Indymedia Grenoble

[Le 38/Lieu Commun] Le chant des grenouilles : chants de luttes en Italie

par Le 38

vendredi 17 février 2017 à 19:00

38 rue d’Alembert, Grenoble

LE CHANT DES GRENOUILLES : 150 années de luttes à travers les chants italiens de tradition orale

JPEG - 405.7 ko

Episode 1 : de l’Unité d’Italie (1861) au régicide d’Umberto I (1900)

L’Etat italien vient de célébrer son 150e anniversaire, sa rhétorique patriotique a envahi le débat public et imposé sa version de l’histoire... Un beau conte, dont le héros est un peuple abstrait et idéalisé, dont les exploits sont bien éloignés de la réalité quotidienne des classes populaires et de leurs nombreuses tentatives d’émancipation.

Dans ce spectacle mêlant récits, chants et musique, nous vous ferons découvrir une autre histoire, méconnue, et entendre d’autres voix : celles des brigands mé- ridionaux et de leur guerre enragée contre le nouvel Etat ; celles des paysans et des ouvriers agricoles, des travailleurs des carrières de marbre de Toscane, des mineurs de soufre de Sicile ; les voix fières et impertinentes que l’on pouvait en- tendre dans les rizières ; celles des émigrés qui, après des décennies de défaites, allaient poursuivre leur rêve de justice dans d’autres terres.

Quarante années de révoltes, de rébellions, d’illusions destinées à briser la fureur répressive d’un Etat qui punit impudemment les justes et récompense les assas- sins... Un coassement de grenouilles lointain mais persistant, refusant de se taire devant les fanfares sonores du pouvoir.

Un spectacle écrit par Lorenzo Valera, joué et chanté par Séline Gülgönen (chant, clarinette, clarinette basse) / Laila Sage (chant, récit) / Lorenzo Valera (chant, récit, guitare, accordéon) Antoine Brugière : regard extérieur.


Le 38 rue d’Alembert - Lieu commun est un espace d’activités solidaires dans le quartier Saint-Bruno, un centre social ouvert à toutes et tous et qui n’est pas géré par la municipalité. Des habitant·e·s du quartier ont décidé de créer cet espace d’activités en occupant des locaux laissés vacants depuis plusieurs mois et appartenant à la mairie de Grenoble et des propriétaires privés, pour les raisons suivantes : « Nous pensons que pour vivre, notre quartier doit conserver et créer des espaces d’activités. En particulier pour y développer des activités solidaires, qui répondent aux besoins des habitant·e·s, surtout ceux qui galèrent, et surtout ceux qui ne se résignent pas à survivre. […] Parce qu’on part des problèmes réels. On ne veut pas seulement survivre, et si la vie est un tas de problèmes, on préfère les résoudre collectivement. Ici, on fait le choix de la solidarité, et non de l’individualisme dans lequel ce monde « mijote ».

Plus d’informations : https://le38.noblogs.org/



Ajouter un complément d'information

Voir le calendrier
copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.