Indymedia Grenoble

Répression d’une cantine de rue

vendredi 14 juillet 2017 par anonyme

[Infos locales] [Non classé]

Depuis un an, Ni restau Ni sauveur, s’installe mensuellement un centre ville avec ses repas véganes et gratuits accompagnés de brochures à prix libres. Nous sommes presque systématiquement interrompu.e.s par la bleusaille qui, fort de ses lois, nous intime de mettre les bouts. Cela donne fréquemment lieu à des situations cocasses, fouilles, menaces et exceptionnellement une vérification d’identité pour un.e camarade.

Le mercredi de la dernière semaine de juin, de fiers agents municipaux, vraisemblablement indignés par toutes ces victuailles non marchandes, sont revenus à l’assaut. Agitant les infractions d’entrave à la circulation et d’occupation illégale de l’espace publique ils tentent, vainement, de nous soustraire nos identités. Jusque là c’est le refrain administratif habituel pour nous. Les fonctionnaires de la Piollice appellent alors leurs benêts collègues en renfort, il s’agit, comprenez bien, d’une subversive cantine végane. Rapplique alors une ribambelle d’uniformes jusqu’à former un « dispositif » de douze flics autour de nous. Face à notre refus têtu d’alimenter leurs fiches, ils sélectionnent quatre d’entre nous, repoussant, parfois par la force les autres convives. Captifs, nous sommes fouillé.e.s et embarqué.e.s avec menotage pour l’un.e d’entre nous. Notre matériel n’est pas saisi, exceptée la banderole, arrachée à nos mains. Ensuite c’est voyage au commissariat pendant une heure et demi, avant que la maréchaussée, toujours bredouille, nous relâche non sans une dernière intimidation.

Cet article est un modeste rappel de la répression ordinaire qu’inflige l’autorité à celleux qui refusent de s’aplatir ou de négocier. Mon regard et ma solidarité se porte aussi et surtout ailleurs, là où des individu.e.s moins privilégié.e.s que nous, sont quotidiennement l’objet de la violence d’Etat. Là où des populations entières, sous la coupe endocoloniale, sont cassées et humiliées par l’ordre social.

Résistons à la police et au monde qui la génère

De notre coté, nous continuerons périodiquement de ripailler dans les rues, tant qu’on en aura la force et la joie.

Un petit bout de Ni restau Ni sauveur



Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.