Indymedia Grenoble

Témoignage d’une habitante de Villeneuve...

jeudi 22 juillet 2010 par anonyme

[Infos locales] [Répression / Contrôle social] [Révoltes / Luttes sociales]

J’habite La Villeneuve depuis plus de vingt ans. Je ne vais pas me lancer dans un débat sur les problèmes de fond, juste revenir sur ce qui s’est passé vendredi dernier. Car j’ai passé une bonne partie de la nuit de lundi à mardi (de 23 heures à 2 heures du matin) à aller à la rencontre des rares habitants et jeunes qui se trouvaient en bas des coursives.

J’ai notamment longuement échangé avec un groupe de jeunes d’une vingtaine d’années, qui n’avaient pas l’air de voyous surexcités. Je les ai trouvés abattus. Ce qu’ils semblent dénoncer, ce sont d’abord les conditions dans lesquelles serait mort Karim Boudouda : pour eux, la thèse de la légitime défense ne tient pas, le jeune homme était à terre à côté du véhicule ayant servi au braquage, une balle dans le pied, incapable de fuir, tandis que son complice s’était enfui. Aucune sommation n’aurait été faite avant le deuxième coup de feu, mortel celui-ci. Ensuite, ils dénoncent l’attitude des policiers de la BAC, seuls présents sur les lieux à ce moment-là, à l’encontre des jeunes accourus sur le lieu du drame, les tenant en respect avec leur arme, les abreuvant de propos racistes et xénophobes et les menaçant de subir le même sort. Ces propos auraient aussi été entendus depuis les fenêtres de l’immeuble par des habitants d’une cinquantaine d’années, donc n’ayant rien à voir avec ces jeunes. Il semblerait que la BAC ait refusé l’accès au Samu. Le corps aurait été laissé au sol plusieurs heures sans même qu’on n’ait pris la peine de le recouvrir d’un drap ou d’une couverture.

C’est cette attitude irrespectueuse de la BAC que dénonçaient surtout les jeunes avec qui j’ai parlé. Je connais un peu les méthodes de la BAC sur le quartier pour les avoir vus de mes propres yeux circuler en voiture il y a quelques années, époque où les contrôles d’identité étaient incessants, vitres ouvertes, insultant les jeunes et leur faisant un doigt d’honneur.

Est-ce ainsi que l’on doit se comporter en réponse aux provocations de jeunes voyous ? Je précise que je condamne fermement l’attitude de ces jeunes, rien ne justifiait un tel déferlement de violence, rien ne doit l’excuser. Les auteurs de ces exactions doivent être fermement condamnés. Je ne prends pas non plus pour argent comptant tout ce qu’ils m’ont dit, n’ayant pas assisté au drame. J’utilise le conditionnel pour retranscrire leurs propos. Je voudrais seulement que l’enquête nous dise ce qui s’est réellement passé ce jour-là. Y a-il eu, oui ou non, légitime défense ? Le Samu a-t-il été empêché d’intervenir ? Est-il possible de faire témoigner les personnes qui disent avoir assisté à des exactions de la part des policiers de la BAC ? Je comprends que ces derniers fassent un travail difficile et dangereux, qu’ils puissent être excédés par les provocations des jeunes et les tirs à balles réelles qu’ils essuient. Seulement, ce sont tous des volontaires, ils sont formés et payés pour ce type d’interventions. Ils sont là pour garantir la sécurité publique et pas pour attiser la haine. Je déplore comme beaucoup la disparition de la police de proximité sur le quartier. Sa présence avait au moins le mérite d’instaurer un semblant de dialogue, chacun se connaissant et … se reconnaissant.

Aujourd’hui, la rupture entre les jeunes et la police est installée durablement, hélas. Les jeunes avec qui j’ai discuté déplorent l’attitude de certains médias, venus juste pour faire du « sensationnel » mais se disent prêts à dialoguer avec des journalistes vraiment désireux de les écouter et de faire un sérieux travail d’investigation. Il faut cesser d’avoir peur d’eux aussi.



Compléments d'informations :
BAC raciste
par anonyme,
le 27 juillet 2010

Il y a 10 ans déjà j’ai quitté Gre et je vois que les mêmes problèmes reviennent...

Sur le racisme des flics : un syndicat FN devait se monter chez les poulets, à Gre les intentions de vote étaient estimées à 50%... Le chiffre le plus haut du pays, loin devant PACA ! Il indiquait clairement le niveau de racisme chez les poulets, surtoutr à l’époque où la région avait vu l’alliance du FN et du RPR.

Il y avait aussi l’un de leurs commissaire, G, crâne rasé, look de skin, la quarantaine à l’époque, raciste et violent, au point d’avoir l’impunité pour ses crimes et délits.

Il y avait une sacré mafia chez les poulets en poste à Gre, loin devant les caïds des cités : habitués à toucher leurs enveloppes chez les marchands de sommeil, à faire tomber les dealers trop gourmands, à prélever leur obole sur les bars, etc. Et bien sûr la totale impunité lorsque les affaires apparaissaient au grand jour.

A l’époque aussi il y avait plusieurs endroits où l’on retrouvait ces poulets : terre celtique, red rocket (bar clandestin derrière alpexpo, drapeau sudiste et autres babioles importées), et d’autres bars dont je ne me souviens plus des noms.

Un bon conseil, quand vous croisez un flic changez de trottoir...

modération
par khalisse,
le 27 juillet 2010

Il y aurait peut être une autre façon de modérer les tensions ce serait d’arrêter de donner déja la version officielle avant que l’enquête soit terminée.il y a toujours un syndicaliste pour donner son sentiment , sa version ce qui fait c’est que non seulement on a toujours l’impression que l’affaire est pliée mais que ce sera de toutes les façons la thèse qui sera reprise après par les médias, la justice etc..Sans pour autant justifier tout et n’importe quoi, il faut revenir à des choses basiques et laisser vraiment les enquêtes se faire et le rôle des médias c’est de vérifiezr de recouper et de se poser un certain nombres de questions.Et cela vaut aussi pour les ministres et autres qui passent leur temps a parler a tort et travers.Quand on voit que mr Hortefeux envisage déja de sanctionner un certain nombres de sites cela donne une idée très claire du climat actuel.Et je ne parle pas du climat actuel dans le 93...

Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.