Indymedia Grenoble

Resilience bioéconomique

jeudi 17 mai 2018 par anonyme

[Ville / Environnement] [Autres infos]

Indymedia Grenoble fonctionne selon le principe de la publication ouverte, c’est à dire que chacun·e peut y publier une contribution (textes photos, liens). Le collectif de modération n’est pas l’auteur des contributions. Celles-ci n’engagent que leurs auteur·e·s. L'équipe d'administration − comme indiqué dans la charte − n’a pas à porter de jugement collectif sur les contenus publiés.

La résilience bioéconomique d’un pays, concept élaboré par Jean-François Jaudon, est sa capacité à réagir face aux problèmes écologiques et économiques mondiaux.Ce concept constitue une nouvelle grille de lecture du développement. Elle se mesure par un indice.

Celui-ci est basé sur la combinaison de

l’éthique dans les affaires économiques et de la pression exercée par l’économie sur la biosphère, considérée comme un bien public mondial :

la qualité de l’air la biodiversité la situation climatique La résilience bioéconomique intègre le fait que le développement durable d’un pays ait pour conditions premières : le sauvetage de l’environnement la lutte contre la corruption

Objectifs La resilience bioéconomique est la capacité de développement durable d’un pays en combinant deux facteurs, l’empreinte écologique et la lutte contre la corruption.

Méthodologie de calcul de l’indice Transparency International a effectué une évaluation de la corruption et a attribué un indice IPC (Indice de Perception de la Corruption) selon differents criteres.

Cette évaluation a conduit à l’élaboration d’une hiérarchisation par pays.

Global Footprint Network a établi un calcul de l’empreinte écologique par habitant pour chaque pays. L’empreinte écologique a fait l’objet d’un classement par pays également.

La combinaison de ces deux hiérarchisations moyennées génère l’Indice Primaire de Résilience Bioeconomique (IPRB ). Rang Empreinte écologique selon le classement du pays de la plus faible à la plus forte empreinte écologique. Rang IPC selon classement du pays du degré le moins élevé au degre le plus élevé de percéption de la corruption. Nota : Un classement par pays selon la valeur de cet Indice de Résilience bioéconomique peut aboutir à l’attribution d’un rang de chaque pays, cet indicateur ne tenant pas compte du PNB/PIB des pays.

Histoire et origine du concept Le PNB/PIB est une notion trop restrictive dans le sens où elle ne tient compte que de la richesse matérielle d’un pays. Or des pays riches matériellement génèrent des pollutions et des problèmatiques d’effet de serre. Cet indice est donc partiel.

La corruption est un phénomène qui freine le développement des pays sous-développés. L’ONG Transparency International a établi une échelle de valeur concernant l’évaluation des niveaux de corruption dans les pays.

La mesure de la pollution s’effectue quant à elle par le biais de l’empreinte écologique.

D’où la création de ce nouvel indice, l’Indice de Résilience bioéconomique élaboré par Jean-François Jaudon. Cet indice est un indicateur qualifiant le développement durable d’un pays. On l’appelle aussi indice de développement durable.
— 

Jean-François Jaudon, né le 14 mars 1970 à Grenoble (France), est ingénieur de formation. Il a étudié le processus de transition économique du système communiste au système capitaliste à Budapest (Hongrie) après la chute du Mur de Berlin et est titulaire d’un diplôme de Mastère sur la transition économique.

Cet indice est un indice relatif et composite au même titre que l’IDH (Indice de Développement Humain ).Il est la combinaison de deux indices, l’un lié à l’empreinte écologique et l’autre à la lutte contre la corruption. Cette combinaison est basée sur une moyenne de rangs dans les deux domaines, sur le même principe que les classements dans les compétitions de biathlon. == .



Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.