Indymedia Grenoble

Indymedia Grenoble fonctionne selon le principe de la publication ouverte, c’est à dire que chacun·e peut y publier une contribution (textes photos, liens). Le collectif de modération n’est pas l’auteur des contributions. Celles-ci n’engagent que leurs auteur·e·s. L'équipe d'administration − comme indiqué dans la charte − n’a pas à porter de jugement collectif sur les contenus publiés.

PDF - 105.7 ko

Depuis toujours, et principalement en période de « mouvements sociaux », des organisations politiques (partis, syndicats, etc.) cherchent à prendre le pouvoir sur les luttes. Les mêmes pratiques se répètent pour prendre le contrôle des révoltés, pour détourner la révolte, l’intégrer à leurs programmes politiques, la faire fructifier en bulletin de vote ou en rapport de force privatisé pour servir des intérêts spécifiques. Dans les assemblées, on noyaute, dans les cortèges, on prend la tête, dans la répression on se dissocie. C’est un métier, cela s’appelle la politique. Le carré de tête syndical symbolise historiquement cette prise de pouvoir sur la révolte. C’est pour cela que durant des décennies, l’enjeu pour celles et ceux qui étaient en lutte (lycéens, sans-papiers, chômeurs, étudiants, etc.) a souvent été de prendre la tête de la manifestation pour contrer cette récupération syndicale, tandis que, pour les incontrôlables divers, il s’agissait souvent de s’exprimer en queue de cortège, ces deux pratiques non contradictoires construisant une forme d’autonomie contre les partis et les syndicats. Elles ont pu permettre des formes de débordement actif du maintien de l’ordre et des Services d’Ordre, que ce soit en queue ou en tête de cortège, par du désordre, de la casse, des bifurcations de manifs, des manifs sauvages, diverses formes d’occupations et la conflictualité avec les gestionnaires de manifs, autant de possibilités en mesure de transformer les classiques défilés dominicaux en pantoufles, dans lesquels la vitalité des uns ne sert qu’à appuyer des jeux de négociations ultérieures d’autres, en moments subversifs.

« Cortège de tête » is the new CGT ?

Depuis la Loi Travail une nouvelle forme de carré de tête prend le devant de la manifestation, reléguant comme le pâté de tête syndical ceux qui sont en lutte à l’arrière de la manifestation. Il est ordonné, ritualisé, spécialisé, professionnalisé, spectaculaire, maintient l’ordre à sa manière, parade et pose devant la caméra à l’instar des carrés de têtes syndicaux. Alors bien sûr il y a des différences : l’offre de l’uniforme Northface, du slogan Booba sur fond de fumigène correspond plus à la demande esthétique de l’époque que la bonne vieille tête d’Arlette Laguiller et la moustache de Philippe Martinez. Mais qu’on se le dise, le « cortège de tête » est bien le contraire du débordement et de l’émeute. Préférer le « débordement qui manifeste à la manifestation qui déborde », c’est vouloir embrigader le débordement, c’est préférer l’ordre plus le pouvoir au désordre ingouvernable.

Emeutons-toi

Ingérée et ingérable, l’émeute n’a pas d’uniformes, pas de place définie dans un cortège, pas de photographes attitrés ; les identités s’y abolissent de fait et elle accueille des formes de révoltes imprévisibles, parfois inconnues, souvent hors de toutes normes. Elle ne se prévoit pas ; ni son moment, ni qui en fait partie, ni son devenir. L’émeute est accueillante pour ceux qui la comprennent, quelles que soient les raisons qui les poussent à y contribuer. Dans une émeute, il n’y a plus de travailleurs, de chômeurs, d’étudiants, de jeunes, de vieux, de casseurs, de pacifistes, de « K-Way noirs » ou de « chasubles rouges », il n’y a que des émeutiers. L’auto-satisfait « cortège de tête » s’est désormais institué en norme d’une radicalité superficielle au détriment de l’inventivité, de l’effervescence et de la joie émeutière, lui enlevant par là-même toute portée subversive et s’opposant à la sauvagerie et à l’incontrôlabilité qui ne peuvent y trouver de place pour s’exprimer.

Ni chasuble rouge, ni K-way noir,

Ni le monde, ni rien, soyons sauvages !

D’Inappelables incontrôlés.



Compléments d'informations :
Merci
par Pantoufles&Ricard,
le 8 mai

Je suis complètement d’accord avec ce tract. Il faut arrêter de se donner les moyens de s’en prendre aux force de l’ordre. Il faut arrêter d’aller en manif en mode déter. Mieux encore il fait arrêter d’aller en manif du tout. Au contraire, il faut... il faut... Mais vous les donneurs de leçons vous proposez quoi au fait ? Ah oui bien sûr, vous proposez votre radicalité en carton devant l’écran d’un ordinateur.

A bas les K-way noirs, vive les pompiers !

Pantoufles&Ricard

bof bof
par anonyme,
le 8 mai

Il y a un côté assez réligieux je trouve dans des passages comme celui-ci : " l’émeute .. elle accueille des formes de révoltes imprévisibles, parfois inconnues, souvent hors de toutes normes. Elle ne se prévoit pas ; ni son moment, ni qui en fait partie, ni son devenir. " et.. au fait les gentes mettent des kway noirs précisement pour ne pas se diffèrencier entre elleux (= pas vu pas pris). Enfin, vous devriez aller voire qu’est ce que c’est le cortège de tête, je veux dire pas seulement en lisant le Figaro, avant de le comparer à la CGT

petite réflexion
par anonyme,
le 18 mai

On peut à juste titre critiquer l’action des centrales syndicales quand elles confisquent aux salariés le choix des revendications, l’élaboration des tactiques et des stratégies de luttes. (encore faudrait il faire preuve de nuance et ne pas mettre toutes les organisations syndicales dans le même chapeau).

On peut donc se demander, comme le fait ce texte, en quoi remplacer le carré de tête syndicale par un cortège de tête d’encagoulés aide les exploités à prendre en main leur destin. Plutôt qu’une libération, cela ressemble plutôt à une bonne vieille lutte de pouvoir. ( A moins bien sure, de s’auto-proclamer l’avant-garde musclé du prolétariat...mais non, on est chez les anars, aucun risque)

Ensuite, proposer comme alternative une fuite en avant vers des émeutes encore plus "incontrôlables" (le préfet doit rigoler) est une impasse. La seul chose qu’est "spontanément" un dominé, c’est précisément un dominé. On a jamais vu des salariés spontanément autogérés leurs usines, des femmes spontanément prendre la parole dans une assemblée...etc.

Si c’était le cas, la révolution aurait éclaté depuis longtemps.

Nous sommes formatés, construits pour remplir notre rôle dans la machine social et économique capitaliste. C’est en construisant des outils de solidarité (assos, syndicats, collectifs en tout genre), en diffusant des pratiques d’auto-organisations dans la lutte, en déconstruisant des discours qu’on peut espérer sortir de son aliénation et libérer un potentiel révolutionnaire.

C’est à dire faire ce qu’une bonne partie des syndicalistes que vous critiquez font au quotidien (soit dit en passant).

Mais voilà c’est long chiant et difficile.

Peut être un jour arriverons nous à faire de ces manifestations des vrais espaces d’expressions et de réappropriation des centres villes par les opprimés. Apparemment le chemin est encore long.

un syndicaliste

Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.