Indymedia Grenoble

Kurdistan Iranien le PJAK se dit prêt à faire face au régime de Téhéran

Saturday 8 December 2012 par anonyme

[Répression / Contrôle social] [Impérialismes / Solidarités internationales] [Autres infos]

Kurdistan Iranien le PJAK se dit prêt à faire face au régime de Téhéran

6 et 7 décembre 2012 nouvelles qui nous sont parvenues via le site Kurde Rojhelat: Zone de résistance à l’occupation militaire du régime de Khamenei et d’Ahmadinejad de la région montagneuse de Qendil – la guérilla Kurde Iranienne du PJAK et ses combattantes et combattants sont bien préparés pour répondre à toutes nouvelles attaques militaires commises par le régime iranien, a déclaré Rezan Cawid un membre et combattant de la Coordination Parti Pour Une Vie Libre Au Kurdistan ou PJAK dans une interview qu’il a accordée au journal Kurde Hawlati le 3 décembre 2012 dernier.

Le Journal Hawlati qui est publié dans le sud du Kurdistan à interviewé Rezan Cawid un membre de la coordination du PJAK Kurde Iranien, pour lui poser des questions sur la situation actuelle dans l’Est du Kurdistan.

Attirant l’attention sur l’état des forces militaires de la guérilla du PJAK dans l’Est du Kurdistan Rezan Cawid à observé: Que le PJAKavait maintenant des forces dans toutes les régions de l’Est du Kurdistan. Et que le PJAK était maintenant plus fort qu’avant. Et qu’il avait la capacité militaire pour répondre à tout moment, à toutes les nouvelles attaques et agressions militaires qui pourraient êtres lancées par le régime d’occupation Iranien.

Interrogé sur le cessez-le feu signé à la fin de l’été 2011 dernier entre l’Iran le PJAK et quant à savoir si le mouvement de la Guérilla du PJAK envisageait de continuer la lutte armée Rezan Cawid a déclaré: Après la dernière offensive militaire Iranienne dans notre région montagneuse de Qendil, un cessez-le feu avait à été déclaré et signé entre les deux parties. En fait la politique de notre mouvement de résistance du PJAK est plus basée sur l’auto-défense contre les agressions du régime Iranien, ce cessez-le feu que nous avons signé l’été dernier stipule que Téhéran ne peut plus attaquer les troupes du PJAK et les réalisations que nous faisons pour la nation Kurde dans cette région, nous sommes donc liés à celui ci et nous en avons depuis observés toutes les conditions. Cependant si les troupes Iraniennes envisageaient de nous attaquer à nouveau, alors la sans aucun doute nous donnerions toutes les réponses nécessaires pour faire face à leurs agressions.

L’Eté 2011 dernier avec la collaboration « officieuse » du régime Turc d’Erdogan et de son parti l’AKP , les « gardiens de la révolution » Iraniens de l’IRGC ou GRI avec l’aide degroupes de mercenaires intégristes religieux locaux, avaient lancés plusieurs offensives militaires contre nos camarades du PJAK et avaient bombardés massivement les régions frontalières situées dans la région frontalière Iran-Turquie-Irak et celles des massifs montagneux de Quendil, cette agression militaire Iranienne s’était soldée par de lourdes pertes pour les troupes d’occupation du régime de Téhéran. Et un cessez-le feu avait été signé par les deux parties en conflit après plusieurs semaine de violents combats.

En ce qui concerne la répercussion des changements politiques que l’on à pu observer récemment dans cette partie du Kurdistan et dans les autres parties de la région Rezan Cawid déclare: Sans aucun doute nous avons vu nous aussi tous ces changements politiques dans notre région. Et comment ils affectaient toutes les autres parties du Kurdistan. Mais nous sommes prêts à accepter tout ces changements dans notre région et dans la totalité du Kurdistan.

A la fin de cette interview quand les journalistes du journal Hawlati, lui ont posés des questions sur les relations entre le PJAKet les autres partis politiques de l’Est du Kurdistan Rezan Cawid a conclu en déclarant : « nous avons des relations amicales avec la plupart des partis politique de notre région et nous allons continuer à renforcer ces relations avec eux dans tous les domaines ».

- De nouveaux plans militaires du régime de Téhéran pour tenter de bloquer l’est du Kurdistan.

Par ailleurs nous apprenions aussi ce 2 décembre 2012 par plusieurs articles de sites internet Kurdes. Que les troupes d’occupation du régime de Khamenei et d’Ahmadinejad déployaient à nouveau en masse de nouveaux renforts de forces militaires et procédaient à la construction de nouveaux fortins et de check-points militarisés dans tout l’est du Kurdistan Iranien, on comprend donc la méfiance de nos camarades de luttes du PJAK, quand au double langage du régime de Téhéran, surtout quand sait aussi que les populations locales subissent chaque années dans cette région , des violences quasi quotidiennes émanant des militaires et des gardes frontières Iraniens.

Lors d’une récente visite dans l’est du Kurdistan le coordonnateur adjoint des gardes-frontières Iraniens Saiyed Abbas Attaiy, a annoncé le lancement d’un nouveau plan visant à bloquer totalement les frontières de cette région du pays. Alors que sur place des dizaines de civils Kurdes sont quotidiennement tués par les forces armées iraniennes qui appliquent ses ordres, il a affirmé sans se démonter que les populations locales étaient soi-disant prêtes à une « coopération constructive » avec les gardes-frontières dépêchés sur place par le régime de Téhéran.

En niant le massacre systématique de ces civils Kurdes, les autorités iraniennes tentent bien sur à nouveau de cacher et de se dédouaner à peu de frais, de tous les crimes commis chaque année par ses propres gardes-frontières.

Le représentant et le coordinateurs des gardes frontières Iraniens Saiyed Abbas Attaiy à déclaré dans une conférence de presse tenue le 30 novembres 2012 dernier que l’un des buts de sa visite récente dans la province de la ville de Sine située dans le Kurdistan Iranien. Etait de faire avancer « pour des raisons de sécurité » le plus rapidement possibleles nouveaux plans que ses services voulaient accorder à la Garde frontalière Iranienne.

On a donc assistés dans la région à de nouvelles constructions massives de fortins, de miradors et de tourelles munies de systèmes sophistiqués de surveillances électroniques, , de casernes et de poses de réseaux de barbelés qui sont maintenant pratiquement terminées. Il n’est pas difficile de deviner que ces nouvelles constructions ultras-sécuritaires , ont étés faites dans le seul but de mettre encore plus de pression sur le peuple Kurde qui vit dans la région. Malgré cela ces constructions ont étés décrites comme faisant parties des « Plans constructifs » voulus par ce même Saiyed Abbas Attaiy qui a osé ajouter que la population locale avait répondu « positivement » à ses demandes » en fournissant spontanément des abris à ses gardes frontières ».

Contrairement a ce que disent les propos mielleux et lénifiants de Saied Abbas Attay, nous savons que ses intentionssont pourtant très claires, elle visent essentiellement a justifier les attaques quotidiennes du régime, commises contre les petits marchands nomades Kurdes qu’on appelle les Kolbers ou Kulbarans et qui sont ces gens très pauvres qui pour des raisons économiques, tentent de survivre et de faire vivre leurs familles en transportant des petites quantités de marchandises pour les vendresur les marchés des villages isolésdes régions frontalières situées à cheval entre l’Iran, la Turquie et l’Irak. Des Kolbers qui chaque année qui passe subissent des discriminations diverses, des lourdes amendes et des peines de prison, mais qui se font aussi systématiquement tirer dessus et tuer par les Gardes frontières Iraniens qui appliquent les ordres délirants de ce même Saied Abbas Attay.

Rappelons aussi que pour la seule année 2012 plus de 172 de ces Kolbers ou Kulbarans Kurdes Iraniens et des dizaines de réfugié-es d’Afghanistan qui tentaient de passer par cette zone frontalières pour entrer en Europe via la Turquie ont étés purement et simplement assassinés sans autres forme de procès, par les Garde frontières et les « gardiens de la révolution » Iraniens de l’IRGC ou GRI qui ont des consignes strictes du régime pour leur tirer dessus. D’autre part il ne faut pas oublier que cette fermeture des frontières vise aussi plus prosaïquement à empêcher les passages de dizaines de réfugiés et militant-es Iranien-es de l’opposition intérieure qui quittent souvent le pays, par le même chemin et par cette même entrée vers l’Europe.

L’étanchéité des frontières souhaitée par Saied Abbas Attay et le régime totalitaire et raciste de Khamenei d’Ahmadinejad empêcherait les Kurdes d’Iran d’avoir des contacts sociaux et culturels avec leurs sœurs et leurs frères qui vivent dans les autres parties du Kurdistan situées principalement en Turquie, en Irak et même en Syrie. Elle constitue une violation grave des droits de l’homme et une atteinte flagrante à la liberté de circulation et d’installation. Et en outre celle ci ne fera qu’aggraver de manière drastique , les conditions de vie déjà fortement précarisées et paupérisées, de milliers de villageois Kurdes Iraniens qui vivent dans ces zones frontalières. Qui se trouvent êtres aussi parmi les régions les plus pauvres de la « république Islamique d’Iran ».

Voir aussi sur:

http://rojhelat.info/en/?p=4586

Et sur:

http://rojhelat.info/en/?p=4562

Relire aussi: Invasion iranienne du Kurdistan, Lettre du PJAK à l’opinion internationale

http://soliranparis.wordpress.com/2011/08/08/invasion-iranienne-du-kurdistan-lettre-du-pjak-a-lopinion-internationale/



Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.