Indymedia Grenoble

[Solidaires 38] Tract « Pour un 1er mai de résistance antifasciste, antilibérale »

jeudi 27 avril 2017 par Solidaires Isère <solidaires.isere orange.fr>

[Infos locales] [Soupe politicienne] [Antifascisme]

ci dessous, le texte de la première page du tract, qui en comporte 4 et qui est disponible ci-dessous en version PDF.

PDF - 1 Mo

Depuis plus de trente ans nous subissons les conséquences d’une politique catastrophique ba-sée sur la libre circulation des capitaux et des marchandises, la précarisation des droits des travailleurs/ses. Cette politique est souhaitée par le grand patronat, encouragée par nos gouvernants et ossifiée par les traités européens.

L’ultra-libéralisme aura eu pour conséquence la destruction de l’industrie et de l’agriculture, l’explosion du chômage et de la précarité, l’effondrement du pouvoir d’achat, la privatisation de nos services publics… Le quinquennat d’Hollande n’aura été que la poursuite servile d’une politique menée dans l’intérêt exclusif du grand capital. Le passage en force de la loi travail qui constitue une régression majeure au bénéfice du patronat s’est fait au prix du musèlement du parlement par la procédure du 49.3 et une campagne de répression systématique des opposant-es avec plus de 2 000 syndicalistes poursuivies par la justice sans parler des dizaines de blessées graves durant les manifestations…

Ce tournant répressif est à mettre en lien avec l’écrasement du peuple grec par la troïka quand ce dernier osa désobéir (suivi du Portugal) sans oublier bien sur le mépris avec lequel le gouvernement français traita le référendum de 2005 sur la constitution libérale européenne. Dans ce contexte de montée de l’autoritarisme la normalisation de l’état d’urgence et la multiplication des lois sécuritaires doivent alerter les forces du mouvement social.

En ces temps d’élections rappelons-nous qu’aucun « sauveur suprême » ne viendra au secours des classes populaires et du monde du travail. Quelles que soient nos affinités politiques ou philosophiques, souvenons-nous d’un fait historique simple : chaque fois que le camp des travailleurs s’en est remis aveuglément aux urnes cela s’est soldé par une catastrophe (Mitterrand, Jospin, Hollande...) ; nos conquêtes sociales nous les devons avant tout à nous-mêmes : 1936 (grèves et occupations), 1945 (résistance armée), 1968 (grève générale)… C’est pourquoi notre syndicalisme se refuse à donner toute consigne de vote, la vraie expression des travailleurs réside dans l’action collective définie selon nos propres modalités à l’image de nos camarades de Guyane qui depuis plusieurs semaines déjà bloquent leur département pour exiger des conditions de travail et de vie dignes.

Face au discrédit des partis de gouvernement, le FN se présente comme une alternative. Rien n’est plus faux : le FN ne défend pas les intérêts des travailleurs.ses, Le Pen est une milliardaire au service des patrons, c’est un parti qui défend une société profondément inégalitaire et défend une politique de régression sociale. La préférence nationale dé-fendue par le FN constitue l’institutionnalisation d’un racisme d’Etat. Bien sûr nos belles âmes libérales qui occupent médias, ministères et autres postes honorifiques goûtent peu aux penchants autoritaires, racistes et nationalistes qui caractérisent ces groupes… mais le fascisme constitue pour eux un moindre mal par rapport à un monde du travail mobilisé sur des bases de classe.

Lutter contre l’extrême-droite c’est lutter au quotidien contre la division du monde du travail : régulariser les travailleurs sans-papiers (même travail = même salaire), combattre les contrats précaires et les formes de management qui cassent les collectifs de travail et encouragent la guerre de tous contre tous, s’opposer aux politiques libérales qui engendrent chômage de masse et détruisent l’accès aux services publics aux populations en difficulté.

C’est par nos luttes et non par nos votes que nous ferons reculer l’extrême-droite et le capital !

JPEG - 250.1 ko



Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.