Indymedia Grenoble

Bibliothèques de Grenoble en lutte

dimanche 9 octobre 2016 par anonyme

[Infos locales] [Révoltes / Luttes sociales]

Chaque année, au mois d’octobre, a lieu dans les bibliothèques de Grenoble, Le Mois des P’tits Lecteurs, un ensemble d’animations à destination du jeune public. Vient se greffer à cette manifestation, tous les deux ans, l’opération « un bébé un livre » durant laquelle les nouveaux nés se voient remettre un livre réalisé par un·e auteur·e jeunesse. Ce samedi 8 octobre, le lancement de l’opération, a été marqué par une grève suivie par la moitié des bibliothèques du réseau (6 sur 12). Les bibliothécaires en lutte se sont invité·e·s à l’inauguration du Mois des P’tits lecteurs, qui avait lieu au théâtre Sainte-Marie-d’en-Bas (rue Très-Cloitres), pour informer les habitants, venus assister au spectacle, de la politique du livre de la municipalité verte-rouge : la suppression de 13 postes, les fermetures des bibliothèques Hauquelin et Prémol (depuis cet été), et prochainement l’Alliance.

Pendant que des bibliothécaires grévistes tractaient devant leurs établissements fermés, une soixantaine de personnes (professionnel·le·s, intersyndicale mairie SUD-FO-CGT, habitant·e·s et représentant·e·s des unions de quartier Village Olympique Vigny-Musset et Alliés-Alpins) accueillaient les familles avec banderole (« territoriaux en lutte »), panneaux contre le plan d’austérité de la Ville et la fermeture des bibliothèques, et des tracts. Entre deux spectacles, les bibliothécaires en ont profité pour aller tracter et discuter avec les habitants sur les marchés du Centre Ville.

Vers 11h arrivent les élu-es pour l’inauguration. On en compte presque une dizaine, ainsi qu’une directrice générale adjointe et une membre du cabinet du maire… Quel engouement pour la littérature jeunesse, c’est à se demander pourquoi ils ferment des bibliothèques ?

Ils ne sont pas très à l’aise, ils prennent nos tracts (cf. « Bibliothèques de Grenoble en lutte » ci-dessous et « Coucou les P’tits lecteurs ») et plusieurs vont se détendre à la terrasse du café de l’autre côté de la route. Alors que les bibliothécaires entonnent « Le chant des partisans » remanié contre le plan d’austérité, voilà que passe le maire à vélo ! Visiblement il a dû oublier que nous serions rue Très-Cloitre parce qu’il garde les yeux rivés sur la route essayant de circuler ni vu ni connu, comme si de rien n’était, alors que d’un côté se trouve un attroupement d’agents grévistes et de l’autre côté des élu·e·s. Un agent de la ville, qui l’a reconnu, l’interpelle « Eh monsieur le maire ! ». Celui-ci lève rapidement la main et mets un bon coup de pédale pour s’éclipser rapidement. La fuite plutôt que la discussion... Ce maire qui affirme fièrement assumer sa politique d’austérité, aurait-il peur des bibliothécaires en lutte ?

Puis déboule un groupe de pompiers place Edmond Arnaud à qui l’on crie « les pompiers avec nous ! », ils sourient, prennent nos tracts et nous témoignent leur soutien. Ils recommenceront quelques minutes plus tard en faisant klaxonner leurs camions. Arrive le moment du discours d’inauguration où quatre bibliothécaires prennent le micro pour lire le tract distribué aux habitant-es. S’en suit Elisa Martin, la première adjointe, et Corinne Bernard, l’ajointe aux (in)cultures, qui viennent faire leur discours. En réponse à notre mobilisation Elisa Martin récite sans conviction son discours ressassé sur la baisse des dotations de l’État et des choix difficiles que doit faire la Ville pour faire des économies. Nous nous retirons afin de ne pas réécouter ce blabla langue de bois. Il y a finalement plus d’élu-e-s que de grenoblois-es pour les écouter.

Le tractage et la discussion continuent dans l’après-midi avec les Grenoblois-es qui, comme le matin, nous témoigne leur solidarité et leur indignation face aux choix politiques de la municipalité.

En lutte depuis juin contre ce plan d’austérité, nous continuerons à nous battre pour la défense des services publics et de nos conditions de travail. Mais c’est ensemble, agents de la ville et habitant-e-s, qu’il faut lutter si nous voulons gagner. Rejoignez nous, des actions sont en cours et d’autres à construire ensemble.

Prochains rendez-vous :

- samedi 15 octobre à 10h à la Maison des initiatives : 5 avenue Léon Blum (à l’appel des habitants du quartier Alliés-Alpins)
- lundi 07 novembre à 17h30 au Conseil municipal à l’Hôtel de ville

Pour celles et ceux qui auraient loupé les épisodes précédents lire « Plan d’austérité à la ville de Grenoble » sur le site Haro ! et les articles qui lui sont associés


Voici le tract diffusé au habitants par les bibliothécaires en lutte soutenu·e·s par l’intersyndicale mairie SUD-CGT-FO :

Bibliothèques de Grenoble en lutte !

Samedi 8 octobre 2016 : lancement de l’opération « Un bébé, un livre »

Tous les deux ans, la Ville de Grenoble, en partenariat avec le réseau des bibliothèques municipales, organise l’opération Un bébé, un livre, l’occasion pour tous les nouveaux-nés de recevoir un livre réalisé par un-e auteur-e jeunesse. Grenoble, à la pointe de la lecture publique ? Sachez que cette année, la municipalité a décidé la fermeture de 3 bibliothèques, la suppression de 13 postes et le non-renouvellement des emplois des non-titulaires dans ce service.

La bibliothèque Hauquelin, qui a activement participé à ce projet, ne sera pas de la fête : cet été, elle a été brutalement fermée, ainsi que la bibliothèque Prémol. Une troisième, l’Alliance, est en attente de fermeture (en cessation d’activité pour reprendre les termes employés par la Ville de Grenoble, une formule pas vraiment « service public »).

Rappelons à la municipalité ses promesses électorales de 2014 (Programme Une ville pour tous) :

« Faire de la Ville un employeur exemplaire. » (Mesure 65)

« Maintenir et soutenir le réseau des 14 bibliothèques municipales : nous conforterons leur rôle d’espace de proximité, en lien direct avec les habitants des quartiers, afin d’en faire la pierre angulaire de notre politique du livre. » (Mesure 110)

Nous souhaitons rappeler :

Que les 14 bibliothèques du réseau, pensées géographiquement pour desservir tous les Grenoblois, dans la proximité, ont toutes leur rôle à jouer. A la croisée du culturel, du social et de l’éducation, nos missions servent l’ensemble des citoyens. Dans une société où l’espace est de plus en plus privatisé, les bibliothèques demeurent des lieux d’accueil, ouverts à tous, gratuits, qui contribuent à lutter contre l’isolement et la fragmentation sociale.

Savoir lire entre les lignes

« Est-ce qu’on regarde les horaires des sites Hauquelin et Prémol, qui sont ouvertes seulement dix heures par semaine ? » (Éric Piolle, Le Dauphiné libéré, 14/06/2016) Nous dénonçons ces effets de communication pour légitimer une politique antisociale et impopulaire auprès des Grenoblois-es. Quel mépris de la part d’un maire quant au travail de ses agents : en dehors des ouvertures au public, les bibliothèques accueillent des groupes scolaires, des structures « petite-enfance », des clubs lectures, des groupes en apprentissage du français, des associations, des personnes âgées, des personnes en situation de handicap, etc. Par ailleurs, les livres n’arrivent pas par miracle sur les étagères de la bibliothèque et les animations ne se réalisent pas en un claquement de doigt. Il est inadmissible de fermer 3 bibliothèques lorsque l’on prétend que l’éducation est LA priorité de la ville !

Piolle emploi bonjour ! Un conseiller va vous répondre…

Pour mener ses projets politiques, la Ville de Grenoble lance son plan de suppression d’emplois et de services publics. Le social, la santé, l’éducation et la culture sont les premiers touchés. Ce plan d’austérité va frapper tous les services de la Ville et du CCAS (Centre communal d’action sociale) durant les deux prochaines années. Combien de services publics vont encore fermer ?

Lutter, se battre et gagner ! Ensemble, défendons les services publics pour l’ensemble des Grenoblois-es

Nous exigeons l’abandon de ce plan d’austérité, le maintien d’un service public de qualité et de proximité, que cesse la dégradation de nos conditions de travail et la précarité de l’emploi.

Rejoignez-nous, des actions sont en cours et d’autres sont à construire ensemble.

Prochains rendez-vous :
- Le 15 octobre à 10h à la Maison des initiatives, 5 av. Léon Blum à l’appel des habitants du quartier Alliés-Alpins
- Le 7 novembre à 17h30 au Conseil municipal à l’Hôtel de Ville de Grenoble



Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.