Indymedia Grenoble

Le dossier Gabriac (compléments).

mardi 26 avril 2011 par C.L.A.S.H. Grenoble <clash-grenoble riseup.net>

[Infos locales] [Soupe politicienne] [Antifascisme]

Suite à l’affaire Gabriac et aux deux articles qui étaient parus alors, un petit retour sur l’histoire de ce derniers entre ses premiers pas en 2007 et l’année 2010 s’impose pour clore tout ça.

Les deux articles :

Un nazi au conseil régional : http://grenoble.indymedia.org/2011-...

Exclusion du F.N. : http://grenoble.indymedia.org/2011-...

Sommaire :
- L’étrange affaire de Saint-Andéol (2007)
- Dans « les bonnes oeuvres de Bruno Gollnish » (2008).
- Quand ALEX38 allait au stade (2009).
- Alexandre Soutien un criminel de guerre (2010)
- Attaque d’un piquet de grève sur le campus de Grenoble (2010)

1 - L’étrange affaire de Saint-Andéol

Alexandre Gabriac dit Alex 38 est né le 21 décembre 1990 à Boulogne-Billancourt dans les Hauts-de-Seine, il adhère au Front National à 13 ans en 2004 et devient secrétaire départemental du FNJ en Isère en 2007 à 16 ans.

Cette même année 2007 son nom sortira dans une affaire peu connue et oubliée parmi les faits-divers…

Extrait de l’article du Mag2Lyon au moment des faits :

"Le 27 juin 2007, Norbert Ambrosse, un gendarme de 38 ans, père de quatre enfants, est abattu par un cambrioleur qui tentait de pénétrer dans le stand de tir de Saint-Andéol-le-Château, un petit village situé à 25 km de Lyon. Mais cette affaire n’est pas un simple fait divers qui a mal tourné. Et ce gendarme n’était pas là simplement parce que des voisins avaient entendu des bruits suspects. Au contraire, c’était une opération montée pour réaliser un flagrant délit. Et le tireur, Florent Morat, n’était pas non plus un délinquant ordinaire. […]Au printemps 2007, il invite chez lui plusieurs jeunes qui se sentent proches des idées du Front National et qu’il a rencontrés avec son frère dans des associations réunissant des supporters de foot. Parmi eux, Alexandre Gabriac, alors responsable de la section jeune du Front National dans l’Isère. […]Puis il prend chacun en tête-à-tête, avec son frère, Adrien, pour leur présenter son projet : constituer un groupe paramilitaire pour Ŗfaire taire les gauchosŗ. Il leur propose alors d’organiser des entraînements en forêt. Et il demande même à Gabriac si le FN ne pourrait pas les subventionner. Ce dernier ne prend pas d’engagement mais promet d’étudier la question. Le petit groupe se prend alors au jeu. Ils seront au total sept garçons et filles, dont les deux frères Morat, à participer à des bivouacs dans les bois avec cours de self-defense et batailles au paint-ball. Utilisant ses connaissances en chimie, il fabrique même des grenades avec des explosifs qu’il déclenche avec des téléphones portables trafiqués. […] De plus, alors qu’il vient de passer son permis de chasse au stand de Saint-Andéol-le-Château, il leur propose de voler dans ce stand de tir des fusils de chasse pour les transformer en ŗarmes de précisionŖ. Deux d’entre eux acceptent ainsi que son frère Adrien. Finalement, un de deux jeunes se défilera au dernier moment et sera remplacé par un copain qui va jouer la sentinelle."

2 - Dans « les bonnes oeuvres de Bruno Gollnish ».

(extrait de l’article du site REFLEXes octobre 2010)

JPEG - 87.5 ko

Sur un site espagnol d’extrême droite, Infonacional.com, on peut voir Alexandre Gabriac [1], l’un des soutiens inconditionnels de Bruno Gollnisch au sein du FN, participer en tant que membre de L’OEuvre Française (OF) à une manifestation pro-franquiste en Espagne en 2008 et tendre le bras droit lors du repas qui suivit l’évènement. Il portait alors la tenue réglementaire de l’organisation de Pierre Sidos.

Ces liens entre certains membres du FN et l’OF ne sont pas nouveaux. On sait que depuis au moins 2002, l’OF (sous le nom Jeune Nation sur Lyon, ancien nom de la formation de Pierre Sidos) et Yvan Benedetti sont montés en puissance au sein du FN lyonnais, au point que la protection de Gollnisch est régulièrement assurée par des militants de l’OF/JN. Benedetti a également lancé un journal pro-gollnisch Droite Ligne pour soutenir son candidat dans la course à la présidence du FN et contre-balancer Nations Presse Info (NPI), entièrement dévoué à Marine Le Pen. Quant au site Les jeunes avec Gollnisch, qui livre une guerre quotidienne sur le net et sur facebook au clan de Marine Le Pen [2], ce site serait tenu selon le site Metapedia [3], par des militants de l’OF et du Renouveau Français.

Autre exemple de proximité à peine masquée entre l’Oeuvre et l’équipe Gollnisch : le cas Christophe Georgy, ou « Georgy-Gausset », c’est selon, Gausset étant le nom de famille de son épouse Amélie, épouse rencontrée à un meeting du Front puisque elle aussi était militante du parti !

JPEG - 83.1 ko

L’individu a un pedigree chargé : bien connu des militants antifas locaux [4], il est membre du FN depuis les années 1980 (il adhère en 1986), responsable du DPS Zone 4 (c’est-à-dire du Grand Est), membre du bureau du FN de la Côte d’Or (FN 21), plusieurs fois candidat, suppléant voire simple figurant sur des listes FN (bien entendu), la dernière en date sera aux Régionales de 2010 où il figurera en dernière place, loin derrière son épouse qui pour l’occasion prendra le prénom de « Marie-Amelie ».

Notes :

[1] Conseiller régional et secrétaire régional du FNJ Rhône-Alpes.

[2] Il serait fastidieux de reprendre tous les épisodes de cette guerre numérique, qui a officiellement débuté avec l’université d’été du FNJ où Gollnisch n’avait pas été invité.

[3] Une sorte de wikipedia faf, auquel participe en particulier Christian Bouchet, qui a pris parti pour Marine Le Pen. Un site qui permet à certains de régler quelques comptes par articles interposés avec des mouvements concurrents. L’OEuvre Française en particulier n’avait que modérément apprécié sa notice sur Metapedia et l’avait fait savoir par un communiqué officiel, en égratignant au passage Christian Bouchet.

[4] voir article du Scalp21 - No Pasaran n° 78, printemps 2010

3 – Quand ALEX-38 allait au stade.

En 2009 il est coordinateur FNJ de la circonscription Européenne Sud-Est puis nommé secrétaire régional du FNJ en Rhône-Alpes.

Cela n’empêche pas que comme tout bon faf qui se respecte Alex38 a tenté son coup au stade, on se rappelle que c’est dans ce millieu qu’il a fait la connaissance de Florent Morat, l’homme qui tua le gendarme dans le braquage de Saint Andéol. Il tente même de créer les « Gratiano-Boys » à Grenoble qui n’assisterons en tant que tels qu’à un match.

C’est donc dans la tribune de Boulogne du Paris-Saint-Germains qu’il fait ses armes jusqu’à son interdiction de stade et sa condamnation pour « coups et blessures à caractère raciste » et « apologie de crime contre l’humanité ».

JPEG - 35.4 ko

Extrait du Bulletin de liaison du MRAP n°2 octobre 2009 :

"Le 22 juin 2009, le MRAP a engagé une procé- dure contre Messieurs Alexandre GABRIAC et Terence BAKER devant le Tribunal de Paris.

Les deux auteurs sont poursuivis pour apologie de crime contre l’humanité, injures à caractère raciste, violences volontaires ayant entraîné une incapacité de travail supérieure à 8 jours à l’égard de M. Boubakeur FILALI, avec deux circonstances aggravantes, à savoir que les faits ont eu lieu en réunion, et à raison de l’appartenance ou de la non-appartenance vraie ou supposée de la victime, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée.

Par ailleurs, Monsieur BAKER est poursuivi également pour port d’insignes, signes ou symboles rappelant une idéologie raciste et xénophobe.

Le 2 juillet 2009, la 25ème Chambre du Tribunal de Paris les a condamné :

- Terrance Baker à 18 mois d’emprisonnement dont 14 mois avec sursis et interdiction de pé- nétrer pour une durée de 5 ans dans une ou plusieurs enceintes où se déroule une manifes- tation sportive.

- Alexandre GABRIAC à 12 mois d’emprisonnement avec sursis et interdiction de pénétrer pour une durée de 3 ans dans une ou plusieurs enceintes où se déroule une manifestation sportive."

4 - Alexandre soutient un criminel de guerre

En Mai 2010 dans un article intitulé « Un général serbe égorgé dans une geôle britannique » publié sur le blog du FNJ (Front National Jeunesse), Alexandre Gabriac prend la défense du général serbe Radislav Krstić condamné par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie comme l’un des organisateurs du massacre de Srebrenica.

JPEG - 11.1 ko

Radislav Krstić est responsable durant la Guerre de Bosnie-Herzégovine en juillet 1995 du massacre de 8000 personnes bosniaques musulmanes dans la région de Srebrenica. Le 2 août 2001, le « Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie » l’a reconnu coupable de génocide et l’a condamné à 46 ans de prison pour son rôle dans le massacre. Il est retrouvé égorgé et battu dans sa cellule le 7 mai 2010.

Pour Alexandre Gabriac quand on parle d’une condamnation pour le massacre de Srebrenica qu’il cite entre guillemet il faut « comprendre : pour avoir défendu son peuple contre les islamistes alliés de l’Occident ». Gabriac parle du général Krstić comme de « celui qui est pourtant considéré comme un héros dans son pays comme tous les autres chefs de guerre serbes de cette époque » et qui avait en repoussant les Bosniaques « sauvé de fait des dizaines de milliers de civils serbes d’une mort certaine ».

5 - Attaque d’un piquet de grève sur le campus de Grenoble.

Mercredi 3 Novembre, en plein mouvement des retraites et alors que certains bâtiments de l’université Pierre-Mendes-France et de Stendhal sont bloqués depuis la veille par les étudiants gréviste se produit l’impensable, une descente fasciste sur le campus.

Depuis la veille la rumeur courait qu’Alex38 comptait venir sur le camus universitaire pour casser du gaucho.

Aux alentours de 8h30 Gabriac se montre sur le campus accompagné de trois de ses FNJ (Front National Jeunesse), malgrès le fait que des étudiants l’aient vu il n’est pas inquiété et se permet de faire un petit tour de la fac. Alors qu’il commence à être suivi par quelques militant.e.s il se dirige finalement sur la fac de droit, ou il est rejoint par quatre autres FNJ.

Alors qu’il était attendu devant l’entrée de Stendhal, Gabriac se dirige vers l’ARSH (batiment des sciences-humaines de l’UPMF) et lance un « Salut les Bolch » sarcastique aux bloqueurs, qui quand à eux ironisent sur l’intérêt du parapluie qu’il tient à la main alors qu’il y a ce jour là du soleil et que le ciel semble bien dégagé. Lorsque Gabriac en donne l’ordre les nervis fascistes passent à l’attaque gazant et dégainant matraques, triplex, casque de moto… Les étudiants bloqueurs bien que quasiment hors d’état de combattre à cause du gel orange qui leur recouvre le visage tiennent et finalement, les FNJ seront chargés par huit étudiants armés de bambou qui les mettrons en déroute…

Gabriac et sa bande parviendront à s’enfuir à bord de la voiture de celui-ci pour les uns et en moto pour l’un d’entre eux. Le retour se feras par contre à pied et sous les hués pour les deux fascistes (un néo-nazi et un identitaire) arrivés en retard de quelques minutes pour la bagarre et finalement épargnés par les militants.

Du cotés des étudiants deux personnes se rendront au centre de santé suite à l’affrontement, Alexandre quand à lui porteras plainte pour l’ « agression » d’un de ses militant à qui il est vrai que trois méchants gauchistes avait collés une dérouillé qui a du lui valoir un séjour à l’hôpital plus ou moins long.

Le dossier Gabriac est iici en pdf :


Documents joints


Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.