Indymedia Grenoble

Vivre Sans Banque - Pourquoi et Comment

jeudi 16 octobre 2008 par Nanonymus

[Non classé] [Autres infos]

Indymedia Grenoble fonctionne selon le principe de la publication ouverte, c’est à dire que chacun·e peut y publier une contribution (textes photos, liens). Le collectif de modération n’est pas l’auteur des contributions. Celles-ci n’engagent que leurs auteur·e·s. L'équipe d'administration − comme indiqué dans la charte − n’a pas à porter de jugement collectif sur les contenus publiés.

Vivre Sans Banque, c’est :

Tout payer en espèces, N’avoir aucune assurance, N’avoir aucun crédit, C’est surtout devenir invisible … tout au moins dans ses achats.

*********************

L’article L 143.1 du code du travail (Loi de 1973) :

« Jusqu’à un certain montant (actuellement de 1500 € mensuel), le salaire peut être versé en espèces à la demande du salarié. Au delà, chèque barré ou virement sur un compte (au choix du salarié). »

Cela veut dire qu’aujourd’hui, à moins d’obtenir le changement de cette loi, celui qui gagne plus de 1500 € ne peut pas totalement vivre sans banque. Mais cette possibilité de refuser le virement sur un compte est importante.

La validité d’un chèque barré est de 1 an et 8 jours (code des finances). On peut donc ouvrir un compte une fois par an, encaisser les chèques de l’année écoulée (cela prends quelques jours) et refermer le compte. C’est ce qu’on peut faire de mieux actuellement.

Remarque : les chèques non barré (« au porteur » donc payables sans disposer d’un compte) ont été supprimés il y a quelques années : tout a été fait pour que, concrètement, personne ne puisse échapper à l’appareil bancaire.

Il y a (en théorie) l’espace de contester cette loi au niveau des institutions Européennes. Mais quand on sait ce que sont réellement ces institutions, ce serait certainement de la peine perdue.

*********************

Tout payer en espèces,

… D’une façon générale, cela procure un intense sentiment d’anonymat, le sentiment que vous ne laisser pas un sillage derrière vous.

… Ça complique un peu le quotidien, c’est le coût à accepter. Il faut se déplacer à Geg, la régie de l’eau, Telecom, Hôtel des impôts, etc. pour payer les factures. Ça complique les achats par correspondance, en France et à l’étranger. Pour les petites sommes (50 €), l’envoi d’espèces ($,£ ou €) dans une enveloppe est très peu risqué (mais interdit en théorie). Au delà, mandat poste ou autre.

*********************

Je deviens invisible … dans mes achats (pour commencer).

Chaque fois que vous faites un chèque, vous laisser votre adresse au marchand. Nous avons tous et souvent été démarchés dans la boite aux lettres par des offres et pubs nominatives provenant de tel boutique ou fournisseur.

Chaque fois que vous faites un chèque ou utilisez une carte de crédit, vous signalez à qui est autorisé d’interroger votre dossier bancaire : les lieu, date et heure, fournisseur, objet et prix de toutes vos transactions. Pour qui sait s’en servir, cela parle beaucoup de vous !

Après être devenus invisible du marketing ciblé mais aussi et peut être avant tout de la surveillance poli/cière/tique par le biais des achats, il nous reste à disparaitre : des caméras de surveillance, du courrier électronique (1), de la navigation internet (2), du téléphone cellulaire (3), de la localisation instantanée (téléphone cellulaire) et permanente (domicile), du système de santé, de l’état civil … mais ça, c’est une autre affaire.

(1) La toute nouvelle loi française sur la lutte contre le téléchargement autorise implicitement l’ouverture de tout les courriels. (2) Google traite pour les agences américaines CIA, NSA … vos mot-clé de recherche et les associe à votre IP. (3) Tous vos n° appelés et n° appelants sont enregistrés sur 2 ans et fournis à la police sur simple demande sans conditions de procédure judiciaire ni commission rogatoire.

*********************

Je me fous que mon épargne me rapporte.

Etre mon propre banquier, c’est aussi renoncer aux intérêts que le banquier me verse sur mes économies. C’est surtout le priver des intérêts que lui se paye sur mon épargne (beaucoup plus qu’il ne me rétribue). Nous sommes 10, nous sommes 100, on nous ignore … nous sommes 10 000, les banquiers ne rigolent plus.

*********************

Je ne veux pas vivre par procuration.

Je n’ai aucun crédit. Par principe, je n’achète que ce que je peux payer sur le champ. Pour le reste, je peux bien attendre. (Autre principe mais autre sujet : je n’achète rien de ce que la Pub me montre).

*********************

Votre argent en banque, ne croyez pas que vous en disposez.

Les Etats-Unis ont obtenus de l’Europe des mesures de droit autorisant le blocage des fonts sur n’importe quel compte en banque, professionnel ou privé. Actuellement sous l’accusation (et non la preuve) de terrorisme. Demain sous quel autre prétexte ?

*********************

Je n’ai plus peur, j’assume le risque de vivre.

… Car je ne souscris aucune assurance. Tout au moins, dans l’immédiat, seulement les assurances légalement obligatoires(*). Il y en a très peu : responsabilité civile logement et voiture.

(*) Il est important que nous proposions des choses faisables aujourd’hui et par tous et pas seulement des utopies.

Regardez les pubs d’assurances, toutes fonctionnent sur la peur : il faudrait se garantir de toute imprévisibilité, jusqu’à l’absurde.

Soyons notre propre assureur en anticipant ou plutôt en assumant l’imprévu : un mode de vie, un art de vivre.

D’un simple point de vue comptable, si vous êtes un conducteur normal, votre option tout risque vous coute plus dans la durée que si vous assumiez la réparation de la tôle froissée. Si vous n’êtes pas hypocondriaque et n’adorez pas avaler des comprimés, votre complémentaire santé vous coute plus dans la durée que si vous assumiez les soins non remboursés. A partir du moment où vous sous-traitez à un tiers, ne serait-ce que la gestion de votre santé, même à la mutuelle la plus honnête, la plus « mutualiste », il est évident que ce n’est pas gratuit et que statistiquement, vous payez plus que vous ne recevez.

*********************

Tout cela est très vulnérable.

Le projet de supprimer purement et simplement l’argent fiduciaire est programmé depuis longtemps. Des tentatives ont déjà eu lieu (Monéo) et échoué. Apparemment les gens, d’ordinaire enclins à tout accepter si facilement, même l’inacceptable, n’étaient pas suffisamment préparés.

Mais ne doutons pas qu’il y aura d’autres tentatives. Les banquiers, maîtres du monde, ne désarmeront pas.



Compléments d'informations :
l’argent n’existe pas
par pas un rond,
le 16 octobre 2008

j’ai vu un film sur internet (52 minutes). il explique tres bien comment l’argent n’existe pas, qu’il est completement créé par les banques. ca permet de comprendre aussi pourquoi c’est la "crise" maintenant, niveau finances mondiales.

les gens qui font ca vendent leur film (au prix coutant on dirait), mais on peut quand meme le voir sur internet en gratos : http://vimeo.com/1711304

franchement prenez le temps de le voir, ca vaut le coup (j’y ai retrouvé plein de notions ou des mots que j’entends a la radio sans capter ce que ca voulait dire vraiment).

résorber le black
par oriana,
le 11 décembre 2009

ça serait bien mais tant que les commerçants continueront à gruger le fisc, tant qu’ils feront autant de black grâce à l’argent liquide, ce sera un bien pour un mal ... des milliards sont soustraits chaque années aux impôts donc à nos écoles, à nos hôpitaux à cause du black ... il faut trouver un moyen pour que tout ce qu’on acheté dans les magasins apparaisse sur les comptes, alors oui ça marchera ..

Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.