Ca chauffe à Berlin envoyé le 27/03/19 - Non locaux
EELV, réveille-toi pour les élections européennes ! envoyé le 26/03/19 - Non locaux - 3 compléments
Avis de tempêtes #15 envoyé le 20/03/19 - Non locaux

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 20

Réunion festival féministe Bad Astéroïdes envoyé le 27/03/19 - Ailleurs sur le web
Trois manifestations séparées à Grenoble ? envoyé le 24/03/19 - Ailleurs sur le web - 1 complément
Vérité et justice pour Adam et Fatih envoyé le 19/03/19 - Ailleurs sur le web
Journée de grève générale, de manifestation et d’actions envoyé le 19/03/19 - Ailleurs sur le web
Emission Radio Dégenré-e sur la Oi ! Féministe envoyé le 18/03/19 - Ailleurs sur le web

1 | 2 | 3 | 4 | 5

Procès précipité de la Malaprise : la mairie de Grenoble veut expulser en plein hiver !
envoyé le 06/02/12 Mots-clés  Logement / Squats 

Ouverte depuis début novembre, La Malaprise est un squat féministe non-mixte meufs/gouines/trans. Cet immeuble de trois étages situé au 30 rue marbeuf à Grenoble, est principalement un lieu d’habitation pour des meufs en galère. Mais c’est aussi un lieu d’accueil pour des meufs, des gouines et des trans de passage à grrreville, un lieu mis à disposition pour des rencontres, des réunions et des activités collectives, un lieu cristallisant pleins d’envies et de projets encore en construction, mais surtout un lieu féministe pour se réapproprier nos vies grâce entre autre à la non-mixité.

Les occupantes ont, dès leur arrivée, communiqué avec le quartier et signifié leur installation à la mairie de Grenoble, propriétaire des lieux. Au fil des discussions avec le quartier (dont l’accueil a été plutôt bienveillant), les occupantes ont appris qu’il s’agissait anciennement d’un immeuble de logement de fonction dont les derniers locataires avaient été relogé.e.s deux ans auparavant. La mairie avait comme projet de détruire cet immeuble tout à fait fonctionnel afin de construire une barre de neuf étages de soi-disant logements sociaux. Une politique bien connue qui consiste à déposséder les locataires de leur domicile, à détruire pour reconstruire, à remplacer du vieux par du neuf en faisant au passage bénéficier les entreprises du BTP de contrats juteux. Le projet de la mairie est tombé à l’eau de par la pression des habitant.e.s et associations du quartier, mais l’immeuble est resté vide et inutilisé.

A part le passage d’un employé du service foncier de la mairie dix jours après leur arrivée en novembre, les occupantes n’avaient pas de nouvelles de la mairie. Mais le jeudi 2 février au matin, elles ont reçu une « requête en référé expulsion devant le tribunal administratif de Grenoble », en d’autre terme, une convocation à un procès le jeudi 9 février à 15h, soit dans une semaine, ce qui laisse seulement quelques jours aux habitantes pour préparer une défense.

La mairie socialiste de grenoble demande l’expulsion sans délai des habitantes, en plein hiver, et use pour arriver à ses fins de stratégies douteuses : procès signifié le plus tard possible, et surtout, convocation au tribunal administratif qui n’est pas compétent en matière de droit civil. En effet, en matière d’expulsion, c’est le tribunal d’instance qui est exclusivement compétent.

Pour les soutenir :

- Vous pouvez écrire au maire de grenoble (Michel Destot) : Hôtel de Ville, 11,boulevard Jean Pain BP 1066 38021 Grenoble Cedex 1

- Téléphoner à la Mairie, ou au service logement de la mairie : 04 76 76 33 38


envoyé le 6 février 2012 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Compléments
  • 25 février 2012 12:00, par malaprisette

    Selon mes informations, le tribunal administratif a rejeté la demande d’expulsion de la mairie mercredi 22 février, une décision historique ! La mairie n’a pas le droit d’expulser la Malaprise !!!

    La Malaprise demeure !


Commentaires modérés à priori

Les compléments de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre compléments

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


copyleft Copyleft Indymedia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.3
Top