Indymedia Grenoble

Disparition de l’édition locale du JT de France 3 : une décision politique ?

Sunday 23 December 2012 par Jean-Pierre Souchon

[Infos locales] [Média]

Il se passe actuellement quelque chose dans le petit paysage médiatique grenoblois dont il n’est peut-être pas inutile de parler ici, puisque Indymedia est, entre autres, un site de critique des médias.

Alors voilà : l’édition locale du journal de France 3 est sur le point d’être fusionnée avec l’édition régionale. Les journalistes concerné-e-s protestent en ces termes :
« De près on se comprend mieux… Un slogan qui a du plomb dans l’aile à France 3 Grenoble. Les salariés de France 3 Grenoble ne comprennent pas la décision de leurs cadres dirigeants qui ont choisi "la fusion" de cette édition locale avec le JT régional des Alpes. En clair, la fermeture de cette édition d’infos de proximité après 13 ans d’existence. Une décision ressentie comme un désaveu par les personnels qui s’y sont investis. Un désaveu ressenti peut-être aussi par les téléspectateurs qui y sont attachés. Chaque soir, plus de 32 000 dans l’agglomération. Presque 100 000 dans les Alpes. »
Ils ont aussi lancé une pétition de soutien.

Jusqu’ici, pas de quoi remuer un Indymedia. Sauf qu’au delà des questions purement structurelles (diminution du nombre de postes, info locale ou pas), il y a peut-être un autre enjeu derrière cette fusion annoncée. Ceci n’est qu’une supposition de militant, mais qui me paraît suffisamment fondée pour être formulée.
Ces dernières années, les journalistes de France 3 ont fait un travail qui a été souvent apprécié par les militant-e-s grenoblois-e-s : vraies investigations, recoupage d’informations, parole donnée aux personnes en luttes et reportages sur la situation des sans-papiers, entre autres. Au point que ça a même été signalé sur Indymedia Grenoble.
Entendons-nous bien : la locale de France 3, ça n’est pas non plus la révolution en marche. Ça reste une grande chaîne publique. Il y a tout de même un cadre. Mais disons que c’est un travail journalistique honnête qui détonne avec ce que peuvent faire le Daubé ou Grenews, par exemple.
Autant dire que ça doit faire grincer des dents dans les sphères du pouvoir. Il n’est pas difficile d’imaginer les multiples plaintes que la locale de France 3 a dû occasionner à sa direction. Et de là à penser que celle-ci, quelque peu lassée, pourrait chercher à mettre un peu sous l’éteignoir le travail de ces journalistes pas assez consensuels... il n’y a qu’un pas.

Ça n’est évidemment pas un scoop, mais une illustration de ce qu’on savait déjà : pour faire carrière dans le journalisme, mieux vaut ne pas trop l’ouvrir, et faire du racolage facile plutôt que de se pencher sur les sujets de société qui fâchent.

Qui sait ? Peut-être que les journalistes de la locale de France 3, forts de cette expérience malheureuse, vont se mettre à publier sur Indymedia ?



Compléments d'informations :
DISPARITION DE FRANCE " grenoble ?
par ETELLIN,
le 27 December 2012

La nouvelle est tombée assez brutalement de la Direction sans que le CHSCT et le CE n’aient été consultés ! D’où le report de quelques semaines ! Le Pôle DRH oublie les fondamentaux ? C’est drôle ! Cette chaine d’informations sur les 4 départements doit continuer, c’est pourquoi j’ai signé la pétition pour le maintien d’informations de proximité.

Alors, Mesdames et Messieurs les Dirigeant-es, revenez sur votre décision !

Un syndicaliste de Sud Solidaires Savoie

Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.