Ca chauffe à Berlin envoyé le 27/03/19 - Non locaux
EELV, réveille-toi pour les élections européennes ! envoyé le 26/03/19 - Non locaux - 3 compléments
Avis de tempêtes #15 envoyé le 20/03/19 - Non locaux

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 20

Réunion festival féministe Bad Astéroïdes envoyé le 27/03/19 - Ailleurs sur le web
Trois manifestations séparées à Grenoble ? envoyé le 24/03/19 - Ailleurs sur le web - 1 complément
Vérité et justice pour Adam et Fatih envoyé le 19/03/19 - Ailleurs sur le web
Journée de grève générale, de manifestation et d’actions envoyé le 19/03/19 - Ailleurs sur le web
Emission Radio Dégenré-e sur la Oi ! Féministe envoyé le 18/03/19 - Ailleurs sur le web

1 | 2 | 3 | 4 | 5

En réponse à PMO et à leur texte " Ceci n’est pas une femme (à propos des tordus "queer") "
envoyé le 04/11/14 Mots-clés  Féminisme / Genres / Sexualités 

PMO publie un livre complètement transphobe, dont la pub passe sur les médias libertaires.

Petits morceaux choisis :

« La focalisation de Judith Butler et de la théorie queer sur les hermaphrodites, les intersexués, les transsexuels, transgenres, travestis, relève également de l’hyperbole. L’examen de ces cas marginaux est censé servir de loupe pour dire la vérité sur toute l’humanité et d’abord sur l’hétérosexualité, coupable d’être le fait majoritaire, le comportement le plus commun et à ce titre l’ennemi désigné de la Queer nation. Les anomalies physiques sont instrumentalisées, les exceptions érigées en règle. Non sans traficotages de statistiques et de définitions destinés à fonder en nature et à élargir cette marge « troublée ». »

« Où l’on voit que l’industrie agro-chimique ne fabrique pas que des obèses, et ne féminise pas que les poissons et les crocodiles. Le progrès inéluctable de la pâtée industrielle, en corrélation avec la destruction des sols et la croissance démographique, promet un égal progrès de l’ambiguïté sexuelle, ainsi que des idéologies et technologies d’accompagnement »

« Ce que réclament Butler et les tordus queer, c’est la levée des restrictions légales pesant sur ce marché, et qui entravent la demande, la liberté des consommateurs, comme l’offre, la liberté des fournisseurs de solution à tous les désirs psychophysiques. La possibilité de s’acheter non seulement le corps désirable pour soi, mais aussi pour les autres, car pour le coup il n’y a pas de désir inné, premier, antérieur à toute socialisation »

« Vous pouvez, suivant des procédés scientifiques, fabriquer les alpha, béta, delta, epsilon d’une humanité d’amazones, de gays, d’hermaphrodites, queer, voire une transhumanité, une post-humanité « augmentée » grâce à l’eugénisme technologique, mais cela même vous ne le pourrez qu’en obéissant aux contraintes de cette nature que vous niez, que vous détruisez partout et autant que vous le pouvez, et qui permet votre existence »

J’en passe et des meilleures. De toute manière, ce magnifique texte est trouvable sur tous les sites « de gauche » !


Nous sommes donc - selon PMO - des « torduEs », des « anomalies », des ultra-libéraux individualistes, des dégérénéréEs, etc.

La même rhétorique nauséabonde que l’extrême droite et la manif pour tous, les mêmes fantasmes, la même non-connaissance des réalités et des oppressions subies au quotidien par les personnes trans, le même culte de la sacro-sainte nature … Sauf que ce n’est pas lisible sur Français de Souche mais sur des sites « libertaires ».

Ah au fait, puisque PMO est si calé sur les personnes trans, ce n’est pas la peine de rappeler qu’au cours des 12 derniers mois, au moins 226 personnes trans ont été assassinées à cause du simple fait qu’elles étaient trans . Et oui PMO, c’est ça notre réalité…

PMO, vous nous faîtes bien rire avec vos visions apocalyptiques où les personnes trans dominent le monde. Dans la réalité, c’est nous qui crevons pendant que vous déblatérez du haut de vos privilèges.

Un mec trans


envoyé le 4 novembre 2014 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Compléments
  • 10 novembre 2014 01:15

    Belles citations...
    Après on peut surement arriver à quelques reflexions avec le texte de PMO qui peuvent permettre de dépasser certaines contradictions ou éviter certains pièges mais l’approche est quand même bien malheureuse... Toujours cette farouche focalisation anti tech autoritaire qui oublie qu’il y a des individuEs autour d’eux qui subissent cette « tyrannie technologique » mais aussi tout un tas d’autres oppressions...

    Juste un truc à moduler selon moi sur ton article :
    Oui les queer sont des torduEs anormales et c’est ce qui est mis en avant de manière positive et politique.

    Une petite citation qu’on peut trouver dans le groupement de texte « Queer Ultraviolence : Bash Back ! Anthology » https://www.infokiosques.net/spip.p...

    "CertainEs liront « queer » comme synonyme de « gay et lesbienne » ou « LGBT ». Cette lecture est inadéquate. Alors que celleux qui s’intègrent le mieux dans les constructions de « L », « G », « B » ou « T » pourraient tomber dans les limites discursives du queer, le queer n’est pas une zone d’occupation stable. Le queer n’est pas simplement une autre identité qui peut être punaisée sur une liste de catégories sociales nettes, ni la somme quantitative de nos identités. Il s’agit plutôt de la position qualitative de l’opposition aux présentations de la stabilité – une identité qui problématise les limites maîtrisables de l’identité. Le queer est un territoire en tension, défini en opposition au récit dominant du patriarcat blanc-hétéro-monogame, mais aussi en affinité avec touTEs cELLeux qui sont marginaliséEs, exotiséEs et oppriméEs. Le queer, c’est ce qui est anormal, étrange, dangereux. Le queer implique notre sexualité et notre genre, mais il va bien au-delà. Il incarne notre désir et nos fantasmes, et bien plus encore. Le queer est la cohésion de tout ce qui est en conflit avec le monde hétérosexuel capitaliste. Le queer est un rejet total du régime de la Normalité.
    (...) La perspective des queers au sein du monde hétéronormatif est un prisme à travers lequel nous pouvons critiquer et attaquer l’appareil du capitalisme. Nous pouvons analyser les façons dont la médecine, le système pénitentiaire, l’Eglise, l’Etat, le mariage, les médias, les frontières, l’armée et la police sont utilisés pour nous contrôler et nous détruire. Mais surtout, nous pouvons utiliser ces cas pour articuler une critique cohérente de toutes les modalités de notre aliénation et domination.

    Le queer est une position de départ pour attaquer la norme – et même une position de départ pour comprendre et attaquer les modes de reproduction et de réitération de la norme. En déstabilisant et problématisant la normalité, nous pouvons déstabiliser et mettre à mal la Totalité."
    Extrait de « Toward the Queerest Insurrection »
    Par le gang Mary Nardini, 2008

    Certes ça ne reflète peut être pas la multiplicité des discours se revendiquant du queer mais cela correspond assez à l’image que je peux m’en faire et qui me plait bien.

    D’ailleurs ce même texte possède un paragraphe que je dédicace à PMO :

    "Si l’histoire prouve quelque chose, c’est que le capitalisme a la fâcheuse tendance à récupérer et à pacifier les mouvements sociaux radicaux. Cela fonctionne en fait assez simplement. Un groupe gagne des privilèges et du pouvoir au sein d’un mouvement, et peu de temps après trahit ses camarades. Quelques années après Stonewall , les hommes blancs, gays, bourgeois avaient complètement marginalisé touTEs cELLeux qui avaient rendu leur mouvement possible, et abandonné leur révolution avec eLLeux.

    Elle est bien loin l’époque où être queer signifiait le conflit direct avec les forces de contrôle et de domination. A présent, tout n’est que stagnation et stérilité absolue. Comme toujours, le Capital a récupéré les queens des rues jetteuses de pierres pour les changer en politicienNEs et activistes propretTEs. Aussi bien qu’on trouve des log-cabin republicans , on utilise « stonewall » pour qualifier des démocrates gay. Il y a des boissons énergétiques gay et une chaîne de télévision « queer » qui livre une guerre sans merci contre les esprits, les corps, et l’estime de soi de la jeunesse influençable. L’establishment politique « LGBT » est devenu une force d’intégration, de gentrification, de capital, et de pouvoir d’Etat. L’identité gay est devenue à la fois un produit commercialisable et un dispositif de retrait de la lutte contre la domination.

    À présent, ils ne critiquent pas le mariage, l’armée, ou l’Etat. Au contraire, des campagnes sont menées en faveur de l’intégration des queers en leur sein. Leur politique consiste à défendre ces si néfastes institutions, plutôt qu’à chercher à les anéantir. « Les gays peuvent tuer des pauvres dans le monde aussi bien que les hétéros ! » « Les gays peuvent tenir les rênes de l’État et du capital aussi bien que les hétéros ! » « Nous sommes comme vous ».
    Les intégrationnistes ne veulent rien de moins que construire l’homosexuel comme un être normal – blanc, monogame, riche, avec 2,5 enfants, un 4x4 et un pavillon de banlieue. Cette construction, bien sûr, reproduit la stabilité de l’hétérosexualité, la blancheur, le patriarcat, la binarité de genre, et le capitalisme lui-même.
    Si nous voulons vraiment pulvériser cette totalité, nous devons créer la rupture. Nous ne devons pas être intégréEs dans les institutions du mariage, de l’armée, ou de l’Etat. Nous devons y mettre fin. Finis les politicienNEs gays, les PDG gays, et les flics gays. Nous devons rapidement et immédiatement creuser un large fossé entre la poli- tique d’intégration et la lutte pour la libération.

    Nous devons redécouvrir notre héritage, celui des émeutes, en tant qu’anarchistes queers. Nous devons détruire les constructions de la normalité, et les remplacer par une position basée sur notre aliénation de cette normalité, capable de la démanteler. Nous devons utiliser ces positions pour fomenter la rupture, non seulement par rapport au courant intégrationniste dominant, mais aussi par rapport au capitalisme lui-même. Ces positions peuvent devenir les outils d’une force sociale prête à créer une rupture complète avec ce monde.
    Nos corps sont nés en conflit avec cet ordre social. Nous devons approfondir ce conflit et le propager."

    Notes :

    Outch attention ! « putsch linguistique, repli dans une langue minoritaire » en vue ! l’esprit critique grenoblois va pas être content !

    1 : Stonewall Le 28 juin 1969 à New York, la police fait une descente musclée au Stonewall Inn, un bar gay de Greenwich Village. Les personnes présentes, pour beaucoup trans et racisées, réagissent immédiatement pour résister aux violences policières, et s’ensuit une série d’émeutes. Stonewall est considéré comme un événement clé de la résistance LGBT face à l’oppression. La marche des fiertés était à la base une commémoration annuelle de cette émeute.

    2 : Queen : diva, travestie, princesse, ou personne à féminité flamboyante.

    3 : Log-cabin republicans : Les log-cabin republicans étasuniens sont les républicains gays, qui tirent leur nom de leur croyance qu’Abraham Lincoln était gay et possédait une cabine en rondins de bois (log cabin)


Commentaires modérés à priori

Les compléments de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre compléments

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


copyleft Copyleft Indymedia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.3
Top