Ca chauffe à Berlin envoyé le 27/03/19 - Non locaux
EELV, réveille-toi pour les élections européennes ! envoyé le 26/03/19 - Non locaux - 3 compléments
Avis de tempêtes #15 envoyé le 20/03/19 - Non locaux

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 20

Réunion festival féministe Bad Astéroïdes envoyé le 27/03/19 - Ailleurs sur le web
Trois manifestations séparées à Grenoble ? envoyé le 24/03/19 - Ailleurs sur le web - 1 complément
Vérité et justice pour Adam et Fatih envoyé le 19/03/19 - Ailleurs sur le web
Journée de grève générale, de manifestation et d’actions envoyé le 19/03/19 - Ailleurs sur le web
Emission Radio Dégenré-e sur la Oi ! Féministe envoyé le 18/03/19 - Ailleurs sur le web

1 | 2 | 3 | 4 | 5

Pièces et main d’oeuvre à la rescousse des vrais hommes ?

« Ceci n’est pas une femme » : Pièces et main d’œuvre à la rescousse des vrais hommes ?

Nous avons lu le dernier texte de Pièces et main d’œuvre (ou « PMO », www.piecesetmaindœuvre.com) « Ceci n’est pas une femme (à propos des tordus queer) » et nous sommes, comme tant d’autres, consternés. Nous tenons ici à condamner fermement ce texte et souhaitons, en tant qu’hommes, nous dissocier publiquement des positions politiques qui y sont défendues. Nous ne serons ni complices, ni silencieux face à de tels discours réactionnaires. Nous affirmons au contraire notre solidarité avec celles et ceux (femmes, féministes, lesbiennes, gays, transgenre, intersexes) qui sont insulté.e.s et attaqué.e.s dans ce pamphlet. La réaffirmation de l’ordre patriarcal, qu’il soit « de droite décomplexée » ou « anti-industriel », ne se fera pas en notre nom.

1) Un texte ouvertement anti-féministe

Pièces et main d’œuvre a une idée fixe : traquer partout les « transhumanistes ». Pour ce faire, PMO tire à boulets rouges sur les alliés, prétendus ou avérés, de ces promoteurs de « l’homme-machine ». Sauf que le canon, qui certes fait du bruit et des dégâts, est d’une précision douteuse, et sert souvent à assouvir de bien bas instincts.

De prime abord PMO semble ici exposer ses critiques des théories et militant.e.s Queer. Ce texte pourrait être une contribution à un débat stimulant et pointu… sauf qu’on s’aperçoit bien vite que derrière sa charge contre le(s) Queer(s), PMO s’attaque en réalité au féminisme. Et plus précisément à l’un de ses apports majeurs : le fait d’avoir mis en évidence la construction sociale de la différence des sexes, et d’avoir montré que la domination hétéro-patriarcale repose sur l’idéologie de la différence « naturelle » des sexes. Une idéologie qui légitime et renforce les discriminations et l’oppression contre tou.te.s les individu.e.s qui ne sont pas « hommes ».

PMO souhaite, à sa manière, réaffirmer qu’hommes et femmes sont fondamentalement différent.e.s. Que cette différence est fondée en nature. Et que c’est très bien comme ça ! L’invocation de la « Nature » ou de fantasmes et poncifs éculés est un procédé classique pour museler la critique féministe. On en retrouve malheureusement une nouvelle version dans les milieux « anti-industriels » et écologistes (réformistes comme radicaux).

PMO se place en défense de la majorité silencieuse : les hommes, les vrais, les hétéros, moqués, stigmatisés, dévirilisés par les machines, dominés par le « lobby LGBT » qui rêverait d’imposer « l’homonormalité ». Pour notre part, nous ne croyons pas que les hommes-hétéros-virils soient une espèce en voie d’extinction. Nous distinguons en revanche clairement l’entourloupe qui consiste à faire passer comme subversif un discours qui défend les privilèges de groupes sociaux dominants : pères divorcés contre « la justice matriarcale », patrons contre les grévistes « preneurs d’otages », Français de souche contre « le racisme anti-blancs », et maintenant PMO en défenseur des hétéros contre « la cabale queer »... Désolés, mais nous n’avalerons pas de telles couleuvres.

2) Une démarche théorique malhonnête

La critique du queer proposée par PMO est mal menée. Elle repose sur une série d’assertions sans fondements et de raccourcis énormes dans l’argumentation. Elle est orientée et résulte d’interprétations pour le moins étranges d’articles que nous n’avons visiblement pas compris de la même manière. Enfin, elle se base sur une méconnaissance criante de la diversité des approches queer. PMO fait par exemple l’impasse totale sur les critiques queer anticapitalistes. L’équivalent serait d’envoyer PMO dans-une-grotte-éclairé.e.s-à-la-bougie. Peut mieux faire, non ? 

L’avalanche d’explications étymologiques, de références et de tournures érudites masque mal des raisonnements alambiqués, des généralisations abusives, bref, une rhétorique « tordue » et pédante qui renvoie le lecteur ou la lectrice dans ses petits souliers, au lieu de l’encourager à penser. 

Pour faire une critique sérieuse d’un courant théorique et d’un mouvement politique, nous aurions attendu de PMO qu’il commente au moins ses ouvrages principaux, ou les actes de ses militant.e.s. Mais la plupart des maigres articles « queer » cités et critiqués par PMO sont tirés de la presse mainstream. C’est comme si quelque « champion de la critique sociale » pointait la bêtise des anti-industriel.le.s en s’appuyant sur les rares et courtes tribunes qu’on leur prête dans Libération ou Le Monde.

Enfin, le rapport aux études scientifiques est contradictoire : écartées d’un revers de manche quand elles vont à l’encontre du raisonnement de PMO, elles sont au contraire brandies comme des étendards quand elle abordent la disparition du chromosome Y (éventuellement prévue dans 3 millions d’années...).

Bref, l’exercice critique que se propose PMO est complètement bâclé, en plus d’être malhonnête et pétri d’arrogance. Ce qui nous pose question sur l’intention à la base. 

3) Est-ce que PMO aspire à un changement social ? 

Changeons (apparemment) de sujet et adressons-nous directement à PMO. Dites-nous une fois pour toutes : cette fuite en avant techno-totalitaire, sur laquelle vous ne cessez de nous alerter, est-ce qu’on peut l’arrêter ? Est-ce que ça impliquerait une révolution, ou quelque chose dans le genre ? Qui la mènerait, cette révolution ? Selon vous, sûrement pas le « gratin écolo-techno-gay ». Ni les polémistes depuis leur tour d’ivoire, vous en conviendrez. Alors, qui ? Le reste de la population ne semble pas plus digne de confiance à vos yeux. Entre « victimes dominantes », « enthousiastes de la servitude volontaire » et « insectes sociaux-mécaniques », on se prend à penser que l’humanité est de toutes façons une erreur de la « Nature ».

Rassurez-vous, nous ne vous demandons pas : « Que proposez-vous ? » pour être « crédibles ». Mais nous aimerions savoir si vous y croyez. Parce que nous, qui croyons dans une transformation radicale de cette société, qui ne la voyons pas autrement que dans l’alliance entre personnes issues de « mondes » les plus divers, des queers aux écolos radicaux, en passant par les ouvrier.e.s et les immigré.e.s, nous ne comprenons pas vraiment la facilité avec laquelle vous vous permettez de caricaturer l’un des mouvements d’émancipation encore vivants, comme tout ce qui ne rentre pas dans le cadre très étroit de votre grille d’analyse.

Non pas qu’il faille s’interdire de débattre « entre nous ». Mais simplifier, provoquer, insulter, se défouler (se venger ?), c’est tirer le débat vers le bas. Alors nous nous demandons si votre négligence apparente, votre indifférence devant la nécessité de partager une analyse sociale de qualité, est liée à vos hypothèses sur le devenir humain. Dites-nous franchement, PMO, selon vous, l’humanité est-elle fatalement coincée dans la violence de ce « désir mimétique » théorisé par René Girard, que vous citez dans votre pamphlet ? Au fond, mérite-t-elle autre chose que le cataclysme technologique, que vous décrivez d’ailleurs inlassablement comme inéluctable ? Ou mérite-t-elle qu’on fasse un peu d’efforts pour « construire ensemble » ?

Si pour vous la réponse est « non », ce n’est plus la peine de nous infliger vos états d’âmes, nous continuerons sans vous.

Quelques hommes hétéros, militants anti-autoritaires, anti-capitalistes, critiques de la technologie ET sensibilisés au féminisme... sans doute du genre de ceux que PMO appelle « chevaliers-servants de leurs Maîtresses-dames » ou encore « radicalistes ignares et benêts ».

Grenoble, janvier 2015


envoyé le 10 janvier 2015 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
ReponseTordus.pd(...).pdf

Compléments
  • 19 janvier 2015 15:19, par Une lectrice de passage

    D’entrée de jeu, deux affirmations qui sont expéditives et entravent un dialogue fécond :

    - « L’invocation de la »Nature« ou de fantasmes et poncifs éculés est un procédé classique pour museler la critique féministe. On en retrouve malheureusement une nouvelle version dans les milieux »anti-industriels« et écologistes (réformistes comme radicaux). » Pourquoi passer directement de PMO aux « milieux anti-industriels et écologistes (réformistes comme radicaux) » dans leur ensemble, sans faire de distinctions ? N’est-ce pas un peu rapide ? Il existe bien des écologistes radicaux-ales et/ou anti-industriel-les qui sont aussi féministes, et même féministes déconstructionnistes. Cf. l’ancienne revue « Offensive », certains articles de la revue « Z », ou encore les textes d’Aude Vidal dans sa revue « L’An 02 » ou sur son blog http://blog.ecologie-politique.eu/

    - « PMO s’attaque en réalité au féminisme. Et plus précisément à l’un de ses apports majeurs : le fait d’avoir mis en évidence la construction sociale de la différence des sexes, et d’avoir montré que la domination hétéro-patriarcale repose sur l’idéologie de la différence »naturelle« des sexes. » Oui mais cela n’est posé que par le courant féministe matérialiste (Delphy) et par les gender studies. Pour le reste, il existe des féministes - tout aussi révolutionnaires, antipatriarcales et anticapitalistes - qui admettent une différence des sexes... Par exemple le féminisme différentialiste de Luce Irigaray, ou encore le féminisme marxiste de Roswitha Scholz, dont les livres sont enfin publiés en FRance...

  • 21 janvier 2015 00:16, par Tranbert

    De même, on nous dit que « PMO s’attaque en réalité au féminisme » ou que « L’invocation de la Nature ou de fantasmes et poncifs éculés est un procédé classique pour museler la critique féministe. »

    Sans être particulièrement au courant de ce que serait « le » féminisme, j’ai quand même réussi à comprendre au cours de cette polémique sur le bouquin d’Escudero que surtout il existe des féminismes.

    Il me semble donc que ce texte essentialise le féminisme.

    voir par ex. : http://comptoir.org/2014/12/16/mari...

    PMO et Escudero s’en prennent à certain.e.s féminist.e.s particulièrement peu critiques envers la technologie. De même pour la mouvance Queer, qui semble tout de même assez majoritairement technophile. Et c’est dommage, au passage de ne pas nous signaler les courants plus technocritiques...

    Cela dit, je pense qu’effectivement l’attitude de PMO qui consiste à jeter de l’huile sur le feu est assez détestable...


Commentaires modérés à priori

Les compléments de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre compléments

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


copyleft Copyleft Indymedia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.3
Top