Indymedia Grenoble

Urgent IRAN Solidarité avec le soulèvement de la ville de Kāzerūn

lundi 21 mai 2018 par anonyme

[Répression / Contrôle social] [Impérialismes / Solidarités internationales] [Révoltes / Luttes sociales] [Antifascisme] [Autres infos]

Indymedia Grenoble fonctionne selon le principe de la publication ouverte, c’est à dire que chacun·e peut y publier une contribution (textes photos, liens). Le collectif de modération n’est pas l’auteur des contributions. Celles-ci n’engagent que leurs auteur·e·s. L'équipe d'administration − comme indiqué dans la charte − n’a pas à porter de jugement collectif sur les contenus publiés.

Urgent IRAN Solidarité avec le soulèvement de la ville de Kāzerūn

Quatre jours d’émeutes et de soulèvement populaire dans la ville de Kāzerūn !!! Depuis maintenant presque deux mois les habitants de la ville de Kāzerūn, une localité de la province de Fars (Sud-Ouest de l’Iran) qui compte environ 150 000 habitants, protestent contre une décision du régime totalitaire de Khamenei de diviser arbitrairement la ville en deux parties administratives distinctes. Ce que la population qui n’a bien sûr pas été consulté sur le sujet a ressenti comme une forme de mépris et de déni social manifeste qui plus est quand on connait les chiffres et les statistiques des énormes difficultés économiques que connait cette province qui entrainent un taux de chômage et de précarité des jeunes qui est parmi l’un des plus élevé du pays.

- Mercredi au cours de la soirée du 16 Mai 2018 les forces répressives du régime ouvrent le feu sur les manifestants de Kāzerūn, faisant entre 5 à 6 morts, et blessant des dizaines d’autres personnes.

Tout a commencé à peu près à la mi-journée du Mercredi 16 Mai 2018 quand une brigade de la Naja police (L’équivalent local Iranien de nos CRS et autres GM) ont nassé un groupe de jeunes qui manifestaient avec leurs familles, puis les ont embarqués brutalement vers le commissariat central.

Aussitôt un rassemblement spontané de plusieurs milliers d’habitants a convergé vers ce commissariat, pour exiger les libérations immédiates des manifestants qui avaient été embarqué l’après-midi. Les gens réunis sur place ont refusé fermement de quitter les abords du comico malgré les injonctions des flics. Et le ton a commencé très vite à monter entre les habitants et les forces répressives qui ont rapidement été débordées par l’afflux des manifestants.

Vers 23 h – Minuit on apprenait par le biais des réseaux sociaux et ses sites d’opposition Iraniens que les flics avaient ouvert le feu sur les manifestants qui étaient de plus en plus nombreux devant le commissariat, causant plusieurs décès et des dizaines de blessés. Tout en embarquant plusieurs dizaines de manifestants qu’ils avaient violemment chargés.

Journées et nuits des 17 et 18 Mai 2018, le régime a cru calmer et étouffer la contestation en envoyant des renforts de la Naja Police lourdement armés dépêché depuis la grande ville voisine de Chiraz, selon les témoignages d’activistes locaux circulant sur les réseaux sociaux, cela comprenait environ 40 cars de la Naja Police, un Hélico et des dizaines de camionnettes 4 x4 Toyota remplies des bécanes de voltigeurs motocyclistes anti émeutes.

Des affrontements ont très vite éclaté dans la soirée du 16 au 17 Mai 2018 quand les habitants de Kāzerūn ont appris les décès de plusieurs des leurs , les manifestants et en particulier les jeunes et les femmes de la ville qui se sont lancées elles aussi dans les affrontements, ont plusieurs fois mis en déroute les troupes de la Naja Police qui ne s’attendaient pas à une telle réaction, incendié plusieurs postes de quartiers de la milice Bassidji,deux des plus grande banques de la ville et d’autres bâtiments symboliques du pouvoir, retourné et incendié des dizaines de 4 X 4 Toyota et détruit plus d’une centaines de motos des voltigeurs de la Naja Police.

- Journées et nuits du 17 et 18 Mai 2018 malgré la décision du régime de couper toutes les connections internet et téléphoniques de la ville de Kāzerūn et de les ralentir drastiquement dans tout le reste de la province de Fars. Les manifestations ne se sont pas calmées pour autant, à plusieurs reprises la Naja Police a dû fuir et refluer en panique, devant la colère et les charges des habitants. Plusieurs vidéos envoyées sur les réseaux sociaux d’opposition en attestent. Comme celle-ci, ci-dessous partagée des centaines de milliers de fois en Iran, nous montrant comment un groupe de jeunes courageux de Kāzerūn, arrivent à faire fuir un homme de la Naja Police qui tentait violemment d’arrêter et de matraquer un manifestant isolé.

https://twitter.com/freedommesenger/status/997354754333343745

https://twitter.com/tarykh_iran2017/status/997780238766571521

Un autre message des habitants de la ville nous a également appris qu’ils avaient essuyé plusieurs coups de feu aux abords du palais de justice de la ville, tiré par des membres des forces répressives stationnés sur le toit du bâtiment.

https://twitter.com/FMadadzade/status/997913213873377284

- Nuit du 18 Mai 2018 la situation est toujours extrêmement tendue en ville, des activistes locaux ont pu quand même faire passer un message d’alerte sur le net, rapportant que des petits groupes des forces spéciale des Gardiens de la Révolution et de flics en civil venu appuyer la Naja Police. Avaient embarqués des personnes blessées dans les hôpitaux et des blessés réfugiées chez des gens qui les hébergeaient, puis procédé à des perquisitions et des arrestations extrêmement ciblées. Malgré cela les habitants ont continué à harceler les forces répressives, en les narguant en manifestant dans leurs voitures à grand coup de Klaxons.

Début de journée du 19 Mai 2018 les habitants de Kāzerūn ont décidé qu’ils ne reculeraient pas devant les forces répressives et qu’ils défileraient quand même dans les rues de la ville pour rendre hommage aux victimes et demander justice au régime. Ce qu’ils ont fait malgré des premières nasses et l’arrivée le matin d’une deuxième vague renforts de la Naja Police et d’un énorme canon à eau anti émeutes.

- 19 Mai 2018 mi-journée - des affrontement très durs ont de nouveau éclaté et ont duré tous le reste de la journée, avant que ceux-ci n’éclatent une foule immense de gens a réussi à contourner les barrages des flics stationnés pourtant dans tous les carrefours et points stratégiques de la ville, puis à se réunir sur la place centrale de la ville en scandant des slogans tels que « Libérez les prisonniers », « A bas le dictateur », « Marg Bar Khamenei » , « Nos ennemis ne sont pas à l’étranger, nos ennemis sont en Iran » et « Arrêtez de tuer des innocents », on a ensuite pu assister à des scènes ou les flics de Naja police impuissants et débordé quittaient cette place centrale qu’ils avaient investie sous les huées. Et même à d’autres ou les forces répressives ont encore dû fuir à plusieurs reprises pour échapper à la colère et aux charges des Kazeruni.

https://twitter.com/FMadadzade/status/997906318529884160

- Début de soirée du 19 Mai 2018 le calme n’est encore pas revenu à Kāzerūn des petits groupes de jeunes très mobiles ont continué jusqu’à tard dans la nuit de narguer les troupes la Naja police qui ont patrouillé toute la nuit dans les petites rues, en agressant gratuitement des passants et des manifestants isolés.

- Dernière minute les habitants de Kāzerūn ont réussi à signaler sur le net qu’Omid Yousefian qui avait été grièvement blessé après s’être fait tirer dessus mercredi dernier, est mort le 19 Mai 2018 des suites de ses blessures. Omid était un jeune peintre en bâtiment âgé d’une trentaine d’années.

- 20 Mai 208 mi-journée atmosphère très lourde en ville, avec une vaste présence des forces répressives signalée, les communications internet et téléphoniques ont à nouveau été coupées ou très ralenties. Ce qui fait que peu de nouvelles nous sont parvenues aujourd’hui ce qui selon les opposants locaux est très inquiétant. Le site officiel internet du bureau du Ministère de la justice de la province de Fars a pondu un communiqué déclarant que la plupart des manifestants « Etaient des voyous masqués connus pour des faits de délinquance » et « Qu’il n’y avait eu que deux victimes » (Chiffres démenti par les habitants de Kāzerūn qui affirment qu’il y aurait entre 5 et 6 morts et des dizaines de blessés encore dans des états très graves). Tout autant inquiétant ces autres messages d’activistes locaux nous indiquant qu’un nombre conséquent de personnes arrêtées les trois derniers jours, auraient été transférées en fourgon cellulaires vers la grande ville voisine de Chiraz.

Depuis hier soir d’autres activistes Iraniens viennent de lancer sur les réseaux sociaux des appels à des actions et des rendez-vous de protestation en solidarité avec Kāzerūn, pour cette nuit et demain plus tard dans la soirée dans les villes d’Ispahan, Téhéran Mashhad, Ahvaz, Zanjān & Doroud. On verra s’ils sont suivis d’effets, et surtout si les forces répressives ne vont pas tenter de les étouffer rapidement en procédant a des arrestations préventives ou à des quadrillages policiers très lourd sur les lieux de rendez-vous.

Pour vous rencarder sur les nouvelles qui passent la censure du régime et les images des affrontement passés utilisez les Hashtag #kazerun et #BloodshedInKazeroun #KazerunInBlood sur les réseaux sociaux.

Par ailleurs la page d’opposition Rasuyab qui identifie et publie des photos de mercenaires à la solde du régime, ses propagandistes et ses hommes de pailles, celles de miliciens Bassidjis qui harcèlent, agressent violentent et insultent les femmes dans les rues, ou encore de brutes du corps d’armée des Pasdarans de l’IRGC responsables d’exactions et de tortures en Syrie, dans le Kurdistan Iranien ou en Irak aux côtés de milices chiites Irakiennes dirigées par Qasem Soleimani de la force Al Qods , vient de lancer un appel à témoins pour identifier les donneurs d’ordre et les assassins responsables des morts et des blessés de Kāzerūn.

https://twitter.com/rasuyab

A l’heure où pas un seul des médias Français qu’ils soient « alternatifs » ou mainstreams n’ont daigné se pencher ne serait qu’un moment sur les évènements tragiques qui se sont passé dans cette ville d’Iran. Et où nous avons dû subir toute ces dernières journées jusqu’à l’overdose sur toutes leurs antennes, un mariage royal à la con outre-manche, dont nous n’avons plus que rien à foutre, il est plus que temps de montrer une solidarité sans failles avec les Kāzerūni.

Solidarité avec la population de Kāzerūn. Ne la laissons pas seule face aux brutes fascistes de Khamenei et Rouhani !!!

Quelques Anarchistes et Antifascistes solidaire de Kāzerūn les 18, 19 et 20 Mai 2018.



Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.