Indymedia Grenoble

Grenoble Factory sabotée

Monday 18 February 2013 par anonyme

[Infos locales] [Ville / Environnement]

En se promenant hier dimanche en ville, on pouvait voir les affiches de la campagne municipale Grenoble Factory recouvertes de divers slogans (voir photos ci-dessous), dont l’un repris à chaque fois :

" La ville où nous vivons n’est pas celle que vous vendez. "

Les autres :

Démocratie participative = pub ?

Politique = pub ?

Histoire de Grenoble = 1995-2013* ? (* mandat de M. Destot )

Je connais Albane = J’adhère à la politique de la municipalité ?

Elle coûte combien aux habitant.e.s, cette campagne des élus PS pour les municipales 2014* ? (* Grenoble Factory : 1er-28 février / Ouverture des comptes des élections municipales : 1er mars)

Stade des Alpes = 94 millions d’euros = QUI fabrique la ville ?

Presqu’île scientifique, stade des Alpes, projet sur l’esplanade, caserne de Bonne... QUI fait la ville ?

Grenoble Factory, ou comment le PS réinvente notre histoire.

L’exposition Grenoble Factory, c’est vous. L’urbanisme, ça reste eux.

23 % des Grenoblois en dessous du seuil de pauvreté, contre 13 % au niveau national = Grenoble, la ville qui a une longueur d’avance ?

CHAUVINISME

A qui profite le chauvinisme ?

Quand Grenoble s’expose, le budget explose.

Grenoble s’expose. On te l’impose !

Je publie, tu participes, ils nous prennent pour des cons.

ARRETEZ DE NOUS PRENDRE POUR DES CONS !

JPEG - 199 kb
JPEG - 211.9 kb
JPEG - 223.4 kb
JPEG - 266.3 kb
JPEG - 281.6 kb
JPEG - 199.5 kb
JPEG - 231.9 kb
JPEG - 259.9 kb



Compléments d'informations :
Et vous soutenez ?
par Gérard,
le 20 February 2013

Bonjour, je ne comprends pas trop votre soutien à ce type de démarche. Une ville se doit d’informer ses habitants des projets en cours ou à venir pour stimuler la participation, susciter le débat. Il s’agit bien d’un acte de démocratie participative, du moins du premier acte. Des citoyens non informés ne peuvent débattre.

En ce sens, j’ai visité l’exposition à la Plateforme et ait trouvé du contenu fort sur les projets pour lesquels je ne suis certes pas forcément d’accord, mais qui donne un éclairage sur les raisons des choix de la Ville.

Je ne reste pas d’accord, spécifiquement pour l’un d’entre eux. Vous vous félicitez de votre action. Pourtant, lorsqu’un dimanche il y a 15 jours, je suis allé à la Plateforme, j’ai trouvé hallucinant le monde qu’il y avait pour une exposition d’urbanisme, des jeunes, des vieux, des enfants... et en cela, je pense que c’est une bonne chose, voir déjà un succès d’intéresser les gens à l’avenir de leur ville.

Bref, je trouve que votre action n’a pas de sens, qu’elle n’a aucun mérite et qu’elle vient à nouveau se positionner en victime face à une action plutôt innovante de démocratie participative.

Bien à vous, Gérard

grenoble fuck story
par bazatole,
le 20 February 2013

grenoble factory c’est la même merde que play grenoble, du marketing pour attirer du capital errant, venez chez nous, les putes sont moins chères, les politiques plus serviles, les université plus collaboratives, ma ville n’est pas un produit, je ne suis pas un homo-economicus, dont acte.

quelques questions
par anonyme,
le 20 February 2013

Bonjour Gérard,

Il est certes intéressant de voir du monde s’intéresser au futur de sa ville, dans une démarche de "reprise en main" de cette dernière, néanmoins il me semble que c’est plutôt au niveau de la méthode que le bât blesse. Aussi aurai-je quelques questions :

- ce genre d’exposition sert-il précisément à ce que les citoyens "reprennent en main leur ville", c’est à dire décident par eux-même de ce qui est bon ou non pour eux?

- des citoyens informés ne peuvent pas débattre: c’est en effet le degré 0 sur l’échelle de la participation (http://fr.wikipedia.org/wiki/Partic...), et la mairie de Grenoble entend en effet développer la démocratie participative. Mais n’y a-t-il pas derrière cette "participation" une volonté de légitimer son action en intégrant des personnes qui risquent fort d’avoir un pouvoir décisionnel réellement moindre ? (à savoir, le plan d’urbanisme local a déjà été voté ainsi que le schéma de cohérence territorial: quelle décision reste-t-il à prendre en terme d’urbanisme?)

- est-ce une exposition d’urbanisme, ou un grand coup de communication de la municipalité de Grenoble pour montrer les projets déjà réalisés, et ceux qui restent à réaliser (sous-entendu : si vous nous ré-élisez !)

- les gens ne sont pas intéressés par l’avenir de leur ville, mais que penses tu dans ce cas de tous les collectifs d’habitants (villeneuve, saint bruno, estacade et j’en passe) qui s’opposent aux projets municipaux et tentent de proposer des alternatives? Ne penses-tu pas que les personnes directement "touchées" par les programmes d’urbanisme ne s’intéressent pas (qu’ils le veuillent ou non) à ce qui leur arrive? A l’échelle de la ville entière, tu as peut-être raison, mais il me semble que sur un quartier, les personnes sont directement impliquées.

- Combien de personnes hors "habitants du centre élargi" as-tu vu à cette exposition? A qui s’adresse-t-elle donc?

- quand à la démocratie participative, son temps n’est-il pas déjà passé? Phénomène du "TLM" (toujours les même), parole non légitime, utilisation à des fins électoralistes, auto-censure des participants, vraie censure des décideurs. Pas de quoi me faire rêver !

Après on peut en effet discuter de ce "sabotage" (et notamment parler de l’utilisation exagérée d’un tel terme pour parler de coller des affiches sur des pancartes, qui dureront une journée) et de cette posture de "victime", de son efficacité ou non. Mais sur le fond, mon avis rejoint celui des auteurs de cette action: cette exposition reste un vaste foutage de gueule, mais surtout un gros plan com’ électoraliste, comme l’a dénoncé par ailleurs (et de manière plus inaudible encore que les auteurs de ce "sabotage") l’opposition municipale (verts/ump)

Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.