Indymedia Grenoble

Question de format ?

lundi 25 juin 2018 par Calamare

[Féminisme / Genres / Sexualités] [Autres infos]

Indymedia Grenoble fonctionne selon le principe de la publication ouverte, c’est à dire que chacun·e peut y publier une contribution (textes photos, liens). Le collectif de modération n’est pas l’auteur des contributions. Celles-ci n’engagent que leurs auteur·e·s. L'équipe d'administration − comme indiqué dans la charte − n’a pas à porter de jugement collectif sur les contenus publiés.

Oxymore prioritaire du moment à genrelande : les (non ?)mixités « inclusives », ou encore « choisies » alors qu’elles sont à peu près toujours présupposées, s’imposent en quelque sorte « d’elles-mêmes », d’emblée, au plus large, au plus valorisé surtout, quand ce n’est pas carrément à l’attrape-tout (si t’es pas contente, que tu te sens pas safe, qu’il y a un passif de violences niées dans la bienveillance transversale, jurée sans hiérarchie, à laquelle on t’invite, ben tu viens pas, hop, t’es libre n’est-ce pas ! nettoyage par le vide des dysempathies et autres fragilités inopportunes qui nous retardent sur la voie lumineuse de la complétion des idéaux) ; et restent de ce fait prépensées ou impensées : il y aurait une vaste convergence d’intérêts entre toutes les personnes qui ne sont pas hommes hétérocis’ (et pas tds). On en est même à ne plus spécifier, on pose juste le patch (non)mixité choisie et hop, magie, tout s’ordonne pour le mieux, entre super personnes respectueuses, powerfoules et surtout ayant dépassé, par la culture et l’intention, les vilaines déterminations sociales, lesquelles ont également libéré tout aussi magiquement les buts ainsi poursuivis.

Prem’s il faudrait déjà réfléchir à l’usage immodéré de la notion d’intérêt et à son rôle central dans une société basée sur la propriété des choses, des identités, des gentes, de soi, toussa, par une personne éthérée et donc universalisée a priori – et sur le lien historique de l’idéologie utilitaire et de l’économie. Mais surtout à cette convergence présupposée, qui se fonde en gros sur le schéma double, et déjà bien usé par les échecs et catas historiques, « on a toutes le même ennemi », donc les rapports sociaux et inégalités entre nous, en « interne » sont secondaires, véniels, réparables ou compensables en l’état. Passons vite fait. Même, hein, pour la cause, les moins valantes, celles qui « ont du mal » avec les repros imposées de l’ordre social, les résumés qui s’alignent finalement toujours sur les possibilités des plus capacitaires, sont invitées à la fermer.

Les premières de cordée ne doivent pas être dérangées ni entravées dans leur progression ardue et surplombante, au contraire on doit leur faire passer tous les « outils » (encore un mot fétiche pour ne pas examiner le déterminé) qu’elles demandent et désirent à cette fin moral-politique ; comme me disait l’une d’entre elles il y a déjà bien quinze ans, « on fait le trou ». Bien sûr. Ça se voit, on a toutes profité du dit trou dans la socialosphère. Comme ailleurs dans l’économie, matérielle, sociale, relationnelle, y en a pour de moins en moins, mais ayons confiance, croyons, on va « s’en sortir », comme aiment à dire nos élites radicales ; épatant comme l’idéologie de la perfo et de l’identité rejoint le libéralisme général, et affirme sa bénévolence dans un déni de plus en plus épais de la situation et là encore des rapports de valorisation comme de brutalisation et d’élimination qui en découlent. Encore une fois, la logique qui se prétend à l’origine de la suite, dans le toujours déjà là et le subjectif, se niche en réalité au bout : à quoi servent et à quoi ressortent l’inclusion, les mixités, les non-mixités ?

Là encore, on a un souci avec un format a priori, déproblématisé, affirmatif. Qui couvre la duplication de l’idéologie universaliste, économiciste et masculiniste de l’accès de tout le monde à tout le monde et à tous les espaces, à toutes les potentialités, pour dégager de la valeur sociale et relationnelle, laquelle se fait bien entendu sur l’exploitation, l’utilisation, l’exotisation au besoin des plus faibles et des moins légitimes. Le tout sous le visage riant du « gagnant-gagnant ». Et de l’idée elle aussi a priori que les buts de cette économie relationnel et morale, intensité, plaisir, identité, sont le bien absolu et convergent (et qui profiterait in fine à toutes, on croit lire Adam Smith).

Bref, pour un embrayage sur des non-mixités résolument conséquentielles aux rapports sociaux. Pas hégémoniques mais au moins possibles et nombreuses, qu’elles puissent réellement nous servir, pas juste témoigner et cautionner. Et pour une remise en cause des objectifs sociaux sacrés, évidentisés, positivés, qui invisibilisent ou relativisent ces rapports. Une non-mixité ou une séparation qui ne questionne pas les cadres, les strcutures et les buts, qui calque et se réapproprie, se condamne à reproduire, sans moyens la plupart du temps, les exigences du social majoritaire, dominant, et ainsi à péricliter ou être récupérée. Nous sommes assez documentées à ce sujet par nos histoires il semble. L’histoire n’est pas de s’isoler démonstrativement, encore que de la distance et du regroupement ne fassent pas de mal – mais de penser et de pratiquer d’autres méthode de vie et de compréhension.

* **

On ne se « reconnaît » pas dans votre mixité « choisie », « inclusive », toujours la même et a priori, censée résumer et rassembler « tout le monde » sans prise en compte des rapports sociaux en interne, et qui élimine d’emblée celles qui s’y sentiraient pas safe, qui ont subi des violences de la part de leurs chères « alliées », qui voudraient aborder des problèmes liés à des situations spécifiques avec des collègues.

On ne se « reconnaît » pas dans vos visuels apologétiques et incitatifs avec des personnes jeunes super « perfo dans leur corps », très raisonnablement à côté des normes mais pas trop loin surtout, valides, et qui produisent devinez quoi, de la relation ô surprise, notre monnaie alternative favorite (identique dans son principe et son rôle à celle de straightlande mais chut !)

On ne se « reconnaît » pas dans vos fests hyper courtes au bout du monde où il faut être super mobile et avoir du fric et du réseau pour aller.

On ne se « reconnaît » pas dans l’absence de discussions de fond, ou alors une vite fait histoire de dire qu’on n’a pas éludé, de bien confirmer ce à quoi on adhérait déjà, pasque on a peur de l’ombre de la prise de tête ou de voir réapparaître ces fichus, encore une fois, rapports sociaux en interne.

Et à force de ne pas s’y « reconnaître », on ne s’y trouve jamais ; tout un pan d’isolées, de non rentables, de pas échangeables, de stigmat’s a été rayée de la carte des « évènements » du milieu depuis quelques années par l’uniformisation du « format » de ceux-ci.



Compléments d'informations :

Ajouter un complément d'information


copyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.