Indymedia Grenoble

« Fous le bordel, crée un média » : ils interdisent Indymedia Linksunten, mais nous on les soutient

mardi 19 septembre 2017 par anonyme

[Répression / Contrôle social] [Révoltes / Luttes sociales] [Média] [Autres infos]

On a mis du temps pour cause de dispersion estivale, mais on le fait enfin, cet article sur Indymedia Linksunten.

Même si, à quelques exceptions près, il en a peu été question sur Indymedia Grenoble, en juillet dernier se tenait à Hambourg le sommet du G20. Pendant ce temps, le site des compagnons d’Indymedia Linksunten a été un relais fort pour l’organisation des contre-manifestations, en tant que média libre où chacun peut publier ses textes et ses récits. On pouvait ainsi y trouver des comptes rendus et analyses des évènements traduits en plusieurs langues.

Le site existait ainsi depuis huit ans (le visiter au cours du temps sur le site archive.org) et on lui doit entre autres, nous rappelle Indymedia Nantes :
- des fuites d’un chat internes de l’AfD (parti allemand populiste de droite), qui montre les propos nazis qui y sont dit.
- un article démontrant les liens entre un neonazi et la police de Leipzig.
- la révélation de l’identité d’un incendiaire de droite qui était aussi un informateur de la police.
- des recherches sur le Mouvement Identitaire, révélant sa structure organisationelle.
- des fuites sur les données des consommateurs d’une boutique en ligne néo-nazi, montrant que des parlementaires allemand y faisaient leur course.

Un tel succès devait avoir un contre-coup à un moment ou à un autre : le 25 août dernier, quatre logements et un centre social autogéré (le Kulturtreff in Selbstverwaltung) ont été perquisitionnés, avec parfois l’intervention d’une vingtaine cars de police [1].

Suite à ces perquisitions, pendant lesquelles du matériel informatique a été saisi, trois personnes suspectées de gérer le site ont été sommées de rendre le site indisponible.

Ces interventions ont été commanditées par le ministre de l’intérieur allemand, Thomas de Maizière, sous le prétexte que le-dit site internet serait « contraire à l’ordre constitutionnel » : son exploitation est désormais une infraction pénale, et ses membres seraient considérés comme « membres d’une association terroriste ».

Il faut dire que pendant les perquisitions, on a pu trouver : des couteaux, des tuyaux et des lance-pierres...

Ces décisions envers un média à la fois ouvert et bien ancré politiquement sont, sur des prétextes « constitutionnels » et « démocratiques », une attaque directe contre les médias indépendants en général, et contre la gauche radicale et/ou autonome en particulier.

Cette offensive claire contre la liberté d’expression et tout ce qui se dresse de manière radicale contre la toute puissance du capitalisme ne doit pas nous effrayer. Nos libertés surgiront grâce à nous tous et à notre combat sans relâche contre les violences des états d’où qu’ils soient.

Pour des médias libres unis, efficaces et solidaires ! [2]

JPEG - 42.2 ko

Revue de presse :

Afin de faciliter le tri, les articles que nous avons considéré comme étant de qualité sont précédés d’une étoile.

En français :

- Sur Indymedia Nantes :

- Sur Indymedia Lille :

- Sur L’Atelier - médias libres :

- Sur Paris-Luttes.info :

Dans la presse traditionelle

- Dans Arrêt sur Image : Allemagne : le gouvernement interdit la plateforme de gauche radicale Indymedia (le 31 août 2017)
- Dans Politis : L’État allemand ferme un site de gauche radicale (le 25 août 2017 à 12H54)
- Dans Libération : Les autonomes allemands dans la tourmente (le 25 août 2017 à 14H53)
- Dans Ouest France : L’Allemagne interdit le principal site d’extrême gauche sur Indymedia (le 25 août 2017 à 11H29)
- Dans L’Alsace.fr : Saisie d’armes à Fribourg, en lien avec la scène d’extrême gauche (le 25 août 2017 à 17H45)

En allemand :

- Sur Indymedia DE : SPENDET für die Beschuldigten von linksunten ! ! !
- ★ Sur Reporter ohne Grenzen (Reporters sans Frontière Allemagne) : Rechtsstaatlich fragwürdiges Verbot
- Sur LabourNet Germany : Solidarität gegen das Verbot von linksunten.indymedia ! Widerstand gegen Polizeistaat !
- Sur le Spiegel : Innenministerium verbietet linksextreme Plattform (le 25 août à 7H12)
- Sur Zeit Online : Lauter, radikaler, kompromissloser

Dans d’autres langues :

- [EN] Sur Indymedia San Francisco : Germany : Federal Interior Ministry Bans Linksunten Indymedia (le 25 août 2017 à 11H15)
- [EN] ★ Sur CrimethInc. : German Government Shuts Down Indymedia : What It Means and What to Do (le 25 août 2017)
- [EN] Sur Enough is Enough ! : Hands Off #Linksunten #Indymedia ! Call for International Demo at September 9 (le 29 août 2017), et #linksunten pour les autres informations sur leur site.
- [ES] Sur Espoir Chiapas : Ofensiva mundial contra los Medios Libres ! Cierran Indymedia Linksunten (Alemania) Venden frecuencias libres CDMX (le 30 août 2017)

[1] Même Indymedia Grenoble n’avait pas eu droit à une telle attention lorsque des contributeurs s’étaient livrés à un crime de lèse-journalistes il y a sept ans, menant à une perquisition, entre autre, des locaux de la bibliothèque Antigone (« Ha les salauds, ils lisent des livres, en plus ! »). On n’ose imaginer ce que l’équipe d’Indymedia Grenoble aurait risqué si le G20 avait eu lieu dans notre belle « capitale des Alpes ». L’exécution en place publique, probablement.

[2] Contrairement à ce qui se fait à Grenoble, ou à peu près aucun collectif de média indépendant ne veut croiser l’autre. D’ailleurs nous envisageons en interne deux nouvelles scissions d’Indymedia Grenoble, et une cinquième fermeture potentielle d’Indymedia Grenoble canal historique ⸮ Cette dernière partie est évidemment une blague (en fait, on ne cesse de faire des propositions aux autres, sans vraie réaction). Pas la première, hélas.



Compléments d'informations :
Alors ?
par kaÿser sauzée,
le 20 septembre

Ça fait presque un mois et le site n’est toujours pas revenu en ligne... Comment ça se fait ?

Faisons des sauvegardes et prévoyons de tels cas pour réactiver nos sites rapidement en cas de répression semblable !

Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.