Indymedia Grenoble

Il y a vingt-trois ans déjà : « Le Pen a le même rôle pour le système dominant que l’bougnoule pour Le Pen »

jeudi 27 avril 2017 par anonyme

[Soupe politicienne] [Antifascisme] [Autres infos]

En ces temps de liesse électorale, portée par une offre de candidat prometteuse, tant au premier tour qu’au second, il me revient à l’esprit une partie des paroles de ce provocateur de Tristan Edern Vaquette [1], dans une de ses chansons écrite en 1994 mais qui, plus de vingt-trois ans après, est plus d’actualité maintenant qu’alors.

Passage clef :

Le Pen a le même rôle pour l’système dominant
Que l’bougnoule pour Le Pen, le rôle du grand méchant
La presse exhibe au peuple Le Pen au pilori
Ça marche, le peuple a peur, et vote World Company »

Autant en faire profiter les plus jeunes d’entre-nous, qui n’ont pas forcément encore eu le plaisir de l’ajouter à leur répertoire.

Écouter le morceau « Décidément Vaquette est d’extrême gauche » :


Version intégrale des paroles :

Refrain : Vive la bière, la Baston et vive Le Pen (x2)
Oï ! Oï !
Il faut boire (x3) et frapper
Il faut boire (x2) et voter

Réjouis-toi ami con qui pense « Vaquette, facho ! »
Aujourd’hui j’avoue tout, Le Pen est mon héros
Au r’frain, j’chant’rai d’la « Oï », au couplet, j’vomirai
Sur ceux qui à sa vue seule, poussent des cris d’orfraie

Qui gueulent avec les chiens « Le Pen, ordure ! salaud ! »
Et sûrs d’être des rebelles, retournent, beaufs, au boulot
Comme s’il était la cause, et pas la conséquence
Du chômage, des banlieues, et du racisme en France

Refrain

J’aime pas les demi-m’sures, les tièdes, les modérés
Je préfère Evil Skins à Solaar, désolé
J’aime pas les gentilles gens, par peur d’un extrémisme
Qui en cautionnent un autre, libéral, mondialiste

Le Pen a le même rôle pour l’système dominant
Que l’bougnoule pour Le Pen, le rôle du grand méchant
La presse exhibe au peuple Le Pen au pilori
Ça marche, le peuple a peur, et vote World Company »

Refrain

J’aime pas les journaleux néo-totalitaires
Qui, pour vingt plaques par mois, t’disent quoi penser, quoi faire
Qui t’condamnent pour une vanne nulle, un mauvais jeu de mot
Mais qu’la guerre du Golfe, les lois Pasqua gênent pas trop

Qui t’expliquent que l’chômage ou l’insécurité
Personne n’est responsable, c’est la fatalité
Et au prol’ à qui on pouille trois fois sa voiture
Si tu votes Jean-Marie, t’es vraiment une ordure

Refrain

En plus je suis natio’, j’aime Claudel et Paris
Perret, Godard, le Graves, Boulez, Marie Curie
Et pas Michael Jackson, le Coca-hamburger
Disneyland à Paris, Stallone et Rick Hunter

En plus je suis réac’, je crois pas que tout se vaut
Que le but de la vie, c’est d’gagner au Loto
Qu’être médiocre et feignant soit l’chemin du bonheur
Et que c’qui est facile, puisse avoir d’la valeur

Refrain

Attention j’oublie pas pa’c’que j’suis pas trop con
Que dès qui s’ra élu, moi j’irai en prison
Mais que les droitdlhommiens qui me font la morale
Gard’ront leur bonne conscience, leur vie rangée, banale

Tout ça c’est pas nouveau, Dostoïevski m’l’a dit [2]
Il n’y a que deux types d’hommes quels que soient les partis
Ceux, trop rares, qui sont contre tout, contre tous et tout l’temps
Et les autres qui d’bonne foi, sont toujours dans l’bon camp

Refrain

JPEG - 73.9 ko

[1] Comprendre par là que ce qu’il chante peut être ironique et pas à prendre au pied de la lettre, comme le fait de se prétendre nazi, pour ceux qui lisent et commentent avant d’avoir pris le temps de réfléchir, au fond de la salle.

[2] « Le manque d’originalité, de tous temps et en tous pays, a passé pour la première qualité […] un pour cent, tout au plus, a toujours pensé et pense encore autrement. »



Compléments d'informations :

Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.