Ca chauffe à Berlin envoyé le 27/03/19 - Non locaux
EELV, réveille-toi pour les élections européennes ! envoyé le 26/03/19 - Non locaux - 3 compléments
Avis de tempêtes #15 envoyé le 20/03/19 - Non locaux

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 20

Réunion festival féministe Bad Astéroïdes envoyé le 27/03/19 - Ailleurs sur le web
Trois manifestations séparées à Grenoble ? envoyé le 24/03/19 - Ailleurs sur le web - 1 complément
Vérité et justice pour Adam et Fatih envoyé le 19/03/19 - Ailleurs sur le web
Journée de grève générale, de manifestation et d’actions envoyé le 19/03/19 - Ailleurs sur le web
Emission Radio Dégenré-e sur la Oi ! Féministe envoyé le 18/03/19 - Ailleurs sur le web

1 | 2 | 3 | 4 | 5

A Grenoble le 1er Mai, on démonte les caméras !

Vous le saviez, la municipalité a installé entre janvier et mars 13 nouvelles caméras ultra-sophistiquées dans les rues de Grenoble. Elle prévoit actuellement d’en implanter dans les quartiers de la Capuche, du Village Olympique et du Jardin de Ville. Pour accompagner ces mesures, Destot et Safar, adjoint à la sécurité, augmentent le nombre de policiers municipaux, et étendent leurs horaires jusqu’à deux heures du matin. L’idée de les armer germe doucement. (voir ici
Face à cela, une campagne contre la vidéosurveillance et la gestion policière de nos vies a lieu depuis plusieurs mois à Grenoble.

Aujourd’hui 1er mai, 10 heures du matin, place de la Gare. Il pleut. Peu de gens sont venus pour manifester. Peut-être 2 ou 3 milles personnes.
Derrière le cortège de la CNT, une bonne centaine de personne forme un cortège festif et coloré contre la vidéosurveillance. Masques, perruques, confettis, nez de clown, instruments de percussions... apportent un peu de couleur et de bonne humeur dans une manif qui s’annonçait bien tristounette.
De grandes banderolles encadrent le cortège sur les côtés et à l’arrière :
«  Démontons les caméras, reprenons la rue », « La mairie se prend pour big brother, crevons lui les yeux », « + de flics, + de caméras, le Parti Sécuritaire devance Hortefeux ». On peut aussi lire quelques pancartes comme « La police de proximité tire de plus prés »

La manif se met rapidement en route. Des clowns arpentent le bord de la manifestation en distribuant des tracts et le plan de la vidéosurveillance à Grenoble. Ils collent aussi quelques affiches. A l’arrière du cortège, une petite batucada chauffe l’ambiance.

C’est lorsque le cortège arrive à l’embranchement de Jean Jaurès et du cours Berriat que commencent véritablement les festivités. A cet endroit se trouve une des nouvelles caméras installées par la mairie. Très rapidement, les banderolles forment un cercle de protection autour de la caméra. Le cortège se place au milieu des banderolles. Une échelle est alors posée contre le poteau qui tient la caméra. Une personne monte alors avec un marteau. Il lui suffit de quelques coups pour que le dôme vole en éclat, et que la caméra qu’il contient se retrouve par terre. Aplaudissements et hourras partout autour !

Le cortège se reforme rapidement et reprend sa marche. Les confettis volent. Les slogans fusent : « A grenoble comme ailleurs, démontons les caméras », « Police, caméras, on en veut pas »... Des personnes avec ou sans masque, parfois même avec des enfants, rejoignent le cortège petit à petit.

Des personnes repèrent Dorothé Cellard, grande chef des flics de l’Isère, avec ses collègues. Ils suivent le cortège d’un peu trop prés. Quelques oranges pourries qui les frôlent leurs signalent de se tenir à distance.

La manif se dirige ensuite vers le croisement Agute Sembat – Lesdiguière, là ou trône aussi une des nouvelles caméras. Un flic en moto stationne juste au dessous de la caméra. Qu’à cela ne tienne, le cortège s’avance et les banderolles entourent la caméra. Le flic recule et ne peut intervenir. Même technique que pour la première. Echelle. Marteau. Boum Boum Boum. Et de deux ! Le cortège reprend rapidement sa route sous les applaudissements des passants et des manifestants des cortèges voisins.

Le cortège reprend sa route en direction de la préfecture. Peu avant la place de Verdun, des fumigènes sont allumés à l’arrière du cortège. Les déguisements tombent. Les banderolles sont abandonnées, et en quelques secondes, le cortège a disparu. De leur côté, les flics s’empressent de ramasser tout ce qu’ils peuvent (déguisements, caddies, banderolles...). A défaut de pouvoir arrêter des gens, tous les indices sont bons à prendre pour essayer de savoir qui sont les démonteurs et démonteuses de caméras.

Aujourd’hui, de nombreuses personnes ont montré leur refus de la vidéosurveillance et de toutes les mesures liberticides que met en place la mairie de Grenoble.
Sur les 13 caméras que la mairie a installé, deux sont déjà hors d’usage. Il en reste 11. Avis aux démonteurs et démonteuses amoureux de la liberté !


envoyé le 1er mai 2010 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Compléments
  • 1er mai 2010 16:13

    Dans un article sur Grenews.com (les amis du Daubé), ils parlent de 5 000 personnes dans la rue, sous la pluie et avec un cortège de sans papiers à l’avant de la manif...

    En tout cas, bravo pour ces actions de sabotage ! Vivement les prochaines ! Anous tou-te-s de jouer !

  • 1er mai 2010 16:30

    D’après l’AFP, une anarchiste a été arretée par la flicaille :
    http://juralibertaire.over-blog.com...

    Par ailleurs, au moins quatre panneaux de pub de ce cher JC Decaux (abribus) auraient été brisés.

    Une mauvaise nouvelle, puis une bonne nouvelle, donc.


Commentaires modérés à priori

Les compléments de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre compléments

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


copyleft Copyleft Indymedia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.3
Top