Indymedia Grenoble

Ça y est, Denoyelle l’a clairement dit : les expulsions de squats sont nécessaires à leurs conventions d’occupation

lundi 15 janvier 2018 par anonyme

[Infos locales] [Logement / Squats] [Média]

Indymedia Grenoble fonctionne selon le principe de la publication ouverte, c’est à dire que chacun·e peut y publier une contribution (textes photos, liens). Le collectif de modération n’est pas l’auteur des contributions. Celles-ci n’engagent que leurs auteur·e·s. L'équipe d'administration − comme indiqué dans la charte − n’a pas à porter de jugement collectif sur les contenus publiés.

Le dernier article sur les conventions de squat m’a fait me renseigner un peu plus et, au détour d’une vidéo de France 3, je suis tombé sur cette phrase de Denoyelle, le conseiller municipal en charge de l’action associale, qui affirme clairement ceci quand aux prochains bâtiments qui pourraient être conventionnés :

C’est très rare qu’on ait une liste. […] C’est toujours des opportunités. C’est la disponibilité d’un appartement, une évacuation d’un squat ou d’un bidonville.

En gros, ce très cher monsieur annonce clairement ceci pour les mois qui viennent : ils vont évacuer des squats et des campements déjà en condition précaire, pour y reloger des pauvres qui ont un peu moins la niaque, à la condition qu’ils acceptent des conventions qui les place dans des conditions plus précaires encore.

En bref, ils trient les pauvres comme ça les arrange : d’un côté ceux qui acceptent de redorer l’image de la mairie de Grenoble, et de l’autre ceux qui ont action politique concrète et autonome sur leur milieu.

Merci la maire de Grenoble pour cette forte politique de gauche ⸮


Documents joints


Compléments d'informations :
Mauvaise langue ?
par anonyme,
le 16 janvier

Loin de moi l’idée de vouloir défendre ce personnage sinistre, mais c’est pas un tout petit peu tiré par les cheveux et sujet à l’interprétation d’une phrase dite à la va-vite cette conclusion ?

Genre, d’un côté, il dit "dispo d’un appartement vide" et l’autre "expulsion" pour parler tout simplement de gens à la rue ?

On gagnerait à être un peu moins des caricatures qui sautent sur tout ce qui bouge, parfois.

Caricatural, je suis
par anonyme,
le 16 janvier

Je suis peut-être caricatural dans ma conclusion. Certainement parce-que la situation est amère.

Mais je suis persuadé que mon interprétation est la bonne. Ou alors c’est France 3 qui a délibérément tordu ses propos, car le présentateur annonce les propos de Denoyelle avec la phrase suivante : "Chaque semaine, les services de la mairie cherchent des bâtiments inutilisés qu’ils pourraient utiliser pour loger d’autres sans-abris. Alain Denoyelle ne veut pas donner d’objectifs chiffrés et affirme travailler en fonction d’opportunités immobilières".

Ce à quoi Denoyelle enchaîne en dressant une liste à la va-vite. Sa langue a dérapé en en disant plus qu’il ne l’aurait voulu. Pas en disant autre chose que ce qu’il voulait vraiment dire.

...
par anonyme,
le 16 janvier

Si on s’en tient à cette lecture, "l’évacuation d’un squat ou d’un bidonville", la mairie de Grenoble proposerait de conventionner des gens dans des bidonvilles après les avoir expulsés ?

Soyez un peu sérieux..

N’importe quoi....
par anonyme,
le 16 janvier

C’est impressionnant cette tendance actuelle d’interpretation et de sur-interpretation sur de bouts de phrases et de textes choppés à travers le prisme déformant des medias. Est-ce que s’asseoir et réfléchir un moment n’apporterait pas plus de réponses que ces « communiqués » à tout bout de champ ?...

Pendant ce temps-là...
par squat toujours,
le 18 janvier

Pour celles et ceux qui auraient des doutes sur le machiavélisme des diverses institutions qui profitent des conventionnements/contrats pour à la fois protéger des bâtiments vides d’affreux squatters et se faire du biff (et/ou du prestige) sur le dos des pauvres, il est aussi possible de lire le texte "Conventions d’occupation et anti-squat en Belgique" récemment publié sur Paris-Luttes.info et Squat.net (avec une bibliographie pour aller plus loin à la fin du lien Squat.net).

Exorcisme
par anonyme,
le 22 janvier

@L’auteur du message « N’importe-quoi » : Antoine Back, sort de corps !

Plus sérieusement et généralement, oui, j’imaginerais très bien la ville conventionner le terrain d’un bidonville expulsé (quitte à le nettoyer avant), s’ils trouvent une association prête à ça. Par exemple pour une association qui ferait des arts de rue, pour y placer un chapiteau, ou que sais-je encore d’un peu artistouille.

De même, je ne serais pas surpris que la mairie soit ravie de trouver des gens prêts à signer une convention d’occupation pour le 72 rue Léon Blum.

Sérieusement, ça vous étonnerait vraiment si ça se faisait ?

@ "Exorcisme"
par Emile P.,
le 27 janvier

Ça existe déjà, les crapules racistes sont prêtes à tout : par exemple à Montreuil (93), un terrain squatté par des Roms a été expulsé par les flics, et très rapidement après il a été "occupé" par des "associations" pour en faire un joli jardin partagé, bien entendu totalement débarrassé de ces indésirables... Ça en parle, il me semble, dans un des deux numéros de la revue "L’En-Ville", trouvable sur infokiosques.net.

Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, qu’il serait fort intéressant de répertorier/lister pour montrer à quel point le machiavélisme "humain" a le bras long et plein d’idées. Parmi les plus "créatifs" à ce niveau-là, on trouvera sans surprise... les artistes ! Pratiquement toujours prêts à rendre service aux plus offrants tant qu’ils auront leurs petits ateliers et espaces pour pouvoir créer. Là aussi, la banlieue parisienne fourmille d’exemples bien dégueus où des institutions municipales ou étatiques travaillent main dans la main avec des artistouilles pour faire dégager oklm toutes sortes d’indésirables (Roms, sans-papiers et squatters de tous autres horizons).

Et je ne dis pas tout ça pour stigmatiser des pratiques qui en soi ne sont aucunement problématiques (faire du jardin partagé c’est plutôt une chouette idée, "communisatrice" même, et mettre de la peinture sur une toile ou faire des sculptures ou je sais pas quoi, a priori ça ne fait de mal à personne...). Le souci, ça n’est donc pas ce que font ces gens sur ces lieux, mais bien comment ils en sont arrivés à faire ça à ces endroits, en cautionnant ou en participant à quelles politiques... C’est bien beau de reprendre des esthétiques squat-écolo ou que sais-je encore, et pas de souci là-dessus car la culture et l’esthétique n’appartiennent à personne, mais les démarches dans lesquelles ces gens "créent" doivent être critiquées, tout particulièrement quand elles sont fourbement utilisées, en bonne entente, par des pouvoirs publics qui en profitent pour redorer leur image politico-culturelle "humaniste".

Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.