Indymedia Grenoble

Opposons-nous aux rafles ici et maintenant (affiche)

mardi 3 mai 2011 par anonyme

[Migrations / Sans-paps] [Autres infos]
PDF - 229.6 ko

Depuis de nombreuses années, l’Etat orchestre un battage médiatique au service de sa politique contre l’immigration. Suite aux révoltes au Maghreb et au Moyen-Orient, il augmente les contrôles aux frontières et les interpellations au faciès. La préfecture et ses chiens de garde ciblent les abords des associations d’aide aux sans-papiers, des administrations, des gares et galeries marchandes ... À Strasbourg, ceux qui n’ont pas de papiers sont emprisonnés au Centre de Rétention Administratif de Geispolsheim puis expulsés le plus souvent depuis l’aéroport d’Entzheim. Cette traque, en plus d’ancrer chez certains la peur d’un retour forcé (synonyme parfois de torture, prison ou mort ; le plus souvent de misère), participe ici à banaliser le contrôle de l’Etat sur nos vies par le fichage au moyen des papiers d’identité. Être sans papiers pousse à accepter des boulots dans la restauration, le bâtiment, le nettoyage et autres secteurs où l’exploitation est à son comble (salaires et conditions de merde). Les patrons sont friands d’une main-d’oeuvre corvéable à merci qui ferme sa gueule sous peine d’être dénoncée aux flics. Le capitalisme a besoin de l’immigration, légale ou non. L’enfermement, la gestion et les expulsions des sans-papiers sont un marché juteux que se disputent les charognards tels Vinci, Eiffage, Bouygues, Air France, Accor, la Croix Rouge, Sodexho, etc, au moyen de contrats passé avec l’Etat. À Geispolsheim, l’Alsacienne de Restauration et Véolia se font leur beurre sur le cantinage et le nettoyage. Dans la même logique de profit mais sous couvert de bonne conscience humanitaire, l’Ordre de Malte y cogère l’enfermement et collabore à la répression en réduisant la vie à des dossiers administratifs. Menant la bataille juridique de la régularisation, des associations telles que RESF trient les bons et les mauvais sans papiers sur des critères d’intégration. Ils créent ainsi la séparation entre ceux qui « mériteraient » de vivre ici et les autres, là où il pourrait y avoir de la solidarité et des luttes hors du moule légaliste et citoyenniste. Mais certains n’ont pas choisi la voie de la résignation ou de l’indignation. Dans de nombreux centres de rétention (à Paris, à Marseille, en Italie, en Belgique et ailleurs), des détenus se révoltent et s’évadent à coup d’incendies, d’émeutes, sans concession avec l’Etat et ses flics. Contre les centres de rétention, de multiples étincelles de rage ont surgi en solidarité, et surgissent encore. Que chacun déploie ses forces contre les rafles, les CRA, les expulsions, et contre tous ceux à qui cela profite.



Compléments d'informations :
complètement faux !!!!!!!
par anonyme,
le 3 mai 2011

Menant la bataille juridique de la régularisation, des associations telles que RESF trient les bons et les mauvais sans papiers sur des critères d’intégration.

c’est vraiment méconnaître RESF !!!!!! JAMAIS RESF ne trie, RESF défend toutes les familles de sans papiers dont 1 ou plusieurs enfants sont scolarisés. C’est le seul critère, puisqu’il s’agit d’un réseau créé dans les écoles autour des enfants scolarisés.

Quant à la phrase précédente :

Dans la même logique de profit mais sous couvert de bonne conscience humanitaire, l’Ordre de Malte y cogère l’enfermement et collabore à la répression en réduisant la vie à des dossiers administratifs.

c’est encore un beau mensonge ! les associations qui travaillent dans les CRA, que ce soit l’Ordre de Malte, Forum Réfugiés, la CIMADE etc font leur possible pour faire sortir les retenus des CRA. Leur seul pouvoir est d’attaquer les décisions préfectorales sur le plan juridique en préparant les entrevues avec le Juge des Libertés, en faisant déposer des demandes d’asile quand celle-ci n’a pas encore été demandée. Toutes les assos utilisent toutes les ficelles légales. Elles ne peuvent faire plus, mais ont un sacré nombre de libérations à leur actif.

ARRETEZ DE RACONTER DES CONNERIES

vous n’y connaissez rien. En tout cas, heureusement que toutes ces associations existent pour soutenir TOUS les immigrés... parce que, s’il fallait attendre après ceux qui ont plus de gueule que de pratique du terrain ... Beurk

Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.