Indymedia Grenoble

La dernière Grevue de presse 2012

Saturday 22 December 2012 par Marathonman

[Infos locales] [Média]

Voici la dernière Grevue de presse de l’année 2012, une sélection d’informations rageantes, insolites ou terriblement banales glânées dans le Dauphiné Libéré, la revue de presse de l’ADES, Isère Magazine, Grenews et Le Nouvel Observateur entre le 21 novembre et le 19 décembre 2012.

Pour ne pas surcharger cette revue de presse qui couvre presque un mois d’informations, nous n’avons pas sélectionné les thèmes déjà traités sur Indymedia Grenoble (expulsion des Roms, expulsion de squats, A51, Lyon-Turin, manifestation pour le mariage gay, poubelles électroniques dans le sud-Grésivaudan, etc.)

* * *

VIVRE DANS UN BOCAL TOXIQUE

Le cross annuel des écoles publiques de Grenoble a été annulé pour cause de pollution atmosphérique. Environ 3000 élèves d’école primaire étaient attendus au parc Mistral. Quelle fut la réaction des autorités face à tout cette pollution ? Réduire la vitesse à 70km/h maximale sur les grands axes routiers cernant la ville, en attendant que les gaz se dispersent aux alentours de Grenoble, et que le niveau de pollution « autorisé » soit de nouveau atteint. (DL, 24/11/12)

* * *

COMMENT SE DÉPLACE-T-ON À GRENOBLE ?

Les résultats d’une enquête de mobilité dans l’agglomération grenobloise montrent une petite hausse de l’utilisation des transports en commun. Depuis 2002, le pourcentage de déplacements quotidiens par trams et bus par rapport à l’ensemble des déplacements de l’agglo serait passé de 14 à 17%. De 3 à 4% pour le vélo. De 30 à 32% à pied. Et de 53 à 47% en voiture. La voiture reste donc largement en tête. Notons qu’à Grenoble, 34% des ménages n’auraient pas de voiture, et 16% en auraient deux ou plus. (DL, 04/12/12) Faut-il forcer les gens à ne plus utiliser leur voiture ? Réagissant aux politiques de piétonnisation du centre-ville, François Bazès, vice-président de la Chambre de Commerce et d’Industrie, s’insurge : "On n’y peut rien, mais les gens font leur course en voiture. Si on change leurs habitudes, le commerce peut s’en ressentir" (Nouvel Obs, 13/12/12) Air pur ou shopping, il faut choisir.

* * *

VOLS DE CARBURANTS

Une double-page dans le Daubé sur l’augmentation des vols d’essence, avec une valse de témoignages sur des voitures siphonnées, des réservoirs de cars percés à la perceuse pour contourner les bouchons antivols, le pillage de cuves de compagnies de bus ou d’entreprises de BTP. Ces vols alimenteraient un marché noir en pleine expansion. Réelle augmentation des vols d’essence ou paranoïa sécuritaire ? L’article ne donne aucun chiffre précis, si ce n’est l’estimation de l’Union française des industries pétrolières, pour qui les siphonnages de réservoirs de stations-services ont augmenté de 20% en France depuis 2010. (DL, 25/11/12)

* * *

UN MILLION DE REPAS

La 28eme campagne d’hiver des Restos du coeur a démarré en Isère. L’hiver dernier, les Restos ont servi environ 983 000 repas. Cette année, l’association prévoit de servir plus d’un million de repas, tant les sollicitations augmentent. Les Restos lancent d’ailleurs un appel à bénévoles. (DL, 25/11/12)

* * *

PENDANT CE TEMPS-LÀ, À VINAY

Le championnat du monde des casseurs de noix s’est tenu à Vinay. Le but : casser le plus rapidement possible 50 noix en préservant les cerneaux entiers. Un record de 7 minutes a été atteint. (DL, 26/11/12)

* * *

ACCIDENTS DE CHASSE, C’EST PARTI

La saison de chasse a démarré il y a quelques semaines, et voici que les premiers échos d’accidents arrivent dans le Daubé. Une femme qui se promenait sur un sentier de forêt a pris du plomb dans les jambes et le thorax, près de Charantonnay. Le chasseur, posté à une cinquantaine de mètres, affirme que les balles ont malencontreusement ricoché. Près de Montaud, un chien de promeneurs a été abattu froidement par un chasseur, à quelques dizaines de mètres des propriétaires du chien, sous prétexte que le chien ressemblait à un chamois. (DL, 26/11/12)

* * *

COMITÉ D’ÉTHIQUE DE VIDÉOSURVEILLANCE

En 2010, suite aux vives critiques contre l’installation de caméras de vidéosurveillance dans le centre-ville de Grenoble, la mairie décidait de créer un comité d’éthique pour évaluer « de manière indépendante » le dispositif et vérifier « le respect des libertés individuelles et publiques ». Le comité était présidé par Charles Catteau, ancien président de la cour d’appel de Grenoble. L’ADES a attaqué devant le tribunal administratif cette décision, affirmant qu’il est illégal qu’un comité d’éthique de ce type ne soit pas présidé par un élu. Le tribunal de Lyon a donné son verdict : le comité d’éthique est effectivement invalide. Depuis 2010, il ne s’était en tout cas jamais manifesté publiquement. (DL, 26/11/12)

* * *

COMITÉ D’ÉTHIQUE ENCORE

Une double page de promotion de Clinatec dans le dernier numéro d’Isère Magazine, où le Conseil Général célèbre les avancées médicales merveilleuses promises par ce laboratoire : lutter contre Alzheimer et les cancers du cerveau, "faire remarcher des paraplégiques" en implantant des nano-dispositifs dans le cerveau, etc. Et les applications policières et militaires possibles ? Le neuromarketing ? La déshumanisation des interfaces homme-machine ? François Berger, le directeur de Clinatec, se veut rassurant : "On ne travaille pas ici sur l’homme amélioré. Tous les essais pratiqués à Clinatec sont validés par les différentes agences et comités éthiques français. Ces questions d’éthique absorbent 30% de mon temps." (Isère Magazine, décembre 2012) Nous voilà rassurés !

* * *

JEAN THERME ET LE DAUBÉ FONT L’AMOUR ENSEMBLE

Le Daubé nous propose une interview de Jean Therme qui vaut son pesant de cacahuètes en catégorie léchage de botte : pas une seule question gênante, des éloges appuyés, une glorification du CEA. Au fil des réponses, le directeur du CEA prend la pose : "Je bosse comme un fou, je suis hyperperfectionniste", "Je n’ai pas la culture de l’échec, je ne l’imagine pas", "Oui, je parle trop, je n’écoute pas assez. Mais j’entends tout. Et j’enregistre tout." Il se paye même le luxe de parler de lui à la troisième personne : "Ce qui disait de moi Henri Lachmann à François Fillon : Jean Therme c’est un rebelle. Au bon sens du terme (sic). Il se rebelle contre ce qui existe et qui ne va pas. Il fait des choses impossibles." (DL, 16/12/12)

* * *

CATERPILLAR 2013, UN REMAKE DE 2009 ?

Les syndicats de Caterpillar expriment leurs vives inquiétudes concernant l’évolution de l’usine de Grenoble, qui emploie environ 2000 personnes. En 2009, plus de 700 travailleurs étaient licenciés, déclenchant un mouvement de grève appuyé, avec séquestration de patrons, etc. Suite aux mauvais résultats commerciaux annoncés pour 2012, Caterpillar a embauché le cabinet "d’expert" BOOZ pour auditer l’usine, et "augmenter de 20% le gain de compétitivité" de la chaîne de montage des tracteurs. (DL, 14/12/12) Ça sent le roussi.

* * *

COUP DE CANON DANS LE GRÉSIVAUDAN

De nombreux habitants du Grésivaudan ont entendu comme un énorme coup de canon le 12 décembre dernier, accompagné d’étonnantes vibrations. Il s’agissait d’un séisme de magnitude 2,7 (sur 9). Rien d’exceptionnel selon les sismologues, le Grésivaudan étant situé sur une faille sismique de faible intensité. (DL, 13/12/12)

* * *

CHASSEURS ALPINS EN PROCÈS

Plusieurs chasseurs alpins de Gap et le colonel Eric Burgaud de Chambéry ont écopé de peines de prisons avec sursis. Ils étaient accusés d’avoir froidement assassiné un ivoirien dans le cadre de l’opération militaire Licorne en Côte d’Ivoire. Cet ivoirien, Firmin Mahé, était considéré comme un criminel par l’armée française. Le Daubé nous livre une interview glaçante du chasseur alpin Guy Raugel, celui qui a arrêté Firmin Mahé, et qui en dit long sur les pratiques de l’armée française en Afrique. Morceaux choisis : "On m’a appelé au téléphone. Vous vous doutez bien qu’on ne pouvait pas m’envoyer l’ordre par la radio, c’était un ordre illégal. Il m’est dit : vous l’évacuez [Firmin Mahé] sur le PC [Poste de Commandement] à Man en prenant bien votre temps. Il y avait un ordre implicite derrière tout ça. J’avais besoin d’avoir un ordre clair. Comprenant à demi-mot, je demande : vous me confirmez bien que Mahé ne doit pas arriver vivant ? [...] Il me répond : oui, vous m’avez très bien compris. [...] A un moment donné, je vois derrière le poste du pilote ce sac plastique, un sac poubelle. Et la seule chose qui me vient à l’esprit, c’est : il est inconscient, je l’étouffe, il ne sentira rien, il meurt des suites de ses blessures et je ne veux rien à avoir à faire avec tout ça. C’est une solution qui dégage tout le monde de toute responsabilité, c’est moche, je ne me suis pas engagé pour ça, mais ça permet de régler le problème. [...] A l’armée, un ordre c’est un ordre. Ça ne se discute pas. Sur le coup, cet ordre semblait légitime. Il fallait que ça cesse, d’une manière comme d’une autre. C’était devenu le combat du bien contre le mal. Des ordres illégaux, j’en ai eu pendant quatre mois et demi, des grands et des petits". Evidemment, le Daubé ne donne aucun élément de fond sur le contexte de cette opération, sur la Françafrique, sur les autres affaires de ce type, sur l’ingérence militaire française, et présente quasiment les militaires comme des pauvres victimes. (DL, 27/12/12) Pourquoi ? Parce que les journalistes du Daubé n’ont pas lu le livre "Que fait l’armée française en Afrique ?", de Raphaël Granvaud de l’association Survie, aux éditions Agone, http://survie.org...



Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.