Ca chauffe à Berlin envoyé le 27/03/19 - Non locaux
EELV, réveille-toi pour les élections européennes ! envoyé le 26/03/19 - Non locaux - 3 compléments
Avis de tempêtes #15 envoyé le 20/03/19 - Non locaux

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 20

Réunion festival féministe Bad Astéroïdes envoyé le 27/03/19 - Ailleurs sur le web
Trois manifestations séparées à Grenoble ? envoyé le 24/03/19 - Ailleurs sur le web - 1 complément
Vérité et justice pour Adam et Fatih envoyé le 19/03/19 - Ailleurs sur le web
Journée de grève générale, de manifestation et d’actions envoyé le 19/03/19 - Ailleurs sur le web
Emission Radio Dégenré-e sur la Oi ! Féministe envoyé le 18/03/19 - Ailleurs sur le web

1 | 2 | 3 | 4 | 5

4 ème jour du calendrier des Réquisitions de l’avent
envoyé le 04/12/17 Mots-clés  Migrations / Sans-paps  Mouvements lycéens / Etudiants 

Aujourd’hui, profitant d’une Tambrouille giga-méga-grossement-exeptionnelle presque spontanée et en cohérence tout à fait fortuite avec le thème du jour, à savoir le logement, des étudiant.e.s, des éxilé.e.s et des habitant.e.s solidaires ont réquisitionné le traditionnel amphi G.

Cette occupation est destinée à faire pression sur la préfecture pour obtenir le logement de toutes les personnes à la rue quelque soit leur situation. Que l’état respecte au moins les lois qu’il s’est fixé !

De la même manière nous affirmons plus que jamais la nécessité d’une véritable université populaire et solidaire. De la même manière nous voulons défendre et maintenir l’excellence de la filière « solidarités sans frontière » grenobloise.

Pour l’instant, la fac s’est engagée oralement à ne pas expulser mais le combat ne fait que commencer...

Tout soutien matériel, logistique, humain, juridique,... est le bienvenu !

Poulets, hors de nos assiettes, hors de nos facs !
De Nantes à Marseille, de lyon à Grenoble un toit pour tou.te.s
Bisous

Des occupant.e.s solidaires


envoyé le 4 décembre 2017 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Compléments
  • 5 décembre 2017 03:20, par Les mots ont un sens

    Hé, les ami.e.s, vous n’avez rien réquisitionné, puisque si je comprends bien le traditionnel amphi G a été occupé, sans aucune permission ni demande d’autorisation. Et tant mieux, si on devait demander l’autorisation pour chacune de nos actions on ne ferait plus grand-chose - déjà qu’il ne se passe pas masse de trucs...

    Bref, il s’agit d’une occupation, et non d’une réquisition, car les réquisitions nécessitent l’accord explicite d’une institution, d’un pouvoir « légal ».

  • 5 décembre 2017 12:59, par On se caille les miches dehors

    ​ Réquisition​ ​ des​ ​ locaux​ ​ de​ ​ l’Université​ ​ pour​ ​ le​ ​ logement​ ​ de​ ​ touTEs
    Aujourd’hui ​ lundi 4 Décembre, l’amphithéâtre G du bâtiment CLV de l’Université
    à été réquisitionné ​ : Le but est d’interpeller les pouvoirs publics sur le non respect des
    procédures d’hébergement. C’est ​ plus de 2000 personnes sur l’agglomération
    grenobloise qui sont actuellement privées d’un toît alors que 10 000 logements sont
    vides.
    Les ​ associations, syndicats, migrantEs en appelle au respect de la loi​ . Alors que
    les températures descendent sous la barre des -5 degrés il est impossible de laisser des
    individus​ ​ dehors​ ​ !
    A l’échelle nationale, ​ plusieures villes voient également apparaître des
    mouvements de solidarité avec occupation par exemple : Lilles, Clermont-Ferrand ou
    encore​ ​ Lyon.
    Nous rappelons les obligations de l’Etat en matière d’hébergement, réglementé par le code
    de​ ​ l’action​ ​ sociale​ ​ et​ ​ des​ ​ familles,​ ​ notamment​ ​ en​ ​ période​ ​ hivernale.
    Les​ ​ revendications​ ​ sont​ ​ claires​ ​ :

    - le ​ relogement immédiat de manière pérenne de toutes les personnes occupant
    ces​ ​ locaux​ ​ universitaires.

    - Les pouvoirs publics doivent appliquer leur devoir : application des lois de
    réquisition de tous les logements vides pour leur mise à disposition aux
    personnes​ ​ sans​ ​ logements.

    - Les municipalités, l’université et la métro doivent se positionner en soutien à
    cette​ ​ action.

    - Nous appelons la direction de ​ l’Université Grenoble Alpes à démontrer sa
    solidarité en refusant de faire usage de la force et ne mettant en place aucune
    expulsion.

    - Le Crous doit également garantir le respect de la trêve hivernale pour les
    étudiantEs​ ​ en​ ​ résidence​ ​ universitaire.

    contact​ ​ presse​​ ​ : ​ ​ 06​ ​ 41​ ​ 30​ ​ 55​ ​ 18​ ​ ( ​ ​ DAL​ ​ )

    premiers signataires ​ : DAL 38, assemblée des mal logéEs, la Patate chaude, la Tambrouille,
    CNT educ 38, CNT superieur recherche 38, CGT FERC SUP Grenoble , UNEF Grenoble,
    solidaire​ ​ étudiantEs,​ ​ ​ NPA​ ​ JEUNES

  • 6 décembre 2017 12:19

    Le nouveau bâtiment occupé est à une petite 100aine de mètres au sud-ouest de l’amphi G du Centre de Langues Vivantes. Suivez les flèches ! N’hésitez pas à passer voir comment ça se passe et apporter un peu de soutien !

    Communiqué de l’Assemblée des occupant-e-s des locaux de l’Université de Grenoble
    Hier, lundi 4 décembre, l’amphi G a été réquisitionné, par des
    éxilé-e-s, étudiant-e-s et militant-e-s, dans le but d’obtenir des
    conditions pérennes d’hébergement pour les personnes vivant actuellement à la rue.
    Aujourd’hui la direction de l’UGA nous a sommé de mettre fin, avant 17h, à l’occupation, sans quoi la préfecture s’en chargera, en faisant appel aux forces de l’ordre.
    Cette expulsion revient à criminaliser un acte de solidarité et expose les exilé-e-s présent-es à des risques considérables, tels que la détention en centre de rétention administrative ou le renvoi dans leur pays d’origine. Cela interroge non seulement sur la bonne volonté de l’état à se soumettre à ses obligations, mais aussi sur le rôle de la préfecture et des forces de l’ordre.
    La direction a cependant proposé un relogement temporaire, de 2 à 3 semaines, dans plusieurs salles, dont la surface totale cumulée est de 100m2 pour un maximum de 60 personnes. Cette solution nous apparaît clairement comme insuffisante : elle relègue les occupant-e-s dans des locaux excentrés et ne donne aucune garanti quant à ce qu’il adviendra au terme de ce délai. Elle a cependant été acceptée par l’assemblée des
    occupant-e-s, face à la menace d’une intervention policière.
    Aussi, cette proposition est-elle soumise à la condition que nous acceptions la présence permanente de deux vigiles.
    Cependant, nous ne nous démobilisons pas. Nous utiliserons tous les moyens que l’assemblée des occupant-e-s considérera comme légitimes pour faire valoir les droits des demandeur-euse-s d’asile et sans logement,
    et leur assurer une solution d’hébergement pérenne et digne. Nous rappelons que l’hébergement des personnes à la rue est un devoir de l’État, et que nous sommes actuellement en période hivernale.
    Un toit digne et adapté pour toutes et tous !
    Les occupant-e-s de l’amphi G.
    Avec le soutien de RUSF, DAL38, la Patate chaude, la Tambrouille, la CNT, la Cimade, l’ADA, NPA jeunes, Ras l’front 38, l’assemblée des occupant-e-s de Lyon 2, Précaires Solidaires, l’Unef, Solidaires étudiant.e.s, FERC-sup CGT, Solidaires Isère
    Le 05/12/2017

  • 6 décembre 2017 17:02, par La belle pierre

    Vous revendiquez l’application « des lois de réquisition de tous les logements vides pour leur mise à disposition aux personnes​​ sans​ logements ». Pourquoi pas ? L’État et ses juges légifèrent et créent des lois qui sont censées leur donner bonne conscience et renforcer l’illusion de démocratie / république / État social / blablabla. On pourra se demander si ce faisant on ne participe pas, nous aussi, à renforcer tout ce dispositif de propagande citoyenniste... Dans tous les cas, il est important d’agir, de rendre concrète la solidarité, l’entraide, donc par l’action directe.

    En occupant des bâtiments, par la force, la ruse et la désobéissance, vous ne « réquisitionnez » rien du tout. La réquisition ne peut se faire que sur initiative d’une institution, d’une forme de pouvoir légal. La réquisition sociale d’un bâtiment, ça resterait une manière pour le pouvoir de se donner bonne conscience tout en satisfaisant des besoins de survie pour une partie de la population. Et pourtant, on n’en est même pas là tellement le rapport de forces citoyen est faible. Alors l’occupation, discrètement ou en mode ultra-public, est nécessaire. Il s’agit d’action directe, il s’agit de désobéissance pratique, de solidarité entre galérien-ne-s insoumis-es au pouvoir étatique. Assumons cela comme tel.

    LES OCCUPATIONS ILLÉGALES SONT NÉCESSAIRES !
    Aucune honte à cela, soyons fières de les revendiquer haut et fort, ceux qui devraient avoir honte sont ceux qui légifèrent et créent des lois pseudo-sociales qu’ils n’appliquent jamais.
    Notre société donne la priorité à la propriété privée, que celle-ci soit dans les mains d’individus « privés » ou de collectivités administratives « publiques ». Ouvrons des squats, mettons-nous à l’abri, personne ne doit être forcé de dormir dehors !

  • 7 décembre 2017 11:16

    Coucou,

    Campus universitaire, on s’organise.

    Le bâtiment consenti par la direction de l’université en l’échange de l’amphi G (qui avait été conquis lors de la tambrouille de ce lundi 4 décembre, et qui a donc été rendu) est un labo qui était inutilisé.
    un grand couloir desservant des petites salles sur un coté, aménagé en dortoirs, une piece au fond utilisée comme salle commune, avec une zone gratuité « Vêtements », un couloir perpendiculaire avec encore quelques petites salles.
    côté sud est du campus, rue des résidences. suivre les fléchages sur place (« Le Patio », mais ne pas confondre avec la salle "le Pation de la Villeneuve. nous on est bien au campus universaitaire de st martin d’Hères)...
    au sud de la bibliothèque universitaire et du fameux Amphi G.

    on s’organise. lieu de vie.

    Manquons de matelas, grosses casseroles / gros fait-tout pour faire la cuisine, produits de nettoyage ménagers, une gazinière, palettes, ...

    Manquons d’un véhicule pouvant déplacer deux canapés vus en ville,

    on s’organise. lieu communiquant.

    on s’organise, lieu de lutte. pour porter la lutte pour droit au logement. pour modifier cette société qui se satisfait de créer toujours plus de pauvres par effondrements successifs, puis de laisser vivre ses pauvres à la rue.

    on a 2-3 semaines devant nous pour faire vivre ce lieu.
    il sera ce que nous en ferons chacun ensemble.
    besoin de tou-te-s. C’est maintenant.

    bisous,

    Venez :-)

  • 9 décembre 2017 11:04

    Salut,

    Petit point de mise à jour du jour.

    Pour nous permettre d’avoir accès à une deuxième sortie en cas d’incendie, nous avons eu droit à une salle de plus que nous utilisons comme salon collectif.

    Pour l’actualisation de nos besoins matériels, on a maintenant besoin de d’écocups, de paillassons, seaux et serpillères, de prêter/donner des outils, rallonges longues...

    Si vous voulez nous joindre nous avons maintenant un téléphone collectif : 0752156727

    Voili voilou.
    Le hippies citoyenniste propagandiste par le fait qui schlague le campus


Commentaires modérés à priori

Les compléments de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre compléments

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


copyleft Copyleft Indymedia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.3
Top