Vérité et justice pour Adam et Fatih envoyé le 19/03/19 - Ailleurs sur le web
Journée de grève générale, de manifestation et d’actions envoyé le 19/03/19 - Ailleurs sur le web
Emission Radio Dégenré-e sur la Oi ! Féministe envoyé le 18/03/19 - Ailleurs sur le web
Exposition Queermess envoyé le 18/03/19 - Ailleurs sur le web
Résumé d’une journée d’action contre l’Andra à Grenoble envoyé le 16/03/19 - Ailleurs sur le web

1 | 2 | 3 | 4

Lettre à E. Macron
envoyé le 14/12/18 Mots-clés  Non classé 

M. le président de la République,

Entendant votre allocution du 11 décembre 2018, il est frappant que vous n’avez pas saisi l’ampleur et le fond des revendications du mouvement actuel (gilets jaunes, lycéens, étudiants, travailleurs…). En effet, vous proposez que le gouvernement donne aux smicards un léger surplus de salaire. Ce n’est pas là la fonction de l’argent publique. Les entreprises savent très bien que leurs salariés sont également leurs consommateurs et que si elles ne les payent pas suffisamment, ils ne pourront pas acheter les biens produits, c’est un équilibre trivial. En finançant la main d’œuvre du secteur privé, le smic n’augmentera pas de 4 ans et les actionnaires empocheront, au final, la subvention de l’Etat.

Ce que nous demandons à travers la « justice fiscale », c’est que l’argent des impôts, qui est de l’argent publique, soit utilisé pour le service public. Nous voulons que cessent les subventions aux entreprises et que les impôts servent à financer l’éducation, les hôpitaux, les transports… Nous demandons également que l’Etat cesse de brader les biens publiques à des capitaux privés, et revienne en arrière sur la privatisation déjà engagée de la poste, de la SNCF, de France Telecom…, et ce, par expropriation, sans compensation pour leur acquéreurs, ça va de soi ! Ces immenses réseaux qui ont été financés par le public doivent demeurer le bien du public et non être ruinés par une gestion privée qui a pour objectif l’enrichissement individuel des actionnaires. Jamais des compagnies privées n’auraient pu faire les investissements nécessaires à la construction de ces géants. Ils sont à nous !

Nous demandons également que vous cessiez d’augmenter les taxes, la surveillance et la répression sous prétexte de sécurité ou d’environnement. La sécurité dépend directement de la justice sociale. C’est vers elle qu’il faut tendre. Si les entreprises assurent le ramassage de leur personnel, et font elles-mêmes des efforts pour ne pas gaspiller les ressources naturelles, des progrès importants seront faits en direction de la protection de l’environnement.

Vous me rétorquez que le chômage va augmenter ? Premièrement, si les services publics sont de qualité, les chômeurs auront déjà une qualité de vie plus convenable. D’autre part, quand l’Etat aura cessé de subventionner le secteur privé, les immenses sommes d’argent dégagées devront être utilisées à l’emploi direct de fonctionnaires. Tous les services publics manquent de personnel (à part l’Armée et la Police) ! Voilà une mesure qui fera baisser le chômage.

Les entreprises partiront à l’étranger ? Elles l’ont déjà fait ! La France est riche d’une main d’œuvre en bonne santé, instruite et capable de s’adapter à l’évolution technologique, ainsi que de réseaux de distribution et de communication efficaces… Tout cela grâce à son organisation publique. Les entreprises en profitent et en savent très bien la valeur. Celles qui sont encore en France aujourd’hui sont restées pour cela et c’est cela que l’Etat doit assurer.

La révolte des lycéens et étudiants s’inscrit dans le même sentiment : l’école est là pour instruire et émanciper la population. La formation professionnelle spécifique aux entreprises doit être à la charge des entreprises elles-mêmes. Que chacun forme son personnel. Le savoir dispensé par l’école publique doit permettre au travailleur de changer d’entreprise et même de métier si il le souhaite. Il ne doit pas être trop spécialisé. Et il doit être accessible à tous et de qualité uniforme sur tout le territoire.

La population française demande l’arrêt du transfert d’argent publique vers le secteur privé, sous toutes ses formes.

Un détail encore : vu qu’après plus d’un mois de combat vous essayez encore de nous enfumer et de nous diviser avec des mesures-miettes ciblées sur une partie d’entre nous, nous n’avons évidemment aucune confiance en vous et si vous n’êtes pas prêt à obéir au peuple, alors vous n’êtes pas à votre place en tant que président de la république. Vous pouvez disposer.
Je suis assurée que cette lettre vous parviendra puisque vos services sont d’ardents lecteurs d’Indymedia Grenoble…

Avec tout le respect dû à n’importe quel citoyen.

PS : A plus, je vais à la manif.


envoyé le 14 décembre 2018 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Compléments
  • Aucun compléments d

Commentaires modérés à priori

Les compléments de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre compléments

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


copyleft Copyleft Indymedia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.3
Top