Indymedia Grenoble

La frontière tue : trois morts en moins de vingt jours à la frontière franco-italienne près de Briancon

samedi 2 juin 2018 par anonyme

[Migrations / Sans-paps] [Autres infos]

Indymedia Grenoble fonctionne selon le principe de la publication ouverte, c’est à dire que chacun·e peut y publier une contribution (textes photos, liens). Le collectif de modération n’est pas l’auteur des contributions. Celles-ci n’engagent que leurs auteur·e·s. L'équipe d'administration − comme indiqué dans la charte − n’a pas à porter de jugement collectif sur les contenus publiés.

LA FRONTIERE TUE

Trois morts en moins de vingt jours.

Blessing 21 ans retrouvée morte dans une rivière pour échapper à la police nationale.
Mamadou retrouvé mort dans les bois après un refoulement de la police.

Il y a à peine plus d’une semaine un autre cadavre a été retrouvé dans l’Orridio du Frejus, coté italien.
Un corps en décomposition avancée que l’on retrouve seulement maintenant que la neige a fondue.

Trois morts en moins de vingt jours.

Cette frontière devient rapidement un cimetière.

Police. Gendarmerie. PAF. Chasseurs alpins. C’est eux les responsables directs de ces morts. La frontière tue à travers la main de ses uniformes. Les forces de l’ordre sont le bras armé de ce dispositif de sélection et d’exclusion, qui en devient assasin.

Sans la police, chacun serait libre de prendre un train, un bus ou un avion.

La répression des forces de l’ordre envers les « migrants », les « sans papiers » s’est traduite en homicide visible sur ces montagnes, mais elle est partout ailleurs.

C’est les rafles dans les villes où la police effectue des blocages specifiques pour chasser celleux qui n’ont pas de documents, pour les menacer et pour les enfermer dans un centre de rétention.

Ce sont les matons des Centres Permanents pour le Rapatriement, les nouveaux CIE multipliés par Minniti et placés à coté des aéroports pour faciliter les déportations.

Ce sont les employés des commissions qui ont le pouvoir de choisir de donner ou non un bout de papier aux demandeurs d’asile.

C’est chaque uniforme qui agit en conformité avec la séléction voulue par les institutions poliques et économiques.

La frontière a encore tué.
Les forces de l’ordre en sont les éxecuteurs.
On n’oublie pas, on ne pardonne pas.



Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.