Ca chauffe à Berlin envoyé le 27/03/19 - Non locaux
EELV, réveille-toi pour les élections européennes ! envoyé le 26/03/19 - Non locaux - 3 compléments
Avis de tempêtes #15 envoyé le 20/03/19 - Non locaux

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 20

Réunion festival féministe Bad Astéroïdes envoyé le 27/03/19 - Ailleurs sur le web
Trois manifestations séparées à Grenoble ? envoyé le 24/03/19 - Ailleurs sur le web - 1 complément
Vérité et justice pour Adam et Fatih envoyé le 19/03/19 - Ailleurs sur le web
Journée de grève générale, de manifestation et d’actions envoyé le 19/03/19 - Ailleurs sur le web
Emission Radio Dégenré-e sur la Oi ! Féministe envoyé le 18/03/19 - Ailleurs sur le web

1 | 2 | 3 | 4 | 5

Un conseil municipal à vomir debout
envoyé le 24/10/05 Mots-clés  Non classé 

Le conseil municipal mensuel de la ville de grenoble a quelque peu été perturbé ce lundi 24 octobre.

En effet, alors que le maire, Michel Destot, venait d’ouvrir la séance, il fut interpellé par une personne du public lui posant plusieurs questions :
- Comment se fait il qu’il y ait des expulsions illégales à Grenoble (voir les expulsions récentes du 10 rue des Bergers et du 106 rue des allié-e-s) ?
- Ca vous amuse de nous envoyer vos chiens avec fusils à pompe et flash-balls à chaque fois ?

Cette intervention fut appuyé par des approbations d’une trentaine de personnes du public dont certaines s’exclamèrent que la politique de la mairie de grenoble les faisait vomir.
Dans le désir d’appuyer ces propos, 5 d’entre elles passèrent aux actes et posèrent chacune une grosse gerbe en plein milieu du conseil municipal devant l’ensemble des élu-e-s dégoûté-e-s.
Après une interruption de séance, Michel reprit la parole et s’indigna de cette action « anti-démocratique » et non justifiée vu que les expulsions s’étaient déroulées dans le calme et sans violence et qu’il y aurait bientôt de vrais logements sociaux à la place de ces bâtiments vides. Les quelques personnes encore présentes dans le public lui ont alors rappelé que des fusils à pompe et des flashs balls étaient loin d’être les symbôles de la non violence et que des expulsions illégales n’étaient pas non plus très dignes d’une démocratie. Elles sont ensuite sorti-e-s, laissant les élu-e-s s’indigner et s’auto persuader qu’on a encore besoin d’eux pour gérer la ville.

Il n’y a pas à douter que les échos médiatiques risquent d’être particulièrement méprisants pour ces « squatteurs qui ne respectent rien » mais en tous cas c’était vraiment un beau moment, refletant à merveille l’impossibilité du dialogue entre des élu-e-s n’ayant pour unique ambition que d’être réélu-e-s aux prochaines élections et des squatteur-euse-s voulant changer la ville et la vie.


envoyé le 24 octobre 2005 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Compléments
  • 25 octobre 2005 03:30, par dugenoux marcel

    Ché pas si ce genre d’action est si bien pensée que ça ; (ouais je sais, derrière un clavier c’est facile.. ; mais bon) ;

    Ce qui reste infâme c’est la violence, l’inhumanité et le mépris des autres de tous ces gens là : les spéculateurs fonciers, les élus, les flics et les égoïstes qui les laissent faire. Si ce qu’on veut leur opposer c’est un futur différent pacifique, convivial et respectant les personnes humaines, c’est pas forcément en allant leur gerber sous le nez qu’on sera les plus convaincants...même si c’est rigolo :)

    ...bon mais c’est vrai là ils vont de plus en plus loin en réprimant au nom de lois qu’ils se moquent de respecter eux-mêmes ; si ça continue va ptêt ben falloir leur rentrer dans le lard, et avec plus caustaud que des dépôts de renards...c’est peut-être même ça qui fait le plus chier :(

  • 28 octobre 2005 22:11, par Jean-Pierre

    Quand tu vois des élu-e-s la bouche en cœur qui t’envoient les flics pour te jeter de chez toi, qui mentent sans aucune honte pour justifier leur ordre et leur violence (« on vous expulse pour construire des logements sociaux », l’argument magique, mais personne n’explique les différents programmes de logements sociaux, PLUS, PLS, PLAI, personne ne dit que certains de ces programmes sont réservés à des revenus moyens, et que ce sont justement ceux-là qu’on privilégie dans les jolis quartiers)...

    Quand tu les vois répandre tranquillement dans leurs journaux des rumeurs sur des gens qu’illes n’ont jamais vu-e-s, rumeurs qu’évidemment aucun journaliste ne va vérifier, comme quoi les squatteurs/euses seraient des « faux pauvres » (et elles, et eux, avec leur costard leur berline leur champagne aux réceptions de la mairie, c’est quoi, des vrai-e-s ou des faux/sses riches ?)... Et quand tu sais que toi t’es rien et que t’auras jamais autant de place dans le même journal pour répondre comme il se doit...

    Quand tu vois comment illes essaient de monter les gens les un-e-s contre les autres, prétendant que les squatteurs/euses nuisent aux demandeurs/euses de logement (excellente manœuvre pour détourner l’attention de la manière dont elles et eux, qui ont le pouvoir et la thune, gèrent la « crise » du logement)...

    Quand tu les vois prêt-e-s à tout pour t’écraser, au point ces dernières semaines, de ne pas respecter leurs propres lois, et de faire jouer les copinages entre propriétaires puissants et préfet (du propre aveu fier du directeur de la Clinique Mutualiste : « vous savez, on a le bras long »)...

    Quand tu vois que la seule alternative qu’on te laisse, c’est mendier des subventions-nonosse ou faire dans le commerce, et payer « comme il se doit » des loyers de fous à des spéculateurs tout-à-fait légaux, en passant par des agences qui exigent des parents riches sur trois générations...

    Quand tu vois que ça se dit « socialiste », « citoyen » et tout le tralala...
    Il y a un moment où tu as envie de gerber. Gerber toute ta bile.

    Ce n’est sûrement pas suffisant.

    Mais cette colère existe, elle doit sortir, pour moi les expressions de colère dans cette société lisse DOIVENT apparaître et même être valorisées. Heureusement qu’il y en a encore ! Le plus grave c’est la résignation et l’indifférence ambiante. Ce fatalisme, cette paix sociale, ce contrôle généralisé sont pour moi beaucoup plus violents qu’un dégueulis dans un conseil municipal ou même qu’une nuit d’émeute après la mort de deux jeunes des cités qui voulaient échapper aux flics (lire http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3226,36-704339@51-704172,0.html).

    La colère doit avoir sa place dans nos luttes, avec tous nos beaux rêves d’avenirs conviviaux, parce qu’elle montre qu’on est encore VIVANT-E-S.

  • 17 novembre 2005 16:34, par Alfred

    Il est bon de rappeler à nos « élus »que le peuple existe et qu’un mandat electoral n’est pas un chèque en blanc pour faire n’importe quoi,de même qu’il faut qu’ils comptent les jours jusqu’aux prochaines élections car ils vont être requalifié en citoyen lambda vu leur incapacité à gérer une ville correctement.Quand à la soi-disant création de logements sociaux c’est une grosse farce vu que c’est le contraire,ils sont amené à disparaitre subrépticement ou deviendront tellement cher qu’ils n’auront plus rien de social.Il faut donc continuer de dénoncer la monstrueuse hypocrisie publiquement partout ou c’est possible y compris à la métro car Migaud fais son malin à l’assemblée nationale mais gére les finances de la métro de façon catastrophique venez aux conseils de métro c’est encore pire qu’à la mairie.
    Bye à + Alred


Commentaires modérés à priori

Les compléments de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre compléments

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


copyleft Copyleft Indymedia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.3
Top