Ca chauffe à Berlin envoyé le 27/03/19 - Non locaux
EELV, réveille-toi pour les élections européennes ! envoyé le 26/03/19 - Non locaux - 3 compléments
Avis de tempêtes #15 envoyé le 20/03/19 - Non locaux

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 20

Réunion festival féministe Bad Astéroïdes envoyé le 27/03/19 - Ailleurs sur le web
Trois manifestations séparées à Grenoble ? envoyé le 24/03/19 - Ailleurs sur le web - 1 complément
Vérité et justice pour Adam et Fatih envoyé le 19/03/19 - Ailleurs sur le web
Journée de grève générale, de manifestation et d’actions envoyé le 19/03/19 - Ailleurs sur le web
Emission Radio Dégenré-e sur la Oi ! Féministe envoyé le 18/03/19 - Ailleurs sur le web

1 | 2 | 3 | 4 | 5

Quand expulsion et violence policière vont de paire
envoyé le 06/01/17 Mots-clés  Logement / Squats 

Lundi 2 janvier 2017, un goûter était organisé devant une maison située 47 avenue Jean Jaurès à st Martin d’Hères. Cette maison était vide et inoccupée depuis plus d’un an. Le goûter était l’occasion de montrer notre soutiens aux personnes présentent à l’intérieur depuis le 28 décembre 2016. Après une demie heure de goûter, le premier fourgon de la police nationale arrive, suivi de peu par une voiture de la police municipale de St Martin d’Hères. Comme vous le savez sûrement, au titre de l’article 102 du code civile, le domicile de quelqu’un est le lieu où il établi son habitation principale, où il reçoit son courrier. Bref là où il vit et ne peut pas en être expulsé sans une procédure juridique contradictoire au tribunal d’instance. Par conséquent on ne peut donc pas le mettre à la rue du jour au lendemain.

S’en suis deux longue heures d’attente où un dispositif policier se met en place petit à petit sous nos yeux : 3 fourgon, 1 voiture, la municipale, un en-cravaté de la mairie… soit au total une trentaine d’agent pour une vingtaine de personnes dangereusement armée de chocolat, gâteau et autre jus de fruit.

Comme à leurs habitude, les agents du maintiens de l’ordre n’ont pas hésiter à blagué et à insulter les personnes en soutiens. La violence dont ils ont fait preuve par la suite était tout juste dissimulé dans leurs propos.

Tel des malfaiteurs ils ont attendu la nuit pour faire leur besogne, molester et blesser des personnes. A noter que la lampe n’est pas là pour éclairer le travail de la police mais bien pour empêcher la prise d’images de leur intervention quand une des personne venue en soutient à été prise à partie par 4 flics (coups de poing dans les cotes, chassé dans les genoux, coup de matraque au niveau des poignet…) les autres dispersant à coup de gaz lacrymogène les convives.

Au final, les personnes à l’intérieur de la maison sont sorties sans violence (du moins physique) et emmenées au commissariat, elle ressortiront quelques heures plus tard, quand au camarade « un peu chahuté » dira la version policière il est emmené au urgence et passera les 24 heures suivantes en garde à vue.

Il n’est plus besoin de rappeler qu’aujourd’hui encore environ 2000 personnes sont à la rue sur l’agglomération grenobloise quand plus de 4000 logements restent vacant faisant le bonheur des promoteurs immobilier spéculant sur le mal logement.


envoyé le 6 janvier 2017 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article

Commentaires modérés à priori

Les compléments de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre compléments

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


copyleft Copyleft Indymedia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.3
Top