Ca chauffe à Berlin envoyé le 27/03/19 - Non locaux
EELV, réveille-toi pour les élections européennes ! envoyé le 26/03/19 - Non locaux - 3 compléments
Avis de tempêtes #15 envoyé le 20/03/19 - Non locaux

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 20

Réunion festival féministe Bad Astéroïdes envoyé le 27/03/19 - Ailleurs sur le web
Trois manifestations séparées à Grenoble ? envoyé le 24/03/19 - Ailleurs sur le web - 1 complément
Vérité et justice pour Adam et Fatih envoyé le 19/03/19 - Ailleurs sur le web
Journée de grève générale, de manifestation et d’actions envoyé le 19/03/19 - Ailleurs sur le web
Emission Radio Dégenré-e sur la Oi ! Féministe envoyé le 18/03/19 - Ailleurs sur le web

1 | 2 | 3 | 4 | 5

Bref récit de l’expulsion du Sunset
envoyé le 02/10/08 Mots-clés  Logement / Squats 

Vers 16h15 le jeudi 2 octobre, soit un quart d’heure après la publication d’un mail donnant quelques infos sur la situation du nouveau squat « Le Sunset », celui-ci était expulsé en mode barbare par la police nationale.
Urgence, le Sunset déjà menacé d’expulsion !

Rappelons que la bonne mairie de gauche de Grenoble est propriétaire des lieux et que c’est sur sa demande expresse que la police est intervenue.

Les flics sont arrivés nombreux (au moins six ou sept voitures et deux ou trois fourgons), armés de leurs habituelles matraques et tonfas, plus flashballs et chiens.

Les squatteur-euse-s se sont réfugié-e-s sur le toit pour résister à l’expulsion, mais cela n’aura malheureusement rien retardé, puisque les flics ont frappé à la porte d’une voisine dont une des fenêtres menait juste au-dessus du toit du squat... C’est semble-t-il une petite fille de 11 ans qui a ouvert à la police, la maman étant absente à ce moment-là !

Sur le toit, les squatteur-euse-s se sont fait frapper et re-frapper, puis les flics les ont tiré-e-s par les pieds pour les faire descendre !

Pendant ce temps, une bonne cinquantaine de personnes étaient rassemblées en bas et criaient « non aux expulsions ».

Lorsque la douzaine de personnes présentes dans le squat à ce moment-là se sont fait embarquer par la police, direction la garde-à-v’, plusieurs personnes ont tenté de barrer la route au fourgon de police, déclenchant un tonnerre de coups de matraque de la part des flics anti-émeute présents : plusieurs personnes ont été légèrement blessées, l’une d’entre elles avaient notamment la tête en sang.

« Libérez nos camarades ! »

Quelques containers / poubelles ont été renversés, mais la rage était plutôt du côté policier aujourd’hui, puisque ceux-ci ont à nouveau repoussé le groupe de personnes venu soutenir les squatteur-euse-s.

Quelques médias étaient présents sur place, vous pourrez certainement lire quelques mauvais articles par ailleurs et voir quelques photos aussi...

A noter qu’un des flics a passé son temps à filmer tout le monde avec une caméra du genre high-tech, super zoom et compagnie. Se masquer est donc plus que jamais de bon augure.

Ni Sarko ni Destot, insurrection !


envoyé le 2 octobre 2008 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Compléments
  • Les personnes suivantes peuvent être contactées pour leur faire part de votre révolte après l’expulsion barbare du 2 octobre, pour exiger la libération des douze personnes placées en garde-à-vue et pour que celles-ci ne fassent pas l’objet de poursuites judiciaires.

    On tente en ce moment de faire passer pour un acte hautement criminel le simple fait d’occuper une maison vide (la réquisition des logements fait pourtant partie de leurs lois...).

    - Michel Destot, maire de Grenoble - 04 76 76 33 43
    - Marie-France Monery, patrimoine – 04 76 76 38 59
    - Monique Vuaillat, logement et habitat – 04 76 76 38 73
    - Philippe de Longevialle, urbanisme – 04 76 76 35 66
    - Olivier Bertrand, groupe Ecologie et Solidarité – 04 76 76 36 61


Commentaires modérés à priori

Les compléments de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre compléments

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


copyleft Copyleft Indymedia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.3
Top