Indymedia Grenoble

Pourquoi est-ce que nous serons dans la rue à Lyon le 29 novembre contre le congrès national du FN ?

vendredi 14 novembre 2014 par anonyme

[Infos locales] [Antifascisme]

« Vent de ma plaine, Va-t-en dire aux autres plaines, Que le soleil et les étés reviennent Pour tous ceux qui savent espérer »

- Appel de Grenoble -

- Parce que nous considérons comme une exigence de l’époque de se rapporter de manière nouvelle à l’antifascisme. À Grenoble, la présence des fachos est restreinte du fait d’une forte présence antifasciste dans la rue et d’un héritage militant de longue date mais ce combat est désormais à aborder plus largement car, même si les groupes identitaires sont des ennemis de premier choix par la violence de leurs idées, de leurs actes et stratégies, le mot valise « fascisme » dissimule des réalités différentes – du soralien au catho intégriste en passant par le militant frontiste. Nous préférerons alors parler d’« ordre réactionnaire », et nous pensons que le front contre cet ordre aux multiples facettes pourrait constituer un liant entre les luttes et une source de force révolutionnaire.

- Parce que ce que nous voulons attaquer c’est l’ordre. L’ordre est la puissance qui matraque nos désirs, qui s’arme de la peur du changement, du bouleversement ; et s’il y a bien une voie desirable à emprunter ensemble elle s’ouvre dans le bouleversement. Rien ne peut plus demeurer ainsi.

- Parce que nous ne pouvons rester spectateurs face à la traque aux sans-papiers, aux rafles dans les campements et les quartiers, aux expulsions du territoire. L’ordre doit être attaqué car il nous contraint à l’impuissance sous surveillance, à n’être qu’un troupeau docile, à vivre selon des identités et des modes de vie qu’il tolère ou à devoir se cacher et être pourchassé.

- Parce que l’ordre trouve sa force dans la social-démocratie, nous ne rejoindrons pas le cortège officiel organisé par la « conex » (coordination nationale contre l’extrême droite). Nous tiendrons nos positions loin du discours des institutionnels et des partis qui s’indignent de la « peste brune » mais qui contribuent à maintenir le système en place, celui-là même qui produit racisme et exclusion.

- Parce que même si nous nous sommes lassés du passage aux urnes, on ne peut pas nier que le FN s’affiche de plus en plus comme puissance à un moment où le gouvernement de gauche n’a jamais assumé aussi publiquement son racisme et ses détours réacs. Nous ne sommes pas dupes devant la façade progressiste de la social-démocratie qui offre le mariage aux homosexuelLEs sous couvert d’« égalité », en même temps qu’elle mène des rafles de sans-papiers, s’attaque aux pauvres et réprime toutes contestations – parfois en tuant.

- Parce qu’il est hors de question de laisser se reproduire des « manifs pour tous » et autres défilés de nazillards. Parce que c’est encore dans la rue que l’on sait se trouver le plus fort ensemble, exprimer notre rage et agir sur le monde.

- Parce que nous ne désirons pas un monde rangé où les flics et patrons font la loi et où les fachos tiennent la rue ; un monde où la peur fait culture.

- Parce que la révolution nous appartient et que nos ennemis sont sous nos yeux. Ils sont les militants de l’ordre, de la morale, de la social-démocratie, et du capitalisme. Défendons-nous ; ripostons !

Venez déterminé-e-s !

14h, place Jean Macé (Lyon 7e, métro B, tram T2)



Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.