Indymedia Grenoble

Rassemblement et assemblée inter-lutte

par anonyme

mercredi 25 octobre 2017 à 18:00

La bourse du travail Villeneuve

Loi travail, baisse des APL, hausse de la CSG, diminution drastique du nombre de contrats aidés, diminution de l’ISF, réformes à venir de l’apprentissage, de la formation professionnelle et de la retraite. C’est une véritable déferlante de mesures néo-libérales depuis la rentrée. Celles-ci toucheront en priorité les classes déjà bien malmenées par les Loi Macron, El Khomri et consorts. Sans oublier, l’état d’urgence prolongé jusqu’au 1er novembre 2017, le temps d’être transposé dans le droit ordinaire. C’est ainsi une manière de donner carte blanche à la police, pour réprimer toute contestation.

MANIFESTATIONS

Les manifestations du 10 octobre 2017 auront réuni 400 000 manifestant.e.s dans toute la France. Les fonctionnaires et les salarié.e.s précaires des services publics étaient des dizaines de milliers en grève (30 à 50 % du personnel). Les étudiant.e.s, chômeurs, retraités étaient aussi mobilisé..es. L’objectif fixé par Macron durant son quinquennat est une suppression de 120 000 postes dans la fonction publique et le gel du point d’indice (gel des salaires).

Faire grève c’est bloquer l’économie pour faire plier l’alliance du patronat et du gouvernement.

Faire grève c’est affirmer que se sont les travailleuses et les travailleurs qui produisent les richesses du pays et en tant que tel.le.s décident de leur sort et enfin,

Faire grève c’est sortir du temps contraignant imposé d’en haut pour profiter, échanger, discuter, nouer des liens avec d’autres précarisé.e.s, d’autre secteur en lutte et ainsi sortir de la division partout à l’œuvre tant dans le monde du travail que dans la vie quotidienne. Ne restons plus isolé.e.s

OCCUPATIONS

Suite à la manifestation du 10 Octobre, 300 personnes ont envahi l’institut de géographie à Paris et l’occupent actuellement pour en faire un lieu de lutte contre les politiques néo-libérales et sécuritaires de Macron et de ses prédécesseurs.

À Grenoble les employé.e.s de General Electric Hydro/Alstom ont occupé leur usine avenue Léon Blum et ont bloqué son activité en intégralité. Ils font face à un plan de licenciement massif (345 salarié.e.s sur 800) et réclament son abandon pur et simple. Ils résistent vaillamment, soutenez-les en parlant de leur combat et grâce à leur caisse de solidarité (https://www.cotizup.com/hydrogrenoble) ! Rappelez-vous à l’époque Macron était ministre de l’économie et avait facilité la fusion d’Alstom avec le géant Américain General Electric

Occuper c’est bloquer les flux.

Occuper c’est se réapproprier les lieux de la production et du pouvoir.

Occuper c’est se donner un espace-temps libre pour construire la lutte.

Occuper c’est inventer d’autres formes d’organisation. _

Venez témoigner de l’impact de ces politiques dans votre travail et votre quotidien. ASSEMBLÉE À 18H DEVANT LA BOURSE DU TRAVAIL (Tram A arrêt Grand Place).

INFORMONS-NOUS : http://ugict.cgt.fr/ordonnances/ (pour les ordonnances) https://grenoble.indymedia.org POUR NOUS CONTACTER : front-social-grenoble riseup.net / FaceBook : frontsocialgrenoble

PDF - 124.4 ko



Ajouter un complément d'information

Voir le calendrier
copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.