Indymedia Grenoble

Agression au camp Valmy, et pétition de soutien à ses occupants

écrit le 23/05/2017, actualisé le 23/05/2017

Ce samedi 20 mai dernier se tenaient simultanément à Grenoble et à Saint-Martin-d’Hères une réunion avec Louis Aliot, vice-président du Front National, et un meeting avec Alexandre Gabriac, qui se présente aux prochaines élections législatives sous l’étendard de Civitas.

JPEG - 19.5 ko

Ces rassemblements, accueillis avec la bienveillance des municipalités Vert/Parti de Gauche et communistes [1], bénéficiaient tous les deux d’une belle protection policière.

Lors de la nuit suivante, dans ce climat à mettre en confiance le plus timoré des racistes, une bande de motards est passée au camp installé parc Valmy, et ce pour les terroriser en tournant autour d’eux, en leur proférant des menaces et des insultes racistes, le tout armé de bâtons ou de barres de fers.

Quelques informations supplémentaires sur le site de France 3.

Pour les soutenir, vous pouvez passer voir les gens sur place, déposer des tentes, jerrican d’eau, des bouteilles de gaz, nourriture, à discuter avec les habitant·e·s et les militant·e·s présent et voir à y camper.

Sinon, il est possible de signer la pétition de soutien au camp Valmy, dont voici le texte d’appel.

Dixième contre-conseil municipal : un verre dans ton conseil !

écrit le 22/05/2017, actualisé le 22/05/2017

Lundi 22 mai, 17h30, Hôtel de Ville de Grenoble

Les bibliothécaires en lutte de Grenoble ont inauguré en février 2017 à l’Hôtel de Ville, le Tiers lieu ÉCO (Éric & COrinne), dans une ambiance festive et colorée ! Pied de nez au projet de la municipalité pour la bibliothèque Alliance, la mairie est devenue le lieu incontournable de la convivialité et de l’innovation !

Les réunions pour l’élaboration de cet événement dans notre ruche à projets en concertation et dans la co-construction, ont abouti à une nouvelle innovation : un bar-tiers-lieu participatif. Sous un soleil de printemps, rejoignez-nous et apportez un ver ? un vert ?? ... un verre ! pour boire un coup de rouge (Ah ah !) ou autre, on n’est pas sectaires, et discuter politique, austérité, bénévolat, participation piège à cons !

Comme la mairie, nous ouvrons ce tiers lieu sans moyen, avec des bouts de ficelle, vous êtes donc invité·e·s à apporter des lampions, une boisson ou des chips, ou à venir les mains vides, vous serez quand même les bienvenu ·e·s !

Ce dixième contre-conseil est l’occasion de soutenir les collectifs d’habitant·e·s opposé·e·s aux fermetures de bibliothèques, qui viendront défendre des projets de réouverture pour Prémol et Hauquelin et de maintien en l’état de l’Alliance.

PDF - 143.8 ko

Maintenance technique et mise hors service

écrit le 21/05/2017, actualisé le 22/05/2017

Une maintenance technique de notre serveur, effectuée par notre hébergeur, a rendu le serveur indisponible quelques heures cet après-midi (21 mai 2017). Nous vous présentons nos excuses pour la gêne occasionnée, et pour ne pas avoir pu vous tenir au courant en amont (nous n’avons nous-même été informé de ceci que vingt-quatre heures avant).

Solidairement,
L’équipe d’Indymedia Grenoble.

Rassemblement contre le meeting du FN en centre-ville de Grenoble

écrit le 19/05/2017, actualisé le 19/05/2017

Samedi 20 mai à 19 heures à la maison du tourisme, un meeting du Front National est organisé en présence de son vice-président national, Louis Aliot.

La fédération iséroise du Front National organise une réunion publique ce samedi 20 mai à la Maison du Tourisme à partir de dix-neuf heures. Cette réunion se fera en présence de Louis Aliot, vice-président du Front National et de Marie de Kervéréguin, candidate FN aux prochaines législatives pour la première circonscription de l’Isère.

Pour rappel, Louis Aliot est le compagnon de Marine Le Pen et l’un des principaux cadres du Front National. Il est surtout l’un des principaux acteurs de la tentative de dé-diabolisation engagée par Marine le Pen depuis son arrivée à la tête du parti. Il cherche par tous les moyens à rendre le Front National plus présentable sur la forme, même si sur le fond il reste tout autant raciste, sexiste, homophobe. Louis Aliot défend notamment la mémoire de l’OAS et l’interdiction de l’IVG.

Marie de Kervéréguin est conseillère municipale à la mairie de Corenc et conseillère régionale Auvergne-Rhône-Alpes. C’est une proche de Marion Maréchal-Le Pen, dont elle bénéficie du soutien. Elle est la responsable locale du Cercle Fraternité, micro-organisation du parti rattachée au Rassemblement Bleu Marine. Ce collectif constitue le porte-parole des politiques frontistes à destination de la famille et de l’enfance et est issu du Think Tank de Louis Aliot, « Idées Nation ». Le Cercle Fraternité lutte principalement pour l’abrogation de la loi Mariage pour tou·te·s et l’interdiction de l’IVG. Il défend une vision profondément sexiste, inégalitaire et réactionnaire.

Ce moment sera l’occasion de rappeler que Grenoble déteste le racisme, la xénophobie, l’homophobie et les idéologies réactionnaires et fascistes défendues par le Front National.

Grenoble est et restera antifasciste !

Rassemblement devant la Maison du tourisme, rue de la République, samedi 20 mai à partir de 18 heures.

Nouvelle campagne de com’ pour Indymedia Grenoble

écrit le 10/05/2017, actualisé le 23/05/2017

PDF - 1.2 Mo

Nous sommes heureux·ses de vous annoncer, à la suite des ami·e·s du squat du 38 rue d’Alembert, de ceux du Tamis et de ceux du Postillon, de la réception d’un courriel du service voirie de la mairie de Grenoble quant à notre nouvelle campagne d’affichage.

Ceci fait suite au durcissement de la politique de la mairie de Grenoble au sujet de l’affichage sauvage.

Décidément, la mairie de Grenoble ne cesse de se droitiser, menant des politiques que même Michel Destot n’avait pas osé mener.

À croire qu’Alain Carignon et ses sous-fifres réussissent à les y pousser en arrière cour.

« Cet affichage sauvage disposé à hauteur des piétons, véhiculant un message de haine n’est pas moins agressif pour les enfants. Au contraire les petits grenoblois seront interpellés très tôt par des thématiques qui les troubleront plus encore que les messages publicitaires. » Alain Carignon, décembre 2014 [2]

Hooo, pauvre bichon. Tu n’as pas aimé les affiches du Tamis, qui informent les gens en pleine rue qu’ils peuvent trouver des infos sur ton lourd passé judiciaire ? On comprend que tu trouves ça plus gênant que ces milliers d’affiches qui ont pour objectif de faire se sentir les gens toujours en manque d’une nouvelle possession matérielle.

On était pourtant très fier de nos affiches, nous aussi. Et on continue à l’être !

Tellement que, dans les jours qui viennent, vous pourrez de nouveau trouver des affiches et autocollants d’Indymedia Grenoble dans tous les bons lieux.

L’équipe d’Indymedia Grenoble, heureuse de vous compter chaque jour plus nombreux·ses à envoyer vos contributions.

« C’est en mélangeant du jaune et du bleu qu’on fait du vert Piolle. ». Andy Warhol, 1935


Articles en bonus sur le site du Postillon :
- Plaidoyer pour l’affichage sauvage (avril 2010)
- La ville nous écrit (par recommandé) (juin 2013)
- Et si l’affichage sauvage renflouait les caisses de la ville ? (décembre 2016)


Ci-dessous, en toute transparence et pour votre plus grand plaisir, voici la paire de courriels échangés. On vous prévient : c’est plus potache comme réponse que celle du Postillon. En même temps, si les mairies successives s’obstinent, pourquoi s’abstenir de répondre légèrement ?

Et on vous enverra peut-être aussi bientôt nos échanges avec le rédacteur en chef du Daubé.

Sujet : Affichage sauvage
Date : Tue, 9 May 2017 13:30:51 +0000
De : ROCHETTE Anne <anne.rochette@grenoble.fr>
Pour : contact@grenoble.indymedia.org <contact@grenoble.indymedia.org>
Copie à : DUVERNEY-PRET Cecile <cecile.duverney-pret@grenoble.fr>

Madame, Monsieur,

Nous avons constaté, sur le mobilier urbain de la ville, de nombreuses affiches concernant des personnalités grenobloises. Cette campagne d’affichage, non autorisée, est en infraction avec le code de l’environnement et est considérée comme de l’affichage sauvage.

Aussi, vous êtes priés de bien vouloir retirer toutes ces affiches sous 48 heures. Passé ce délai, les affiches seront supprimées d’office par les services municipaux et les frais d’intervention vous seront facturés comme suit (délibération du conseil Municipal de décembre 2016) :
- Publicité fixée ou accrochée sur un support 20 € l’unité
- Publicité collée ou dessinée sur un support 40 € l’unité
- Autocollant 30 € l’unité

Cordialement,

Anne ROCHETTE
Ville de Grenoble
Service Droits de Voirie
Instructeur
Tél : 04.56.52.66.99
Ligne interne : 4.66.99
Portable : 06.76.13.56.15

Sujet : Re: Affichage sauvage
Date : Tue, 09 May 2017 19:24:00 +0000
De : Indymedia Grenoble (contact) <contact@grenoble.indymedia.org>
Pour : ROCHETTE Anne <anne.rochette@grenoble.fr>
Copie à : DUVERNEY-PRET Cecile <cecile.duverney-pret@grenoble.fr>

Bonjour,

Vous nous voyez flatté de l’attention ainsi portée à notre nouvelle campagne d’affichage.

Nous pourrions, comme d’autres l’ont fait sur notre site, vous rappeler de d’abord balayer devant votre porte (ou devant celle de la Bifurk, pour être plus précis).

https://grenoble.indymedia.org/2017-04-02-Vive-le-betonnage-vert-et-l

Nous pourrions aussi vous pointer les possibles effets pervers de votre politique anti-affichage sauvage, comme un de nos contributeurs l’a déjà fait remarquer.

https://grenoble.indymedia.org/2017-03-03-Enfin-une-bonne-occasion-de-coller

Toutefois, si vous voulez toujours nous verbaliser, vous pourrez nous envoyer la facture de votre contravention à l’adresse de notre structure légale, Indymedia Global, dont l’adresse est la suivante, conformément à celle donnée à l’enregistrement de notre nom de domaine. Nous vous conseillons d’embaucher un traducteur portugais pour ce faire.

Associacao Brasileira pela Democratizacao da Comunicacao
Rua Teodoro Sampaio, 1020, apto 902
Parque das Universidades
Estado de Sao Paulo
Sao Paulo - Sao Paulo State
05406-050 BR

https://www.whois.com/whois/indymedia.org

Afin d’améliorer la vitesse de traitement de votre requête, nous tenons aussi à vous informer de la rigueur administrative de notre terrible hiérarchie, qui exige que les formulaires envoyés doivent l’être au format A6 de couleur rose et sur papier absorbant et molletonné.

Mais si, comme nous, vous trouvez ces arrêtés complètement cons, nous vous invitons à le faire savoir aux élus que vous ne manquez certainement pas de conseiller lorsqu’ils vous démontrent toute leur incompétence.

S’il vous faut une démonstration, imaginez la situation suivante :
- Faire une campagne d’affichage sauvage en faveur d’Alain Carignon (exemple pris parfaitement au hasard) ;
- Lui envoyer un courriel comme vous venez de le faire avec nous ;
- Attendre qu’il vous mène au tribunal administratif pour faire annuler l’arrêté municipal au principe, par exemple, qu’il rend bien trop facile de faire condamner quelqu’un·e d’autre pour des faits qu’il ou elle n’a pas commis·e (ce qui serait quand-même un comble pour Alain !).

Solidairement,
L’équipe d’Indymedia Grenoble.

P.S. : Salut Cécile ! Ton nouveau sujet de thèse porte-t-il sur l’acceptabilité des politiques d’affichage restrictives ? Sommes nous un sujet d’étude ? On aimerait beaucoup la lire ! [3]
P.P.S. : Si ça vous dit quand-même de vous obstiner, et pendant qu’on y est on peut vous donner l’adresse du colleur d’affiche pour le MIL et pour Fillon. Il met vraiment plein d’autocollants et d’affiches n’importe-où.


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.