Indymedia Grenoble

Suicide d’un agent SNCF : la série noire continue !

Sunday 3 February 2013 par anonyme

[Travail / Précariat] [Autres infos]

La région SNCF de Metz-Nancy est à nouveau endeuillée par le suicide d’un cheminot qui a mis fin à ses jours le 30 janvier 2013 dans les enceintes de l’entreprise. Le syndicat SUD-Rail de Metz-Nancy, dont il était adhérent, et la fédération SUD-Rail apportent tout leur soutien à sa famille et à ses collègues de travail frappé-es par ce drame.
Cet agent avait 37 ans, il faisait partie d’une équipe de la SUGE (Surveillance générale SNCF chargée de veiller à la sécurité des installations et des personnes). Pour SUD-Rail et Solidaires, cet évènement tragique vient s’ajouter à une liste bien trop longue qui illustre de façon dramatique la situation de souffrance des salarié-e-s à la SNCF.
Depuis que ces drames sont apparus, de nombreuses études ont établi de façon certaine que ce n’est jamais par hasard que l’on se suicide dans son entreprise et que le travail est alors la cause principale du passage à l’acte, même si, on le sait, c’est toujours un faisceau de causes entremêlées qui y conduit.
Alors que débutent, tout juste, les discussions avec le gouvernement et les parties concernées sur l’avenir du système ferroviaire, la direction SNCF poursuit les restructurations qui fragilisent l’entreprise publique. Ces restructurations en cascades imposées aux cheminot-es amènent des situations de sous effectifs engendrent la perte de repère des salarié-e-s, fragilisent la sécurité ferroviaire, détruisent les collectifs de travail et augmentent la souffrance au travail dans toutes les filières.
Les suicides de salarié-e-s augmentent à la SNCF : de janvier 2007 à avril 2012, 22 salarié-e-s de la SNCF ont mis fin à leurs jours sur leurs lieux de travail. A ces cas se sont ajoutés, de janvier 2008 à avril 2011, 26 suicides de salarié-e-s de la SNCF (chiffres de la direction) survenus en dehors des emprises, pour lesquels il est permis de présumer que le travail a aussi pu jouer un rôle, même si seules des enquêtes précises et délicates peuvent l’établir. Depuis mai 2011 la direction nationale refuse de communiquer le nombre de suicides d’agents « hors entreprise » dont elle a connaissance. Nous voyons dans cette posture inacceptable une tentative de se dédouaner de ses responsabilités vis-à-vis de la santé des salarié-es.
SUD-Rail revendique l’éradication et l’interdiction pure et simple des méthodes managériales génératrices de drames humains inacceptables et s’adresse pour cela au nouveau ministre chargé du Travail. Nous disons aux décisionnaires de la SNCF qu’ils auront à répondre des drames et de l’ensemble des conséquences des méthodes inhumaines qu’ils ont mises en place et continuent d’imposer.



Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.