Indymedia Grenoble

Milice sur la ZAD 2 : le retour

jeudi 22 mars 2018 par kassos, hippies armé-e-s, bisounours faché-e-s et nrv, schlagues, prolo-te-s, lumpens, pauvres, irresponsables, incontrolé-e-s, incontrolable, pecnots, ploucs, Chicanes united gang, cowboys + indien-ne-s + toi et toi et toit !

[Répression / Contrôle social] [Média] [Autres infos]

Indymedia Grenoble fonctionne selon le principe de la publication ouverte, c’est à dire que chacun·e peut y publier une contribution (textes photos, liens). Le collectif de modération n’est pas l’auteur des contributions. Celles-ci n’engagent que leurs auteur·e·s. L'équipe d'administration − comme indiqué dans la charte − n’a pas à porter de jugement collectif sur les contenus publiés.

Milice sur la ZAD : le retour de la suite. iels reviennent encore plus méchant-e-s pour contrôler et monopoliser l’information ...

Bilan de cette nouvelle journée du mercredi 21 mars 2018 alors que la nuit est calme, que la lune à un beau croissant lumineux et que malheureusement les bleus et les kakis font de plus en plus souvent de plus ou moins discrètes rondes de nuit. On s’est exilé-e-s loin des regards indiscrets pour écrire.

- > Premières heures de la journée une "cohorte" de trois personnes (non armée) vient pour "discuter" fermement avec certain-e-s occupant-e-s. Mot d’ordre : ne pas publier de texte non discuté avec eux. ça commence bien !

- > Matinée : des "cyclistes" (non armé-e-s) viennent "innocemment" mener une enquête de voisinage (cette expression/ mot peut paraître forte mais accrochez vous car ce n’est que le début et ça va aller plus loin). . Sur que comme quoi qu’y aurait des nouveaux venu-e-s de la banlieue de une grande ville...et que c’est des très jeunes...pas politisé-e-s....Blablabla...drogue....vol....violence....problèmes...clichés... - On apprécie , en introduction, la petite remarque perfide sur le ton : "tout le monde dort encore chez vous à cette heure là". - Paternalisme et maternalisme, confiant-e-s et sures de leur bon droit et de leur jugement impartial de bon sens, donnent "des conseils", "des injonctions" et "des -à peine voilées- menaces". + Mot d’ordre qu’on leur a dit de dire alors iels s’excusent mais c’est la voix du ""mouvement"" qui parle à travers eux/elles : publier des textes (entendre : textes non discutés avec au moins une personnes "responsable" du coin) donne des billes et de la matière aux zennemi-e-s

Vous trouvez que ça fait beaucoup et que du coup, autre chose se joue pour le camp autoritaire que le truc de "on expulse, tabasse, kidnappe, déporte une personne accusée de faits indéfendable" ? Parce que oui, oui , oui ; trois fois oui ; aucune des "embrouilles" de la milice de la journée ne concerne la gaîté et la personne accusée qui a été brisée cassée, déportée hier (mardi matin).

mais pipi de chat direz vous ?

ça continue dans le dégueulasse et le merdique pour finir à son climax :

— > Énorme coup de pression (limite agression physique) par des gens armé-e-s et masqué-e-s (mais heureusement pas la voiture qui n’avait pas demandé à en être) pour ... roulement de tambour ... obtenir l’adresse i.p du téléphone / identifiant/ numéro d’internet d’une personne (de ce qu’on a compris à peu près). Rappelons qu’en combat rapproché ; la combinaison matraque + gazeuse perd (façon de dire) contre un flingue chargé (même grenaille) ! Rappelons que vu de la route une personne peut paraître isolée alors que non ! Comme nos vaillant-e-s inconnu-e-s sont vite reparti-e-s on se doute de leur mot d’ordre ( lire plus haut)

Renseignement pris auprès des présent-e-s à la réu de la wardine et ailleurs (ouais pour une fois on a été à "l’ouest" et les gens ne sont pas au courant de vos agissements même vos cohabitant-e-s ) ... aucune mesure de censure n’a été décidé pour faire relire les textes et la façon de les publier. Tirez vos propres conclusions ...

Nos donnerons des résumés subjectifs et anonymes des actions de la milice, des milices

*** **** ***** **** ***

Parmi les nouvelles insultes entendues aujourd’hui (outre banlieusard-e-s) bouseux et pequenauds (orthographe approximative) !

Les insultes "shlags", "prolo", "lumpen", "sdf", "cassos", "peons", "toxs", "sdf", "pauvres" sont innacceptables et seront combattues.

Nous en avons plus que marre d’être la composante invisibilisée et méprisée d’un "mouvement" qui ne s’interroge pas sur ses fondements bourgeois, d’un mouvement qui se déclare à la chambre d’agriculture, qui va en réunion avec la préfecture-le ministre-les pouvoirs, qui se prépare à payer des impots et des taxes, qui se murmure même que certain-e-s parlent d’élections municipales (que ça, ça ne nous fait pas rire du tout ou alors "jaune" la couleur des traitres).

Quelle zone allons nous décrétée en non-mixité de classe sociale alors que tou-te-s les bourgeois-e-s de la zone se pensent pauvres et le surjouent ? Ceci est une question qui va gagner en intensité et nous invitons toutes les soit disantes "composantes" du soit disant "mouvement" ainsi que tous les soutiens ailleurs à s’interroger sur le rapport d’autoritarisme et le classisme sur la Z.A.D de NDDL.

Avant que la police politique de la ZAD ( dite milice agambienne & néo-mao - tavu, nous aussi on lit) ne viennent perquisitionner nos ordinateurs et téléphones on souhaite passer avec fraternité et sororité le bonjour à toutes les luttes d’émancipation, de libération, d’égalité ...



Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.