Indymedia Grenoble

C’est Le Postillon n°19 : Corenc, Picodon, MJC, nettoyage...

Thursday 21 February 2013 par Le Postillon

[Infos locales] [Média]

Voilà maintenant une petite semaine que Le Postillon n°19 est sorti. A vos tabac-presses !

JPEG - 74 kb

Enquête à Corenc

Au cœur du ghetto

Dans notre agglomération, des quartiers font régulièrement la une de certains classements nationaux. La mixité sociale y est très faible, ces endroits offrant une concentration des plus malsaines où le communautarisme fait des ravages. Le vivre-ensemble se porte au plus mal, chacun restant cloîtré dans son chez-soi. Une grande partie des espaces sont privatisés pour des sommes records. Ici, tout le monde n’est pas le bienvenu. La sélection est impitoyable et se fait sur un critère hautement discriminatoire : l’argent. Ces endroits s’appellent Corenc, Biviers, Saint-Ismier, Montbonnot-Saint-Martin, Meylan-le-haut ou les hauts de La Tronche, et sont tous situés sur la rive droite du Grésivaudan. Selon Bernard Pecqueur, ancien conseiller municipal PS de Grenoble, ces quartiers vivent sous le joug de la « tyrannie de la réussite » : « les pauvres laissent la place aux riches » (Le Daubé, 04/06/2002). Qu’il est loin le temps de l’utopie initiale ! Quand ces coteaux servaient avant tout à des activités agricoles, que les nombreuses vignes produisaient en abondance du vin directement vendu à Grenoble. Aujourd’hui, les derniers paysans sont en voie de disparition et les seuls arbres plantés sont des haies de lauriers bouchant la vue sur les jardins privés. La crainte de la mauvaise récolte a été remplacée par celle de voir un logement social se construire près de chez soi. Pour contrer le silence médiatique autour de ces ghettos, notre reporter a enfilé son plus beau manteau de fourrure et pris son courage à deux mains pour braver le danger des 4x4 frôlant les piétons et autres incivilités. Il s’est immergé à Corenc, au cœur de ces zones de droit du fric pour réaliser une enquête exclusive sur ces quartiers qui défrayent la chronique.

Hélène et les Picodons / reportage photos

On vient y boire un café, siroter un petit blanc ou un verre de lait, s’enfiler un demi, rêvasser, fomenter un coup tordu, tendre l’oreille, feuilleter les pages ineptes d’un quotidien local, zieuter à travers la vitre, déprimer dans son coin, griffonner quelques lignes sur un bout de papier, draguer le patron et la tenancière, se faire emmerder par le client d’à côté, croiser des gueules usées par le temps, se taper un fou rire, s’engueuler pour un rien ou se confier à un ami : au bistrot on y vient par habitude, par alcoolisme, par hasard, par la porte de derrière ou tout simplement pour prendre l’air. À l’heure où les bars de quartier tendent à se raréfier au profit d’enseignes franchisées, on est allé poser notre coude sur le zinc du Picodon. Hélène, la patronne au caractère bien trempé nous a accueillis dans ce petit bar qui ne paie pas de mine. Du moins de l’extérieur. Ici, Sammy et Bambou, les deux chiens, dorment auprès d’un poêle à pétrole ou dans les bras d’un énorme nounours et les pourboires servent à payer leur toilettage. Des plantes vertes en pagaille et des romans éclectiques calés sur une étagère ont trouvé refuge dans ce petit bistrot. Un calendrier d’éphèbes musclés en côtoie un autre de femmes dénudées. C’est le monde d’Hélène et celui qu’elle a bien voulu nous conter : « C’est pas Hélène et les garçons, hein, c’est Hélène et le Picodon ! »

« Ce n’est pas parce qu’on reçoit de l’argent d’une institution qu’on y est inféodé »

Il paraît que Grenoble est la « ville de la jeunesse ». Le service communication de la ville travaille en tous cas activement à imposer cette idée. En deux mois, pas moins de trois « grands » événements, tous organisés à la MC2, ont tenté de transformer cette dénomination médiatique en une évidence : les assises régionales de la jeunesse, les vœux de François Hollande à la jeunesse, et le Forum Libération organisé sur le thème : « Jeunes, débattez-vous ! ». Au passage, la municipalité tenta évidemment de vendre sa « politique jeunesse » avec vigueur. Une « politique jeunesse » qui ne fait pas l’unanimité, notamment du côte des Maisons des jeunes et de la culture (MJC), dont plusieurs sont en difficulté depuis de nombreuses années. Guy Tuscher était minot quand il a commencé à s’investir dans les MJC dans la région parisienne. Après une coupure de trente ans, il a replongé quand ses enfants se sont mis à fréquenter celle de son quartier Berriat : la MJC Parmentier. Il est rentré au conseil d’administration, puis en est devenu président, avant de passer la main. Il est aujourd’hui président de l’union locale des MJC de Grenoble, qui fédère les huit MJC de la ville. « Mon activité est bénévole, je ne risque pas de perdre mon boulot, ce qui me donne une liberté agréable : celle de pouvoir dire ce que je pense ». Néanmoins, il s’exprime ici en son seul nom, ce qui n’enlève rien à l’intérêt de son témoignage.

« J’avais pas de boulot, j’ai pris ce qu’il y avait »

Ils garent leur utilitaire comme ils peuvent, parfois à l’arrache sur un bout de trottoir. Sortent leurs seaux, balais, serpillières et autres produits d’entretien, puis s’engouffrent dans les halls d’immeubles. Nettoient et récurent. Sortent et rentrent les poubelles. Et repartent sur un autre « chantier », le plus vite possible pour terminer leur « tournée ». Quasiment invisibles. Ce sont les ouvriers des entreprises de nettoyage. Un secteur florissant dont le nombre d’entreprises a doublé ces quinze dernières années. L’Isère comptait en 2010 plus de 340 entreprises qui employaient 8 700 personnes. Alors, quand on a rencontré par hasard Nicolas -que l’on appellera Gaspard pour préserver son anonymat- qui pestait contre son patron et tenait absolument à nous raconter ses conditions de travail, on n’a pas hésité. Gaspard a arrêté l’école en cinquième pour des raisons familiales. Il a enchaîné des petits boulots en intérim et a décroché quelques CDD dans des grandes surfaces. Aujourd’hui, à 30 ans, il travaille pour une entreprise de nettoyage de l’agglomération grenobloise.

« Je voudrais que le conseil réfléchisse une seconde... »

Audience de jugement des Prud’hommes. Grenoble, janvier 2013.

Alfred Rolland, la Résistance en riant

Ce papier est né d’un petit désir personnel : passer un moment avec un ancien Résistant, un vrai, un de la dernière guerre mondiale. Il se trouve logiquement que plus le temps passait, plus la réalisation de ce désir allait devenir compliquée, les forces alliées ayant triomphé il y a près de soixante-dix ans et les Résistants ne l’étant pas éternellement. Alors j’ai fini par me décider à abandonner l’actualité, et à partir en quête d’un ancien Résistant grenoblois avec qui taper la causette. Si évoquer la Résistance à Grenoble, ville « compagnon de la Libération » est sans doute un sujet tarte-à-la-crème, j’ai décidé d’assumer ma gourmandise.

Et des brèves à foison

- Grenoble, la ville qui formate son histoire

C’est officiel, la campagne des municipales de 2014 vient d’être lancée. Destot et Safar s’offrent en effet une très belle campagne de propagande pour leur équipe municipale PS-Modem à travers l’opération Grenoble Factory. Tout ça aux frais du contribuable, pour le plus grand malheur de l’UMP qui aurait tellement aimé faire pareil. L’opération est d’autant plus astucieuse qu’elle se déroule du 31 janvier au 28 février, alors qu’à partir du 1er mars, le financement d’une telle campagne vantant les actions de la municipalité aurait du être intégrée dans les comptes de campagne du P.S. pour 2014. (...)


- Le Postillon sondé par la ville de Grenoble ?

Le 14 janvier 2013, on a reçu un heureux coup de fil à la rédaction. « Vous avez cinq minutes à m’accorder ? C’est pour un sondage sur les élections locales.
- Oui, oui. Et qui est-ce qui l’a commandé ?
- La ville de Grenoble. (...)


Abonnez-vous

Tarif pour 6 numéros (environ un an) = 15 € Possibilité de réduction pour des envois groupés ou pour des personnes désargentées : nous contacter. Modalités : envoyer de la monnaie ou un chèque à l’ordre de « Le Postillon », ainsi qu’un petit mot avec votre adresse. N’oubliez pas de préciser le numéro à partir duquel vous voulez vous abonner. Ceux qui le désirent peuvent ajouter leur email pour qu’on puisse les contacter en cas de « retour à l’expéditeur ». La collection presque complète du Postillon (à l’exception du numéro 11 épuisé) est disponible pour 18 euros, frais de port compris. Pour nous écrire : Le Postillon 46 bis rue d’Alembert 38000 Grenoble

04 76 21 46 45

lepostillon /chez/ yahoo.fr


Le Postillon est vendu à la criée mais aussi :

À Grenoble :
- Bar Le Bistrot : rue de Bellegrade
- Tabac-presse Arago : 7, rue Arago
- Tabac-presse Rahim : 4, rue Lafayette
- Tabac-presse La Chavant : 20, rue de Strasbourg
- Presse Lussagnet : 20 boulevard Maréchal Foch
- Bistrot-cantine La Passoire : 47, avenue de Vizille
- La BAF : 2, chemin des Alpins
- Librairie-cantine Les Bas Côtés : 59, rue Nicolas Chorier
- Tabac-presse Le Brazza : 14, place Sainte-Claire
- Tabac-presse Le Fennec : 32, Bd. Maréchal Leclerc
- Mag’Press : 2, rue St Jacques
- Tabac-presse Ligero : 37, avenue Alsace-Lorraine
- Tabac-presse Le Papyrus : 32, boulevard Gambetta
- Tabac presse Mallah : 4 bis, route de lyon
- Tabac-presse Le Stendhal : 9, rue Raoul Blanchard
- Tabac-presse Le Berriat : 97, cours Berriat
- Tabac-presse Le Chiquito : 162, cours Berriat
- Presse Le point Virgule : 25, rue Nicolas Chorier
- Tabac-Presse Le Saint-Bruno : 67, cours Berriat
- Tabac-presse Monin : 54 rue Diderot
- Tabac-Presse Etienne : 45 rue de Stalingrad
- Tabac-presse Grenette : 2, rue Montorge
- Tabac-presse La Bruyère : 36, avenue de la Bruyère
- Librairie des Baladins : 68, place des Géants
- Tabac-presse Le Malherbe : 1, avenue Malherbe
- Tabac Yaz Café : 101, Galerie de l’Arlequin
- Tabac-presse Soulé : 2, rue Casimir Perrier
- Sandwicherie « En tout sens » : 148, cours Berriat
- Press’Bastille : 8, cours Jean-Jaurès
- Tabac-presse Squalli : 159, cours de la Libération
- Le Local Autogéré : 7, rue Pierre Dupont
- Bar Aux Zélées : 31, rue André Rivoire
- Le Point Chaud : 53, rue Pierre Sémard
- Tabac-presse Le Berthelot : 5, avenue Marcellin Berthelot
- Tabac-presse Le Cigarillo : 54, avenue Félix Viallet
- Tabac-presse Le Reinitas : 27, boulevard Clémenceau
- Tabac-presse Les Eaux Claires : 22, rue des eaux Claires
- Tabac-presse Le Barillec et Cie : 5, rue Thiers
- Café-librairie Antigone : 22, rue des Violettes
- Tabac-presse Seferiadis : 39, boulevard Joseph Vallier
- Tabac-presse des grands boulevards : 28, boulevard Joseph Vallier
- Yvonnet Presse : 8 boulevard Joseph Vallier

A Saint-Martin d’Hères
- Tabac-presse Croix Rouge : 47, avenue Ambroise Croizat
- Tabac-presse l’Ariel : 12, avenue Romain Rolland
- Tart’Enpion : 14 place de la liberté
- Tabac presse Lopez : 63 bis, avenue Jules Vallès

Sur le campus :
- Tabac du Campus : 442, avenue de la Bibliothèque

À Fontaine :
- Tabac-presse Totem : 113, avenue Aristide Briand
- Tabac-presse : 28, rue Alpignano

A Sassenage :
- Tabac presse Meunier : 2, rue des Pies
- Tabac Presse Tondella : 2, rue de l’Ovalie
- Tabac Presse Les Glériates : Place de l’Europe

A Pont-de-claix :
- Tabac-presse : 73, cours saint-André

À Echirolles :
- Tabac-presse Molina&co : 36, cours Jean-Jaurès
- Tabac-presse Les Ecureuils : 17, rue Gabriel Didier
- Tabac-presse Vicente : 17, rue Paul Héroul
- Maison de la Presse : 26, rue Albert Londres
- Tabac-presse, 2 place de la Convention

A Bresson :
- Mag Presse : 240, avenue de la république

A Meylan :
- Tabac presse des Bealières : 12, place des Tuilleaux
- Tabac presse : quartier des Buclos

À Saint-Ismier : Tabac-presse de la Place : place de l’église

A La Tronche : Tabac-presse Musso : 145, grande rue

A Montbonnot : Tabac-presse : 293, rue G de Gaulle

A St-Egrève :
- Tabac-presse Devaux : 6, place Saint-Christophe

A Saint-Martin-le-Vinoux :
- Tabac-presse Berlire : 116, avenue Général Leclerc
- Tabac presse Nigay : 61 av général Leclerc

A Gières :
- Tabac-presse : 23, grande rue

A Villard-Bonnot :
- Tabac-presse : 4, avenue Aristide Bergès

A Monestier-de-Clermont :
- Tabac-presse : 114, grande rue

À Voiron :
- Librairie Nouvelle : 13 rue Dode

A Saint-Pierre de Chartreuse :
- L’Auberge : place de la mairie
- Bar l’Etape : Les Egaux

A Saint-Pierre d’Entremont
- Tabac-presse Les Ramoneurs

A Chambéry :
- Le Petit Verdun : 2, avenue des chevaliers tireurs

A Cran-Gevrier (à côté d’Annecy) :
- L’alterlocal : 3 chemin des grèves

A La Mure :
- Librairie La gribouille : 34 rue du Breuil
- Maison de la presse : 30 rue du Breuil
- Mag Presse : 104 rue Jean Jaurès

A Pierre Chatel :
- Tabac Presse :Le Bourg



Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.
bupropion price in new york
buy piracetam bulk
buy zantac 150 mg
http://iedafrique.org/?ffr=452225
bupropion sr pills
buy tadalafil 20mg
information about accutane from canada
ciprofloxacin hcl 500mg ta in mexico
 cheap nexium india
order oleanz online
http://hautesalpes.org/?xff=923379
more cost for 10mg lipitor
purchase baclof
buy prednisolone no prescription
order viraday online
accutane buy in mexico
bactrim 400
caverta cheap online
http://hautesalpes.org/?xff=406199
http://iedafrique.org/?ffr=130199
http://afchine.org/?ba=858471
iressa gefitinib
info about buy latisse bimatoprost
prilosec prices
manufacturer of norvasc
metronidazole without a prescription
orlistat india
http://hlt-evaluation.org/?ght=433157
accutane generic cheap
orlistat alli
 olanzapine
azithromycin 250mg tab
bupropion budeprion
bactrim for sale
buy finasteride over the counter
femara letrozole
about 150mg bupropion sr
more buy kamagra australia
 ampicillin 
piracetam online
more info prilosec costa rica
flagyl 250mg
diflucan tablet
europe premarin
azithromycin paypal in new york
caverta 50
bactrim antibiotico
http://gval-sec.com/?dft=120370
http://iedafrique.org/?ffr=567628
bimatoprost 
buy a-ret canada