Indymedia Grenoble

Infos squat Fontaine (32 rue maréchal Joffre) suite de l’expulsion

samedi 3 février 2018 par anonyme

[Infos locales] [Migrations / Sans-paps] [Logement / Squats]

Indymedia Grenoble fonctionne selon le principe de la publication ouverte, c’est à dire que chacun·e peut y publier une contribution (textes photos, liens). Le collectif de modération n’est pas l’auteur des contributions. Celles-ci n’engagent que leurs auteur·e·s. L'équipe d'administration − comme indiqué dans la charte − n’a pas à porter de jugement collectif sur les contenus publiés.

Bonjour,

Nous vous écrivons aujourd’hui pour vous informer de la situation alarmante du squat du 32 rue Maréchal Joffre à Fontaine ouvert fin novembre et expulsé le 25 janvier, où des personnes sans logement, notamment demandeuses d’asiles habitaient.

Une procédure d’expulsion avait été engagée par la SDH (bailleur social, principal propriétaire du bâtiment) et la mairie de Fontaine. Ce procès devait se tenir le 22 janvier, mais l’avocate a obtenu un report pour le 26 février. En parallèle, la SDH a lancé deux autres procédures dont une très particulière, appelée ordonnance sur requête, qui est une procédure non contradictoire (c’est à dire qu’on ne connaît pas la date du procès et où on ne peut pas se défendre ; on est uniquement averti·e·s du rendu). C’est une utilisation largement abusive de ce genre de procédure, dont un des motifs était la non-identification des habitants (les occupants avaient leur nom sur leur boîte aux lettres et le rendu de cette ordonnance sur requête était nominatif !). De plus, le juge a accordé l’expulsion de ce squat sans aucun délai, y compris la trève d’hiver, car il n’y a pas eu de défense au procès.

L’expulsion a eu lieu avec recours aux forces de l’ordre le 25 janvier, les occupants n’étaient pas au courant. Des personnes présentes au moment de l’expulsion ont été contrôlées et ont pu récupérer une partie de leurs affaires, mais d’autres qui vivaient là-bas et qui n’étaient pas présentes au moment de l’expulsion n’ont pas pu récupérer leurs affaires personnelles, y compris des documents administratifs très important !

Suite à cette expulsion et la fermeture du bâtiment, des personnes ont rencontré des membres de la SDH pour réclamer la récupération des effets personnels des habitants, comme l’exige la loi après toute expulsion. La SDH ne veut rien entendre et s’en réfère à l’huissier qui assure qu’aucune de ces affaires ne se trouve dans le bâtiment à l’heure actuelle.

On vous sollicite donc maintenant pour contacter l’huissier et le propriétaire afin de pouvoir récupérer les affaires des habitants le plus rapidement possible. N’hésitez pas à renouveler vos appels ou e-mails jusqu’à la récupération de toutes les affaires !

SDH : Société dauphinoise pour l’habitat, 34 avenue de Grugliasco Échirolles,
Tel : 04 76 68 39 39 Fax : 04 76 68 39 32

Cabinet d’huissier : SCP de Belleval et A. Klein, Huissiers de justice associés, 13 rue Thiers, Pont de Claix
Tel : 0476980036 Fax : 0476989732 Mail : contact huissier-38.com

La situation est urgente et particulièrement odieuse !!

Les anciens occupant·e·s et leurs soutiens



Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.