Indymedia Grenoble

Démontage de caméras : la militante arrêtée relaxée !

écrit le 17/11/2010, actualisé le 26/11/2010

Le 1er mai 2010, au cours de la manifestation, un cortège qui brandit une banderole « la mairie se prend pour big brother : crevons lui les yeux » procède au démontage en règle de deux caméras 360°, cours Jean Jaurès et rue Lesdiguière, sous les applaudissements nourris des autres manifestants. Un beau moment de réappropriation de l’espace public, et un message clair : les habitants de Grenoble ne veulent pas vivre dans un laboratoire policier. Pour ne pas revenir bredouille, la police arrête violemment une personne au hasard dans le cortège voisin, celui des syndicalistes de la CNT (voir ici, et ).

Un premier procès a lieu le 19 mai. Un rassemblement de soutien était organisé et a rassemblé une centaine de personnes. Voir les communiqués de la CNT à propos de ce procès (numéro 1 et numéro 2). Voir aussi le tract démontons les caméras #3 distribué à cette occasion.

Mais alors qu’on attendait le délibéré le 21 juin, le juge a demandé un complément d’information. Un nouveau procès aura donc lieu le 8 septembre. (voir le communiqué de la CNT suite à cette décision).

Le 8 septembre, un rassemblement de soutien était de nouveau organisé. Voir l’appel de la CNT, et le tract "démontons les caméras #5". Voir aussi le tract que la CNT a diffusé à cette occasion.

Nouveau rebondissement : en deux mois, la police n’a pas réussi à fournir les pièces demandées par la justice. Le procès est donc reporté une fois de plus en novembre.. Voir le communiqué de la CNT

Le 16 novembre se tenait donc un nouveau procès, et un nouveau rassemblement de soutien. Voir un compte rendu. Le procureur a encore demandé un report... que le juge n’a visiblement pas accordé. Le 26 novembre, devant l’absence manifeste de preuves, le juge a prononcé la relaxe de la militante accusée !

On trouve des informations sur l’installation des caméras, et sur leur démontage, dans le tract "démontons les caméras #6, qui appelait notamment à se rendre au procès.

Contre les JO et le sillon alpin : manif à Annecy le 20/11

écrit le 15/11/2010, actualisé le 22/11/2010

On se souvient qu’en 2008 l’action du Comité Anti-Olympique de Grenoble avait été décisive dans l’échec de la candidature grenobloise aux J.O de 2018.

Aujourd’hui c’est le Comité Anti-Olympique d’Annecy qui invite à une manifestation contre la candidature de sa ville - restée en lice avec Munich et Séoul –.(Voir l’appel du comité anti-olympique d’Annecy)

Le Comité Anti-Olympique de Grenoble sort de son sommeil pour appeler tous les habitants et riverains du sillon alpin à s’y rendre : (Voir l’appel complet)

"Nous tous qui combattons le TGV Lyon-Turin en Maurienne, l’autoroute A51 dans le Trièves, le Center Parcs dans les Chambarans, les nanotechnologies et GIANT à Grenoble, le Pôle Traçabilité à Valence, et les Jeux Olympiques dans les Alpes, nous luttons contre le Sillon alpin, dont les chantiers fragmentés dissimulent pour l’instant le projet d’ensemble.

- Contre « l’attractivité » et le déménagement du territoire
- Contre la mégalopole du Sillon alpin
- Contre les Jeux Olympiques, à Annecy ou ailleurs

Nous appelons tous les habitants et voisins du Sillon alpin à rejoindre la manifestation départementale du Comité Anti-Olympique d’Annecy "

Samedi 20 novembre 2010 à 14h, à Annecy. Départ devant la mairie

Plus d’infos sur les raisons de s’opposer aux jeux olympiques sur le site du CAO de Grenoble.

Indymedia Grenoble s’affiche

écrit le 01/11/2010, actualisé le 01/11/2010

Affiches et flys d’Indymedia Grenoble sont dorénavant disponibles sur le site ici.

Nous vous encourageons vivement à les afficher et les distribuer !

Contre la casse des retraites, et bien plus que ça !

écrit le 21/10/2010, actualisé le 22/11/2010

Le mouvement contre la casse des retraites dure et s’amplifie dans toute la France. (voir un état des lieux de la mobilisation le 12 octobre, et un relevé des actions menées lors de la première semaine de grève reconductible dans toute la France (du 12 au 16 octobre)

- A Grenoble, de nombreux appels à la grève générale et au blocage de l’économie sont lancés. Voir les tracts de la CNT ici et . Voir aussi l’appel des assemblées générales interprofessionnelles

Un tract "pour en finir avec la société industrielle et les illusions de la gauche" a été distribué lors de manifestations. Il fait le lien entre les retraites et la robotisation de nos vies, et critique les perspectives de croissance et de plein emploi qui sous tendent le discours de la gauche sur les retraites.

Dans la cuvette, manifestations et actions s’enchainent :

Le 30 septembre, opération péage gratuit à Crolles.

Le 2 octobre, Affichage sauvage lors de la manifestation nationale.

La 12 octobre : Tag et affichage lors de la manifestation nationale

Le 14 octobre, à l’appel des syndicats, un rassemblement a lieu devant le siège du medef. De nombreux fumigènes sont allumés, et le siège du MEDEF est entièrement redécoré. (Voir les photos)

Le 15 octobre, en solidarité avec les cheminots grévistes, le TGV Grenoble Paris est bloqué par des manifestants. Voir des récits et analyse de cette action ici, et

Le ton se durci lors des manifestations suivantes. Le 16 octobre la manif officielle est suivie d’une manif sauvage.

Le 18 octobre, un barrage filtrant a lieu à l’appel des syndicats au rond point de Champagnier - Pont de Claix

Le 19 octobre, ce sont toujours des dizaines de milliers de personnes qui sont dans la rue. A la fin, une grosse manif sauvage donne lieu à des affrontements avec les policiers, qui tabassent des manifestants, et envoient un militant de Solidaire à l’hopital. Lire des compte rendus ici et . Lire aussi le communiqué de la CNT

Le 20 octobre, le centre de tri postal de Sassenage est bloqué par une centaine de personnes.

- A plusieurs reprises, des cortèges de solidarité avec les Roms étaient présents dans les manifestations. Le 23 septembre, Destot se fait piéger sous la banderolle "un toit pour les roms".Le 2 octobre les roms sont présents à la manif, ainsi que le 12 et le 16 octobre

- A Chambéry, les manifestations lycéennes ont donné lieu à de nombreux affrontements avec la police, et à de nombreuses arrestations. Voir les épisodes de la guerre sociale à Chambéry qui relatent ces évènements dans l’ordre chronologique : acte 1, acte 2, (et les photos) et acte 3.

- La lutte s’organise sur plusieurs fronts :

A la fac, déja quatre assemblées générales ont eu lieu. Voir un compte rendu de la première, de la deuxième, et de la troisième.

Dans les lycées, de nombreux blocages et mouvements de grève ont lieu un peu partout autour de Grenoble. Voir ici, et ici, à Vizille... Les lycéens sont de plus en plus nombreux à rejoindre les manifestations.

La surveillance sur internet : comprendre et évaluer les risques

écrit le 05/09/2010, actualisé le 04/10/2010

On ne compte plus les exemples qui illustrent l’orwellisation de nos vies : vidéo-surveillance, fichages divers, répressions sociales... Le contrôle des gouvernants sur les populations devient chaque jour plus complet, et le monde virtuel d’internet n’y échappe pas ; au contraire, parce que le flicage du réseau est en apparence moins visible qu’un fourgon ou qu’un beau « dôme 360° », il est d’autant plus mesquin et dangereux. Rappelez-vous simplement, à titre d’exemple, ce que Google peut savoir sur vous. De récentes affaires nous prouvent que la toile est un des lieux d’investigation favoris des représentants de l’oppression ; quelques exemples :
- plainte pour « injures et diffamation » contre Indymedia Grenoble, suite à un article posté (rappel des faits).
- administrateur-euse-s d’Indymedia, Pajol, Réseau anti-pub placé-e-s en correctionnelle pour avoir relayé l’appel à la campagne contre Bouygues dans le cadre d’une lutte de solidarité avec les sans-papiers (plus d’infos ici)
- en Allemagne, perquisition chez l’hébergeur SO36, pour avoir hébergé un site anti-militariste (détails de l’affaire ici) Sans compter le nombre de convocations pour avoir posté des commentaires sur des sites, ou des articles sur des blogs, il suffit de faire un tour dans les faits divers des journaux, et les exemples ne manquent pas.

Aussi, il est vraiment de mise d’être prudent-e quand on utilise internet. Heureusement, de nombreux collectifs s’intéressent au sujet et nous donnent des outils.
- nous vous avions déjà présenté le guide d’autodéfense numérique, à (re)consulter depuis cette page.
- depuis Indymédia Nantes, vous pourrez accéder à un cycle d’ateliers sur internet et la vie privée qui résume bien les enjeux du problème et donne plein d’astuces ; sur une autre page, vous trouverez aussi une présentation de 3 moyens qui permettent de laisser moins de traces.

Par ailleurs, un peu partout, des projets se montent, afin de mettre en place des serveurs, boite mails, etc... indépendants : boum,toile libre, no-log... A Grenoble, au moins deux initiatives dans le domaine à retenir :
- le collectif Les Petits Débrouillards propose tous les premiers et troisièmes mardis du mois des ateliers de bidouille informatique libre.
- le collectif Grésille, qui est en train de mettre en place une infrastructure locale et autonome d’hébergement mail, et qui organise des soirées publiques (à l’exemple de celle de juin) pour tenter de répondre aux nombreuses questions qui se posent sur le fonctionnement et les enjeux d’internet.

Voilà, après cette mise au point, il ne vous reste plus qu’à méditer sur le manifeste anargeek !!


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.
dilantin 400 mg buy silagra tablets in mexico about ciprofloxacin hcl 500 tablets buproprion xl buy finasteride 5mg online vardenafil price generic lipitor femara sun http://www.projectsforpreschoolers.com/buy-kamagra-australia/ armodafinil cost bupropion 150mg about generic imatinib prices information iressa manufacturer buy aldactone online http://www.fitnessformula.it/latisse-bimatoprost/ bupropion 3332 http://www.fitnessformula.it/getting-off-enalapril/ http://moblico.com/cheap-accutane/ simvastatin cheap canada generic drug for voltaren naltrexone no prescription http://www.r-p-f.org/gefitinib-tablet-generic/ a-ret for more bactrim for acne femara without a perscription or membership http://www.projectsforpreschoolers.com/buy-enalapril-no-prescription/ nexium 40 capsules dilantin 100mg more info cost for 10mg lipitor voltaren generic oleanz lasuna online in united states http://www.fitnessformula.it/enalapril-maleate/ http://www.fitnessformula.it/buy-zithromax-z-pak/ bupropion 300 buy generic vega http://youthfacts.com.au/get-ciprofloxacin-on-line/ cheap norvasc purchase gefitinib online http://youthfacts.com.au/modafinil-purchase/ omeprazole in mexico buy cheap olanzapine azithrocin usa cost of tretinoin clomiphene modalert no perscription purchase in california piracetam powder where can i buy viread bupropion xl 450 mg prilosec otc generic in france ranitidine tablets 75mg in mayami orlistat wholesale buy modafinil online cheap in new york zocor 20 mg buy viraday usa