Ca chauffe à Berlin envoyé le 27/03/19 - Non locaux
EELV, réveille-toi pour les élections européennes ! envoyé le 26/03/19 - Non locaux - 3 compléments
Avis de tempêtes #15 envoyé le 20/03/19 - Non locaux

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 20

Réunion festival féministe Bad Astéroïdes envoyé le 27/03/19 - Ailleurs sur le web
Trois manifestations séparées à Grenoble ? envoyé le 24/03/19 - Ailleurs sur le web - 1 complément
Vérité et justice pour Adam et Fatih envoyé le 19/03/19 - Ailleurs sur le web
Journée de grève générale, de manifestation et d’actions envoyé le 19/03/19 - Ailleurs sur le web
Emission Radio Dégenré-e sur la Oi ! Féministe envoyé le 18/03/19 - Ailleurs sur le web

1 | 2 | 3 | 4 | 5

Les conditions d’évacuation du camps Roms du Rondeau

Le 2 décembre 2010

La mise à l’abri de la neige et du froid des personnes campant depuis début août dans la camp du Rondeau a été organisée dans l’improvisation totale mardi soir. Il a fallu attendre plus de 3 mois pour qu’enfin le droit commun soit appliqué en particulier pour les familles avec des enfants qui venaient encore de passer des nuits dehors dans le froid et sous les premières neiges. Mardi soir malgré les alertes météo, la Préfecture a attendu 18h, la nuit et la neige drue, pour enfin accepter de remplir sa mission. Les propos du secrétaire d’état mardi sont très loin de la réalité vécue quotidiennement par les travailleurs sociaux et les associations auxquelles nous voulons rendre hommage. Benoit Apparu déclarait : « Tous ceux qui appelleront le 115, qui est le numéro d’urgence, se verront proposer une place ». Loin de ces discours, il faut dénoncer la façon dont l’installation dans un hangar industriel pollué et désaffecté depuis des années s’est passée : pas de transport pour déplacer les personnes, pas de nourriture sur place, un chauffage insuffisant mis en route après leur arrivée, la police et des vigiles empêchant la presse et les habitants venus témoigner de leur solidarité d’entrer dans le local...

Aujourd’hui, après une deuxième nuit sans dormir dans ces conditions, les personnes ont été priées de vider les lieux ce matin en leur disant : « on vous dira ce soir si on réouvre », ils en ont profité pour aller à leur ex-camp du Rondeau pour récupérer leurs affaires selon la promesse qui leur a été faite par Olivier Noblecourt président du CCAS de Grenoble, à leur arrivée là-bas ils se sont heurté à des policiers qui les ont molesté ainsi que des élus communistes présents qui tentaient de les défendre, ils n’ont pas pu récupérer leurs affaires et tout est parti à la poubelle...C’est donc une politique délibérée de brutalité qui a été choisie par la préfecture.

L’Etat et les collectivités réfléchissent à les remette à la rue, la température n’étant pas tombée sous les -5° ; l’opération n’aurait alors servi qu’à détruire le camp du Rondeau, à le fermer, afin de briser les solidarités et pouvoir commencer un tri humain pour renvoyer le maximum de personnes dans leur pays alors qu’elles ne demandent qu’à travailler ici pour se loger et nourrir leur famille.

Aujourd’hui, l’Etat cherche à utiliser les conditions climatiques pour mener à bien sa chasse aux humains considérés comme indésirables.
Demain, les humains indésirables pourront être l’un de vous : mère isolée à la rue, sans emploi à la rue... Ce qui est expérimenté sur les migrants n’est que le test de mesures qui violent les droits humains élémentaires et dont tout citoyen va pâtir.
Nous continuerons à dénoncer la politique qui fait l’apologie de ces traitements discriminatoires infligés en particulier aux roms sans oublier tous les autres réfugiés chassés de notre pays.

Pendant ce temps d’autres populations roms y compris avec des enfants en bas âge sont oubliées dans des cabanes qui menacent de s’écrouler sous le poids de la neige à Saint Martin-le-Vinoux, Fontaine, Saint Martin d’Hères et La Tronche. Quelle honte pour un pays dit d’accueil, alors que le nombre de logements vides dans Grenoble a été recensé par l’INSEE à 6000 !

Nous appelons tout citoyen isérois, possédant un logement vide, à le signaler aux associations humanitaires de manière à loger tous les gens à la rue.

Ne restons pas dans l’indifférence... passons tous à l’action !

Collectif Solidarité Roms de Grenoble


envoyé le 3 décembre 2010 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Compléments
  • 7 décembre 2010 11:53

    Le garage (Rue Prosper Mérimée) refuge improvisé après la destruction du camp du Rondeau, n’abrite plus personne vu la remontée des température (suppression du plan d’hébergement d’urgence), et hop le tour est joué !... Les autorités locales et nationales ont réussi à fermer le Rondeau sans coup férir (avec l’aide du dieu météo), éparpillement des 200 roms du Rondeau dont des dizaines se retrouvent à la rue. On ne peut s’empêcher de penser que c’était le but poursuivi, évacuer les camps roms en catimini, sans bruit, sans média...


Commentaires modérés à priori

Les compléments de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre compléments

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


copyleft Copyleft Indymedia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.3
Top