Ca chauffe à Berlin envoyé le 27/03/19 - Non locaux
EELV, réveille-toi pour les élections européennes ! envoyé le 26/03/19 - Non locaux - 3 compléments
Avis de tempêtes #15 envoyé le 20/03/19 - Non locaux

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 20

Réunion festival féministe Bad Astéroïdes envoyé le 27/03/19 - Ailleurs sur le web
Trois manifestations séparées à Grenoble ? envoyé le 24/03/19 - Ailleurs sur le web - 1 complément
Vérité et justice pour Adam et Fatih envoyé le 19/03/19 - Ailleurs sur le web
Journée de grève générale, de manifestation et d’actions envoyé le 19/03/19 - Ailleurs sur le web
Emission Radio Dégenré-e sur la Oi ! Féministe envoyé le 18/03/19 - Ailleurs sur le web

1 | 2 | 3 | 4 | 5

Lyon Turin : Les Verts persistent et s’enfoncent.
envoyé le 20/12/05 Mots-clés  Non classé 

Vu le nombre d’articles traitant de ceci sur Indy Gre, le TGV Lyon Turin est bien parti pour être le feuilleton de l’hiver. Je me suis donc senti obligé d’apporter ma petite contribution.

On le sait, les Verts français soutiennent depuis toujours le projet du TGV Lyon Turin, qu’ils jugent « écologique ». Gérard Leras, Vert président de la commission Transports de la région Rhône Alpes, a plusieurs fois défendu ce projet auprès des médias français et italiens, au grand dam des Verts italiens (qui eux sont contre) et de tous les habitant-e-s de la Vallée de Suse. Dans leur communiqué de presse du 6 décembre particulièrement langue de bois, ils réussissent à affirmer qu’ils sont solidaires des habitant-e-s de la Vallée de Suse tout en défendant le projet contre lequel ces personnes se battent...

Lors d’un rassemblement, le 9 décembre dernier, devant le siège des Verts Isère, on avait senti que beaucoup de militant-e-s de base commencaient à se poser des questions et auraient aimé que leurs élu-e-s changent de discours.

Eh bien ça n’a pas marché ! En effet on apprend ce matin dans le journal gratuit « 20 minutes » de Lyon que Gérard Leras va aller en Italie pour rencontrer « non pas les protestataires mais les représentants de la région piémontaise, favorables au projet ». Mr Leras veut que « toute la lumière soit faite du côté italien autour de ce projet pour rassurer le grand public » et pense « qu’il est désormais indispensable de faire des études sur les flux de marchandises existants et à venir pour prouver à la population l’utilité de cette nouvelle liaison ferroviaire à grande vitesse. »

Comment analyser cela ? Il y a plusieurs perspectives possibles :
- Perspective des promoteurs du TGV : on est super contents parce que notre projet reçoit une caution écologique de la part des Verts, alors qu’évidemment ce projet permettra avant tout au système capitaliste de continuer sa fuite en avant, sur le dos de l’écologie et des populations locales.

- Perspective des élus Verts : on est contents parce que le Lyon Turin est avant tout une victoire pour le parti des Verts qui a milité pendant 20 ans pour sa réalisation. Quand à la contestation italienne, elle est dû à « un défaut de communication » . Les habitant-e-s de la Vallée de Suse n’ont en effet pas bien compris tout l’intérêt qu’ils avaient à voir passer chaque jour 300 trains devant chez eux.

- Perspective des militant-e-s de base Verts : depuis les manifestations en Italie on s’est rendu compte que ce projet était peut être pas si bien que ça. mais bon comme on a milité pendant des années en sa faveur, on peut pas changer d’avis et puis bon « c’est moins pire que si c’était pire ».

- Perspective « décroissante » : On conteste l’ineluctabilité de l’augmentation des flux de marchandises. On affirme qu’il faut abandonner ce projet typiquement « développement durable » et relocaliser l’économie pour diminuer les transports. On est déçu une fois de plus des Verts qui, pourtant, commencent à parler de « décroissance ». On est aussi un peu déçu qu’ils en aient pas parlé dans le dernier numéro de « La Décroissance ».

- Perspective « libertaire » : la position des Verts ne nous étonne pas et nous renforce dans l’idée qu’il faut fuir le système électoral et se consacrer à l’action directe et collective locale. Soit on décide de franchir la frontière pour aller soutenir les Italien-ne-s en lutte, soit on essaye de visibiliser une résistance en France, en participant, par exemple, au rassemblement prévu le 7 janvier à Chambéry.

Raoul


envoyé le 20 décembre 2005 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Compléments
  • Aucun compléments d

Commentaires modérés à priori

Les compléments de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre compléments

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


copyleft Copyleft Indymedia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.3
Top