Indymedia Grenoble

Contre l’isolement carcéral ! En solidarité avec Fabrice Boromée

mercredi 6 juin 2018 par anonyme

[Autres infos] [Luttes anticarcérales]

Indymedia Grenoble fonctionne selon le principe de la publication ouverte, c’est à dire que chacun·e peut y publier une contribution (textes photos, liens). Le collectif de modération n’est pas l’auteur des contributions. Celles-ci n’engagent que leurs auteur·e·s. L'équipe d'administration − comme indiqué dans la charte − n’a pas à porter de jugement collectif sur les contenus publiés.

Depuis 2012, Fabrice Boromée subit l’enfermement dans les quartiers d’isolement des prisons en métropole. Depuis six ans, ses conditions de détention doivent être qualifiées de torture. Ce traîtement inhumain a élé mis en place par l’Administration Pénientaire après que Fabrice ait refusé de se soumettre à l’arbitraire carcéral qui lui inlerdisait d’assister à l’enterrement de son père en Guadeloupe. Depuis, Fabrice ne demande qu’une chose : ête transféré en Guadeloupe auprès de ses proches. Face au silence de l’administation, il s’est révolté de nombreuses fois pour se faire entendre, nolamment avec des prises d’otage. Alors qu’il élait entré en prison pour une peine de huit ans, il a pris des rallonges de peines à la pelle, il a aujourd’hui encore trente ans à faire. C’esl toujours la même chose avec l’administration pénitentiaire si tu refuses leur arbiraire, la répression est sans appel.

Enfermé et exilé de force en métropole, Fabrice subit une double-peine, comme de nombreu·ses·x autres délenu·e·s originaires des territoires qu’il est convenu d’appeler les « DOM-TOM ». Outre la répression carcérale, leur situation révèle un des aspects de la domination coloniale que la fançais continue d’imposer aux populalons de ces territoires. À l’isolement et très éloigné de ses proches, Fabrice n’a de contacts quasiment qu’avec les surveillants casqués.

Depuis un an, plusieurs articles de presse ont été écrits sur sa situalion mais celle-ci n’a pas changé : la mesure d’isolement n’a jamais été levée. Au contraire, il a subi à Saint Maur et à Moulins des conditions extrémement dificiles, dignes des anciens GHS soi-disant abolis (menottage systémique, escortes sur-équipées et violentes, refus de le laisser voir le médecin ou l’aumônier dans des conditions décentes, repas jetés par la trappe…). II y a quelques mois, Fabrice refusait de sortir de la douche, demandant à la direction de respecter ses engagements pour son fransfert. La seule réponse a été de lui envoyer les ERS (le GIGN de la prison) qui ont balancé une grenade assourdissante dans la douche de quelques mères carrés, Ces violences de l’administation lui ont fait perdre l’ouïe d’une oreille.

L’isolement carcéral, vériable torture, a des conséquences lrès graves sur sa santé et son moral. Il a eu des attaques cardiaques, il se plaint de migraines permanentes, sa vue baisse, il s’exprime moins bien, il perd le goût de vivre. Ces agissements ignobles sont validés par le ministère de la justice et des médecins complices.

Le directeur de la Maison Centrale de Moulins avait promis à Fabrice un transfert « en mars », puis « avant l’été » et maintenant il lui dit « dans l’été, pas avant septembre ». Ces mensonges, ces promesses non tenues entrainent de faux espoirs qui le déruisent encore plus.

Le directeur de la MC de Moulins a assuré à Fabrice quil serait transféré avant l’été. C’est pourquoi nous appellons chacun et chacune à montrer sa solidarilé avec Fabrice et tout·e·s ceux et celles qui sont au QI contre leur volonté dès le début de l’été, si le 21 juin le transfert n’est pas mis en œuvre.

Indviduelement ou par groupes affinitaires, dehors ou dans les prisons, multiplions les prises de paroles, les actions de revendications et de soutien.

Nous ne les laisserons pas luer Fabrice Boromée !

Des opposant·e·s à la prison et des ami·e·s de Fabrice.

Pour lui écrire : Fabrice Boromée — n° d’écrou 15964 ;
Maison Centrale de Moulins — QI - les Godets
03400 Yzeure

JPEG - 179.7 ko



Compléments d'informations :
Mise en forme et catégories
par anonyme,
le 6 juin

Bonjour !

Merci d’avoir soumis cet article !

Une ou deux petites choses quand-même qui font que je l’ai modifié en conséquence :
- Les textes sous forme d’image posent deux gros problèmes :

  • Le premier, c’est que de tels textes deviennent en général plus difficilement ou complètement innacessibles aux personnes malvoyantes.
  • Le second, c’est celui du référencement sur les moteurs de recherche. Un texte bien référencé est un texte accessible, et qui est plus susceptible d’être lu et de faire avancer la cause qu’il souhaite mettre en avant.

- Merci, pour les prochaines fois, de bien sélectionner les catégories de l’article (en l’occurence, l’article était à tort indiqué comme local, et n’était pas dans la catégorie « Luttes anti-carcérales ».

Bonne continuation et à bientôt. ! :)

Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.