Ca chauffe à Berlin envoyé le 27/03/19 - Non locaux
EELV, réveille-toi pour les élections européennes ! envoyé le 26/03/19 - Non locaux - 3 compléments
Avis de tempêtes #15 envoyé le 20/03/19 - Non locaux

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 20

Vérité et Justice pour Adam et Fatih envoyé le 05/03/19 - Ailleurs sur le web
Encore un meurtre à la frontière ! envoyé le 04/03/19 - Ailleurs sur le web
Misère le Département envoyé le 04/03/19 - Ailleurs sur le web
Micro retrouvé à Grenoble en août 2018 : témoignage et photos envoyé le 02/02/19 - Ailleurs sur le web

1 | 2 | 3 | 4 | 5

Un mouvement qui dure
envoyé le 09/01/19 Mots-clés  Répression / Contrôle social  Révoltes / Luttes sociales 


Depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes le 17 novembre, 5600 personnes ont été placées en garde à vue. Elles ont débouché sur 1000 condamnations dont 153 assorties d’un mandat de dépôt (en taule illico). Ce sont les chiffres du pouvoir, on peut, sans se risquer, dire qu’ils sont minorés. (Voir l’article de Mathieu Rigouste)

Et le premier Ministre Édouard Philippe va durcir encore plus la répression et criminaliser les manifestant.e.s. Un texte de loi sera déposé à l’Assemblé début février.

Il prévoit entre autre la création d’un fichier de « manifestant radicaux » pour les interdire de manifester de manière préventive ; l’interdiction de la cagoule (mais c’était pas déjà interdit ?) ; et le principe de casseur-payeur ou comment mettre sur un même plan le patron de Total (principe du pollueur-payeur) et le manifestant.

Le gouvernement nous donne une leçon de vocabulaire

Et toujours dans les mots du pouvoir, journalistes et politiciens mélangés, ce terme de « casseurs » qui revient sans cesse comme une stigmatisation de la colère.

Celle-ci doit être rendu illégitime, ce qui n’est pas facile avec 70 % des français.e.s qui soutiennent le mouvement. On entend souvent dans les manifs et les rassemblements « qu’il faut faire attention aux casseurs » , ou « que l’on ne veut pas de casseur  » . Ces phrases de principes servent a montrer patte blanche, à se rassurer en recrachant la bouillie médiatique. Mais dans le feu de l’action, quand un camarade se fait gazer ou taper et que les flics insultent et ricanent, il n’y a plus de bon ou mauvais Gilets Jaunes, la solidarité (souvent de classe mais pas que) est de mise. La transformation du sentiments d’impuissance en actes collectifs de remises en causes des pouvoirs brisent tous les faux-semblants.

Le spectacle s’efface devant la menace.

Macron a parlé de « foule haineuse » dans son discours du jour de l’An et les journalistes disent « frange radicale » ou « radicalisée ». C’est que contrairement au prophétisme journalistique, le mouvement ne s’essouffle pas, il dure et s’endurcit. Passé les fêtes, le retour sur les rond-points et les péages est massif (le péage de Voreppe a été reprit Dimanche 6 janvier mais on en sait pas plus). Le mouvement n’est pas plus « radical » ou « violent » qu’au début, la colère des laissées pour compte ne date pas d’hier, centralisme étatique, dés-autonomisation des vies, chômage structurel, casse des services publics et règne de la bagnole font que les campagnes françaises n’en peuvent plus. Alors, le discours politique nous raconte une belle histoire avec des « gentils » flics qui se font boxer par des « méchants » Gilets Jaunes, bavant leur haine. La « liberté de manifester » seraient même encouragée par l’exécutif (dixit Édouard) mais on apprend dans le Figaro quelles devraient se passer dans « la joie » et de « manière bon enfant » comme dans une pub de la MAÏF.
De qui le pouvoir se moque-t-il ?

Ce qu’il est bon de savoir c’est que samedi 12 janvier, pour l’Acte IX, la République et sa matraque (80 000 agents) seront présent dans toutes la France pour écraser le mouvement et faire des exemples carcéraux. Mais cela ne suffit pas

Le troisième pilier de la répression : La récupération.

À la domination policière et la propagande du pouvoir s’ajoute toutes les formes bâtardes de récupération spectaculaire et/ou politicienne.

Le bal des charognards est maintenant ouvert, avant même que le mouvement soit mort (peut-être ne mourrira-t-il pas ?), ils pillent allègrement le « capital de combativité » des Gilets Jaunes pour monter des parties, des organisations et des mouvements politiciens. Prenez l’exemple des Émergents créé par Jacline Mouraud. Ce parti sera « horizontal » et bien sûr ne ressemblera à « aucun autre parti politique ou syndicat ». Ça ne vous rappel pas Podemos ?. Ou encore Francis Lalanne (le chanteur !) est sont « Rassemblement Gilets Jaunes Citoyen » pour les élections européennes.

Mais la cerise sur le gâteau revient à la fameuse Commission National du Débat Public (CNDP) présidée Chantal Jouanno (qui gagne avec cette fonction plus de 11 000 euros brut par mois !). Avec le Macron, ils nous mitonnent une bonne petite acceptation socdem à base « de lettre présidentielle envoyées sur les réseaux sociaux », une plateforme numérique du débat et des débats locaux organisés par des volontaires ayant reçu une « formation ».

La technique du durcissement d’un côté et de lestage de l’autre marchera t-elle ?

Conclusion

Face à cette « chienlit » qui s’annonce, le bloc du Pouvoir n’a pas encore dévoilé toutes ses cartes. Du côté de la répression pure, il lui reste l’État d’urgence et les réserves militaires, les voltigeurs et les canons à eau. Du coté de la répression douce, la CNDP et remettre l’ISF pour les riches risquent aussi d’affaiblir le mouvement.

Mais l’endurance et la combativité des Gilets Jaunes nous a toutes et tous surpris et il est a parier que sous une forme ou une autre cette fronde générale perdurera.

En attendant, dans l’agglo il y a déjà deux rendez-vous de prévu. L’action du Samedi et l’AG du Dimanche (et toute la semaine sur le rond point de Crolles ou le péage de Voreppe)


envoyé le 9 janvier 2019 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
gjj.jpg

Compléments
  • Aucun compléments d

Commentaires modérés à priori

Les compléments de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre compléments

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


copyleft Copyleft Indymedia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.3
Top