Indymedia Grenoble

Pourquoi devons-nous refuser la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ?

Saturday 26 January 2013 par anonyme

[Infos locales] [Ville / Environnement] [Révoltes / Luttes sociales]

Car c’est un projet inutile, absurde écologiquement et beaucoup trop coûteux ! Ce projet est dénoncé par un comité de pilotes de ligne, utilisateurs de l’aéroport existant. Ces professionnels affirment que l’aéroport actuel est classé dans la catégorie des plus sûrs de France et qu’il est loin d’être saturé en terme de trafic. Si le trafic devait augmenter, ce qui n’est visiblement pas pour demain, des travaux d’aménagements seraient suffisants et pour un coût inférieur de 90% à celui de la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Une opération de spéculation immobilière serait-elle envisagée sur l’aéroport actuel ? Le prix annoncé en 2010 pour la construction du nouvel aéroport est de 556 millions d’euros dont 43% de financements publics. Sans compter que des études sérieuses estiment le projet de N.D. des Landes à 3 milliards en incluant les infrastructures (non-prises en compte dans le budget initial). Nous avons bien vu avec la construction du stade des Alpes à Grenoble comment les budgets initiaux de ces grands chantiers, volontairement et constamment sous-évalués par les pouvoirs publics, explosent pour le plus grand profit de multinationales du BTP qui se partagent parfois, à la suite d’ententes illicites, les profits considérables de ces importants marchés publics. Alors que même la banque mondiale considère comme très probable une augmentation de 4° de la température dès 2060, n’est-il pas aberrant de continuer à développer des transports aériens polluants ? Alors que la surface des terres agricoles est en constante régression et que la population continue d’augmenter, n’est-il pas aberrant de vouloir détruire près de 2000 hectares de terres agricoles de forêts et de bocage pour y construire un aéroport inutile et ses nombreuses infrastructures : routes, autoroutes, parkings, centres commerciaux, complexes hôteliers, voies ferrées… ? Une cinquantaine d’exploitations devraient disparaître. Au moment même où le gouvernement prône le dialogue environnemental, il envoie les « forces de l’ordre » réprimer et expulser les défenseurs de cet espace naturel, agricole et d’une grande biodiversité.

La multinationale Vinci et le mélange des genres Comme dans de nombreux grands projets nuisibles et imposés par l’État et les collectivités locales aux populations,le maître d’ouvrage et maître d’œuvre de l’aéroport est la société Vinci qui en a de plus obtenu la concession pour 55 ans. Cette multinationale serait propriétaire et gestionnaire de l’aéroport de N.D. des Landes pourtant financé par de l’argent public pour 43%. Qui est à l’origine de ce projet l’État ou Vinci? En tout cas la société est déjà gagnante, ayant cyniquement réussi à exiger par contrat que l’État lui verse 11 millions d’euros par an pendant 55 ans si le projet était abandonné. Nous sommes donc bien là aussi en présence de pratiques mafieuses dignes de la Russie de Poutine où du reste Vinci, cette belle entreprise à l’éthique irréprochable, n’hésite pas à utiliser des militants d’extrême droite contre les opposants à la construction d’une route, à Khimki, dans la banlieue Nord-Ouest de Moscou. Deux hauts fonctionnaires semblent avoir bénéficié personnellement de leur action en faveur du projet d’aéroport : l’ancien préfet de Loire Atlantique Bernard Hagelsteen qui a mené « la concertation » ayant conduit à la déclaration d’utilité publique de l’aéroport, est depuis quelques mois le conseiller du président de Vinci autoroutes. Pur hasard ? Quant à un ancien conseiller du ministère des transports Nicolas Notebaert, impliqué dans le dossier de l’aéroport, il est président de Vinci Airports depuis 2008.

Croissance et dégâts du capitalisme Comment peut-on penser aujourd’hui encore, au vu des évènements du passé, que les responsables de « la crise » seraient à même de nous en sortir avec leurs vieilles recettes auxquelles ils ne croient probablement pas eux-mêmes ? Une croissance infinie alors que les ressources planétaires sont en voie d’épuisement et une compétitivité généralisée des territoires et des salariés(ées) conduisant à la guerre de tous contre tous, une guerre sociale. Warren Buffet (2ème fortune mondiale) a d’ailleurs déclaré en 2005 « c’est une guerre et c’est ma classe qui est en train de la gagner ». Le système capitaliste sous perfusion se nourrira jusqu’à sa fin de crises à répétition, pour le seul profit d’une classe extrêmement minoritaire en nombre qui désire conserver et accroître encore son pouvoir quel qu’en soit le prix, destructions sociales, écologiques, humaines, privations de libertés et mal vie pour un nombre toujours plus important de personnes.La France, « cinquième puissance mondiale », c’est aussi 8 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, 5 millions de chômeurs, 80 millions de boîtes de tranquillisants vendues chaque année, 4,5 millions de personnes touchées par l’alcoolisme, 160 000 usagers de drogues dures, 10 500 suicides par an, avec un accroissement très important sur les lieux de travail, des suicides de chômeurs et de jeunes qui ne trouvent pas de place dans cette société terrifiante, 68 000 personnes en prison, 6 000 morts directement liées au froid, à la pauvreté et au mal logement.

Les occupants de la ZAD* de Notre-Dame-des-Landes refusent ce monde et le combattent.

La résistance Ce projet d’aéroport date de 1965. Depuis 1972, l’opposition a été permanente. Dès la fin 2007, date à laquelle le projet a été confirmé, l’opposition s’est graduellement renforcée. Les actions des agriculteurs, des riverains et des occupants s’articulent. Ces derniers se sont installés il y a quelques années pour occuper la « zone d’aménagement différé ».Face à la volonté inébranlable de l’État et de l’entreprise Vinci de mener à terme ce projet, tant impopulaire qu’inutile, malgré les oppositions, les recours en justice, les grèves de la faim, les très nombreuses manifestations et pétitions, une autre forme de mobilisation, l’occupation des lieux afin de les protéger, s’est jointe aux luttes existantes. Depuis le 16 octobre 2012 une répression très violente s’abat sur ces opposants et détruit les lieux de vie. Suite à une première vague de répression une manifestation a réuni 40 000 personnes le 17 novembre 2012 à N.D. des Landes. Les paysans impliqués dans la lutte ont décidé d’enchaîner une quarantaine de tracteurs pour former une barrière de protection autour de trois habitations. Nous devrions toutes et tous nous sentir concernés par cette lutte pour la vie.

D’autres « Notre-Dame-des-Landes » en Rhône-Alpes La région Rhône-Alpes connaît également ce genre de projets inutiles, nuisibles et imposés comme le TGV Lyon-Turin où là aussi les pouvoirs italien et français essaient de faire taire les opposants par la force, sans oublier l’A 51, le projet Giant à Grenoble, le Center Parcs dans les Chambarans, le Stade des Lumières à Lyon, le Sillon alpin. Alors que la ligne TGV Lyon-Turin est soi-disant prévue pour le transport des marchandises le trafic transalpin est en chute libre. D’autre part la facture de 11 milliards d’euros au départ est montée à 26 milliards en 10 ans. La cour des comptes a même mis en garde le gouvernement à ce sujet. Toutes ces sociétés privées qui réclament toujours moins d’intervention de l’État n’ont pourtant pas lieu de s’en plaindre, elles qui profitent de l’argent public grâce à la complicité de certains élus qui y trouvent aussi un intérêt personnel. Face à la violence du capitalisme et à la complicité des politiques de nouvelles résistances apparaissent.

« Nous ne nous laisserons pas dicter une vision du monde qui n’est pas la nôtre » a déclaré J.M. Ayrault en novembre 2012.

Nous non plus !!!

Comité de soutien et de lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et son monde, le 10 janvier 2013

Pour nous rejoindre : Réunion tous les mardis à partir de 18h30 à Antigone, 22, rue des Violettes à Grenoble. Vous pouvez trouver plus d’informations sur les sites : zad.nadir.org, lutteaeroportnddl.com/, acipa.free.fr/,parolesdecampagne.blogspot.fr/


*ZAD : zone d’aménagement différé rebaptisée zone à défendre par les opposants au projet

Pour l’imprimer :

PDF - 89.4 kb


Attached documents


Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.