifester leur pensée, leur opposition à ces choix.

Les premiers, Monti et Hollande, avec toute leur générosité, ont convaincu les journaux et la TV - qu’eux même gouvernent - que tout allait désormais filer droit, sur le Lyon-Turin, sur les réponses à donner à la crise, et sur bien d’autres choses encore. Protégés par des milliers de policiers ils ont signé, parlé, photografié, mangé aux frais des citoyens qui étaient tenus à des kilomètres.

Les NO TAV, les véritables citoyens, ceux qui payent les choix de ces gouvernements, ont été escortés, et bloqués pendant au moins 4 heures à la frontière, puis encore bloqués aux portes de Lyon, et grâce à leur ténacité, ont finalement rejoins la place concédée pour manifester.

Partis à 6h du matin, arrivés à Lyon à 15h30. Puis arrive la surprise : sur la place, les libertés s’arrêtent à la descente du bus. Ici, à Lyon, c’est la police du gouvernement Hollande qui commande, et tout cortège est interdit, comme il est interdit à chaque personne de s’éloigner de la place. Interdit de quitter la place ! Ce sont les ordres. Puis vers 18h il fait nuit, et pour la police il est l’heure de faire rentrer les NO TAV à la maison, et pour cela hommes et femmes, vieux et enfants sont chargés et matraqués, gazé aux lacrymogènes vers les bus. Puis les bus sont réquisitionnés pas les agents qui montent, frappent tous ceux qui se lèvent de leur siège. Dans un cas le chauffeur est remplacé par un CRS qui conduit le bus vers la frontière. Dans un autre cas les agents montés dans le bus gazent au lacrymogène provocant des malaises chez pratiquement tous les passagers. Chaque bus est ainsi escorté sous la menace sur l’autoroute, puis encore bloqués vers 20h30.

Deux face d’un même problème ? Non, absolument pas. D’un côté, dans les palais de la république, des bourreaux-bureaucrates qui au nom des banques et de la crise sont disposés à passer sur le corps des personnes, au point de faire couler le sang.

De l’autre, l’Europe des peuples, des simples gens, des citoyens qui malgré les violences et les injustices qu’ils subissent depuis des années, continuent et continueront à se battre. Ce n’est pas un problème qui suppose une médiation, c’est que la partie saine doit avoir raison de la partie malade.

Movimento NO TAV

www.notav.info/

Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.