Indymedia Grenoble

Expulsions, répression : la continuité dans le changement

écrit le 10/07/2012, actualisé le 13/08/2012

Début mai, le Parti socialiste est revenu au pouvoir en France. Depuis, on nous bassine avec le "changement". Mais sur le terrain, dans l’agglomération grenobloise, rien ne bouge. Au contraire, la répression et les expulsions ont plutôt connu un regain ces deux derniers mois :

- A la mi-mai, une maison occupée à Grenoble depuis 4 jours par des militant-e-s revendiquant la lutte contre les projets immobiliers qui défigurent et gentrifient la ville était expulsée de manière illégale par la police nationale arrivée en nombre. Les occupant-e-s ont été arrêté-e-s, puis relâché-e-s le lendemain.

- Fin mai, c’est le Conseil général qui mettait à la rue 14 Roms roumains qui avaient, avec l’aide du collectif la Patate Chaude, trouvé refuge depuis 18 mois dans une maison que le CG avait achetée à St Martin le Vinoux pour la détruire et faire passer la rocade nord, projet aujourd’hui abandonné.

- Le squat “Minitubes”, qui animait le quartier Abbaye et a souvent accueilli des migrants à la rue, a été détruit les 7 et 8 juin par des bulldozers alors que les habitants n’étaient pas encore partis.

- Le 7 juin, le camp de Roms sommairement installé derrière la zone Neyrpic à Saint Martin d’Hères a été délogé par la police et leurs caravanes détruites. Depuis, ces familles errent à l’entrée du campus.

- Les demandeurs d’asile africains qui occupent un immeuble à Fontaine ont obtenu un nouveau délai de deux mois. Mais ça n’est que partie remise.

- Le camp rom de la Tronche a été expulsé à son tour le 26 juillet avec la bénédiction du maire de la ville, Hervé-Jean Bertrand-Pougnand.

Que se passe-t-il ? Assistons-nous à un baroud d’honneur du préfet sarkozyste Eric Le Douaron ? Ou le nouveau pouvoir socialiste reprend-il à son compte les politiques sarkozystes de chasse aux pauvres et aux immigrés ?

Indymedia Grenoble a besoin de vous !

écrit le 06/01/2010, actualisé le 13/05/2012

Rappelons qu’Indymedia Grenoble n’est pas la propriété d’une bande de journalistes alternatifs. C’est un site de publication ouverte, que nous nous contentons d’entretenir et d’animer. Nous ne fournissons pas l’information, nous l’organisons. Le contenu dépend de toi, de moi, de lui, d’elle, de nous, etc. L’utilisation du site est à la portée de toutes et tous. Tout le monde est libre de publier un article ou un événement, et de réagir à un article. Bien entendu, tout n’a pas sa place sur Indymedia (publicités, messages racistes, sexistes, etc.). Pour mieux connaître l’esprit du projet Indymedia et les critères de modération des articles, il suffit de se référer à la charte.

Malheureusement, nous assistons ces derniers temps à une baisse des publications locales. Or, ce qui, pour nous, fait l’intérêt de cet outil, ce ne sont pas (que) les articles de portée générale, ni les textes glanés ça et là sur le web et que l’on peut retrouver sur les indymedia francophones ou sur d’autres sites d’information (alternatifs ou pas). Non, ce qui fait l’intérêt d’Indymedia Grenoble, ce sont les enquêtes politiques sur l’agglomération, les évènements militants locaux, les compte-rendus de manifestations, les récits d’actions, les communiqués, les pamphlets, les pavés dans la marre et les glaviots dans la soupe... Vous pouvez même, si le coeur vous en dit, nous proposer des éditos à publier en première page en nous écrivant.

Alors cher-e-s ami-e-s, cher-e-s camarades : publions !

Le collectif Indymedia Grenoble

Du son contre la prison

écrit le 04/05/2012, actualisé le 05/05/2012

Du Son Contre la Prison, ce sont des concerts de rap anti-carcéral qui auront lieu vendredi 4 et samedi 5 mai, avec les groupes Taibox, RPZ, Fils du Béton, Missah, DJ Dr Larry. Ca se passe à St-Etienne, et c’est diffusé en direct sur une quinzaine de radios de France, Suisse et Belgique, pour pouvoir être écouté par les prisonnières et les prisonniers. L’occasion de faire passer un message entre différentes taules, et entre l’intérieur et l’extérieur des murs !

Du son pour rap­pe­ler que l’enfer­me­ment à visage humain n’existe pas. Les nou­vel­les pri­sons asep­ti­sées sont tout aussi insup­por­ta­bles et inhu­mai­nes que les vieilles pri­sons insa­lu­bres.

Du son contre l’enfer­me­ment et son monde : car les pri­sons sont les mira­dors de la société actuelle. Le capi­ta­lisme a besoin de gens doci­les, sa conti­nua­tion sup­pose le main­tien par l’Etat d’un contrôle serré de la popu­la­tion, de la carte vitale au pôle emploi, en pas­sant par la bio­mé­trie jusqu’au mili­ces citoyen­nes. En atta­quant le monde car­cé­ral, nous vou­lons en finir avec toutes les pri­sons qui peu­plent notre quo­ti­dien.

Du son pour ren­for­cer les liens entre l’exté­rieur et l’inté­rieur, la radio étant le meilleur moyen d’échapper à la cen­sure de l’Administration Pénitentiaire. Si la prison fait peur, c’est parce qu’elle isole et divise. En pro­po­sant un concert consa­cré aux pri­son­niers et pri­son­niè­res, nous sou­hai­tons briser cet iso­le­ment et créer un moment d’unité via les ondes.

Diffusion en direct sur Radio Kaléidoscope, 97 FM et www.radio-kaleidoscope.net, de 21h à minuit.

Le squat, pratique non grata

écrit le 07/02/2012, actualisé le 01/04/2012

Ces derniers mois sur l’agglomération grenobloise, de nombreux squats sont attaqués en justice et menacés d’expulsion, à l’instar de Minitubes, ouvert depuis deux ans et soudainement assigné au tribunal. Les procédures sont de plus en plus expéditives, et des expulsions interviennent même parfois de manière illégale, c’est-à-dire sans procédure du tout, comme ça a été le cas cet automne pour un squat situé à Fontaine et cet hiver pour un autre à Grenoble. Les propriétaires et la préfecture n’hésitent pas à mettre les squatteurs-euses à la rue, y compris en plein hiver. Ainsi, une maison occupée par des Roms, qui accueillait plus d’une centaine de personnes dont beaucoup d’enfants, a été évacuée rue Germain, à Grenoble, en plein mois de décembre, et plusieurs autres lieux occupés sont actuellement expulsables (comme les maisons du conseil général à la Tronche et Saint-Martin-le Vinoux) alors que le thermomètre bat des records dans le négatif. Les pouvoirs publics, comme la mairie de Grenoble, cherchent même des moyens détournés pour expulser les indésirables, s’arrangeant avec la loi (qu’ils reprochent aux squatteurs-euses ne pas respecter) en assignant, par exemple, les habitantes d’un squat au tribunal administratif, dont ce n’est pas la compétence.

Pourtant, faut-il vraiment s’étonner de voir des bâtiments squattés quand les loyers deviennent inaccessibles (y compris à bien des personnes salariées), quand les bailleurs sociaux et les associations en charge de l’hébergement d’urgence expulsent et mettent des gens à la rue, tandis que les promoteurs immobiliers continuent de remplir leurs caisses et que les pouvoirs publics privilégient l’économie et la propriété privée au détriment du droit au logement ?

Récemment à Fontaine, un bâtiment appartenant à un bailleur social dont le maire de la ville, Yannick Boulard, est administrateur, a été réquisitionné par des militants pour des demandeurs d’asile. Une nouvelle fois, la réaction des autorités a été immédiate et sans appel.

Mardi 28 février à 9h, trois squats de l’agglomération sont passés en procès au tribunal d’instance de Grenoble.

Fermez Clinatec !

écrit le 30/01/2012, actualisé le 01/02/2012

Mardi 31 janvier à 18 heures, devait être inauguré Clinatec, la clinique expérimentale du cerveau de Minatec. Le but revendiqué de Clinatec, est de « nous mettre des nanos dans la tête ». En clair, des implants cérébraux. "Le programme Clinatec travaille depuis 2006 dans une quasi clandestinité à l’interface cerveau-machine, à l’intrusion du pouvoir médical et politique dans notre for intérieur." Promettant de guérir les troubles du comportement, les dépressions, les tendances suicidaires, l’obésité... il ouvre la voie au neuro-marketing, à la manipulation du cerveau, et à l’avènement de l’être humain augmenté, ou cyborg. Pour lire l’enquête de PMO sur Clinatec, c’est ici

C’est le 2 juin 2006 au cours d’une réunion en comité réduit, que Jean Therme, patron du CEA Grenoble, et Alim-Louis Benabid, neurochirurgien, décident la construction de Clinatec. Depuis, le projet évolue dans une quasi-clandestinité, bénéficiant de millions d’euros de subventions publiques (région et ville de Grenoble) et du soutien indéfectible des élus socialistes locaux. Le professeur Benabid, son disciple François Berger, actuel directeur de Clinatec et leur équipe, multiplient les expériences. Après des tests sur des animaux (des rongeurs, des chats et des singes), à qui l’on ouvre le crâne pour implanter des électrodes, des expériences sont menées sur des cobayes humains volontaires. Après 5 ans de travaux, pendant lesquels les recherches se sont poursuivies, le bâtiment devait être inauguré en catimini le 31 janvier.

Pour protester contre cette inauguration, de nombreux tracts ont été distribués ces derniers jours. Une lettre ouverte aux médecins et professionnels de santé a été diffusée. Une affiche vantant les mérites d’Alim-Louis Benabid est apparue sur les murs de la ville. Une autre affiche est visible ici.

Le jour J, un rassemblement était organisé devant Minatec afin de rendre public les agissements de Benabid et de Berger, et de demander la fermeture de Clinatectec. Au dernier moment, il semble que les inaugurateurs officiels se sont ravisés. Ce sont donc les opposants qui ont inauguré Clinatec.


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.
bupropion 75 mg tablet lipitor in portugal prednisolone growth stunting zocor on line in canada more info femara medicine stopping more info malegra dxt tablets sildenafil citrate oral jelly 100mg zocor tablets amiloride hcl canada bactrim for sale buy doxycycline in united states generics for lipitor malegra fxt uk in california gefitinib irovel 300 in united states xenical orlistat amlodipine besylate piracetam for sale amlodipine prices in mayami about ciprofloxacin 1000 mg generic bupropion xl by anchen quetiapine discount http://zest.shizuka.fr/?gf=150550 generic diflucan manufacturers info about buy prednisolone no prescription bactrim 250 getting off enalapril buy azithromycin no prescription mail pharmacy lipitor purchase diclofenac potassium in new york more info about low cost piracetam bupropion hcl 150mg xl prednisolone no prescription http://telegramme228.com/svn.php?ssf=128797 more info about eriacta 100mg buy cheapest baclof lipitor costs in new york generic gefitinib 250 mg in new york generic version of lipitor more info about buy zithromax paypal 10 mg norvasc buy stendra avanafil in united states about online pharmacy dilantin buy tadalafil powder vasotec pills buy iressa in australia femara letrozole gleevec in mayami http://www.revue-medias.com/?dft=452197 buy imatinib mesylate canada diflucan http://pacen.in2p3.fr/?poc=469733 http://www-lisic.univ-littoral.fr/?zx=510073 omeprazole 200mg prednisolone prilosec price lipitor canada cheap lipitor in romania nexium canada cheap information about drug iressa buy finasteride online zocor